LE CRI DE LA BERNACHE

03 février 2018

C'EST COMME AU CINEMA

Les_Raisins_de_la_colere

La pluie glisse sur la vitre du salon et le vert du jardin se morfond dans la grisaille alors, elle positionne délicatement ses écouteurs et appuie sur le play de son smartphone. Wannabe des Spice Girls explose dans son crâne et les notes semblent rebondir dans toute la pièce. En regardant la tasse fumante de sa tisane, sa tête ondule doucement à chercher le rythme de la musique puis des frissons apparaissent dans le bas du dos envoyant de petites décharges électriques dans les jambes. Comme un pèlerin à Lourdes elle grimpe sur la table en faisant tout valser pour entrer en transe avec des déhanchements digne d'une Olivia Newton Jones sous ecstasy. Le chat dans son fauteuil sort de son sommeil pour jeter un œil à sa maîtresse, se lèche les babines et se rendort. Crakoukas alias Marie France Comte ex adjointe au maire d'Andernos entre alors dans une sorte de transe chamanique, le corps rempli de convulsions. Levant les bras au ciel elle crie:

«- Par Crakoukas que la force soit avec moi. Je t'ai fait... je te déferai. Ma vengeance va poindre et elle sera aussi forte que les éclairs de Jupiter. Ton peuple sera condamné à applaudir Lous Pignots sur des chaises en plastique, dans une salle pas chauffée.»

Le sol se met à trembler, les ampoules clignotent, le chat sort de la pièce précipitamment et une grosse lueur de feu fait tout disparaître.

Dans le bureau de sa mairie, Droopy alias Jean Yves Rosazza le maire d'Andernos est bougon. Il vient de subir les foudres de Crakoukas lors du dernier conseil municipal et le Maalox n'arrive plus à calmer ses brûlures d'estomac:

«- Quelle garce! Je l'ai empalé publiquement et elle remue encore. Un vrai ténia à quatre pattes. Elle me prend pour Tony Montana ou quoi?! Je suis novice dans la profession, je ne connais pas encore toutes les filouteries foulonesques, ni les roublardises gujanaises et ni les bonnes adresses sammarcelliennes. J'apprends vite mais quand même! L'autre au milieu de la forêt  miossaise à réussi à avoir une salle de spectacle ou Britney Spears et Macron pourraient faire leur show et Crakoukas me les brise menu pour quelques dates d'art et d'essais afin de satisfaire quelques cloportes téléramarisés accrocs au film taïwanais.j'en peux plus. Il faut que je me repose.»

Il appuie sur le petit bouton rouge derrière le buste de Marianne et la pièce secrète s'ouvre doucement dans laquelle un hamac péruvien s'étend amplement au milieu d'un capitonnage too soft. Pour apaiser ses maux seul le son des cigales tropéziennes en musique de fond arrive à le plonger instantanément dans les bras de Morphée. Au milieu d'un ciel bleu ou quelques oiseaux planent dans les courants d'air ou seule la trace blanche d'un long courrier indique une destination au soleil, un cri lointain semble vouloir perturber la quiétude. Droopy gigote dans le hamac. De lourds nuages font leur apparition, les mouettes fuient en masse et le cri se rapproche de plus en plus vite. Son pouls s'accélère, des gouttes de sueurs perlent sur son visage. Une forme humaine semble vouloir venir vers lui comme un migrant tombant d'un train d’atterrissage à Roissy. La chose émet un hurlement d'outre tombe de plus en fort en se dirigeant vers lui. Il suffoque, il est le personnage dans la toile du cri de Munch. C'est un cauchemar. Qu'est ce qui se passe ? Le ciel se fracasse en mille morceaux et une masse lui tombe sur le ventre cassant le hamac. Crakoukas les cheveux hirsutes, les yeux injectés de sang lui saisit l'oreille en secouant violemment sa tête :

« -Alors mon gros loup, tu croyais te débarrasser de moi mais je vais hanter ton esprit et ton cinéma deviendra qu'une modeste guinguette pour baltringues. »

Droopy ouvre les yeux en nage dans une panique totale. Les cigales continuent à chanter et il s'aperçoit qu'il vient de chuter du hamac.

« -Nom de dieu je ne peux plus faire la sieste tranquille. »

Il retourne dans son bureau et remarque que deux yeux l'observe sur une chaise :

« - Mais bordel...a qui est ce chat ?!

 

Nous sommes encore loin de voir l’épilogue de l'histoire du futur cinéma d'Andernos les bains et pour moi... il est vraiment temps d'embarquer. A bientôt. Mais avant un peu de Claude dans les oreilles, ça ne fait pas de mal.

 

holidays


21 janvier 2018

CA TRUMP A BLOC

 

jumeau

 détournement du dessin de Geluck

 

 

IMG_20170630_181803

C'est sûrement cet exécrable temps hivernal qui me rend mélancolique et qui fait tourner à plein régime les neurones traînant dans ma boîte crânienne. Non Donald Trump n'est pas le génie qu'il pense être mais plus que cela. C'est le nouveau Dieu des temps modernes, le guide suprême de la connerie. L'époque montre qu'un abruti sachant communiquer peut devenir tout puissant, qu'un raciste misogyne presque analphabète peut en 140 signes être propulsé «maître du monde». Le bonhomme ne fait pas dans la dentelle. Il balance le lourd de sa pensée primitive brute de décoffrage laissant les algorithmes faire le buzz pour propulser sa propagande. Il fracasse les protections des plus démunis. Il se torche les fesses avec les traités écologiques. Il bichonne les puissants pour que les chiffres économiques brillent de mille feux et les goinfres rappliquent illico pour passer à la machine à laver tous les billets des paradis. Ainsi Apple va payer une ardoise de 38 milliards de dollars au fisc américain et investir dans le pays pour créer de l'emploi sauf que Donald va lui en redonner 50 pour taxer modestement le chiffre d'affaire de la firme. Ainsi l'argent exotique devient officiellement légale. Blanc comme neige. 300 milliards de dollars et les mains propres. Au Diable le travail des enfants, au diable l'obsolescence programmée tant qu'il y a de la demande...

Les états unis ont accouché du Trump de base alors que de l'autre côté de l'Atlantique un jumeau règne sur le trône de France. Attention, le Jupiter à la pensée complexe est un Trump haut de gamme. Emmanuel Macron est beaucoup plus intelligent, plus subtil que l'original avec le petit supplément de french touch. C'est avec la vaseline et la roublardise qu'il applique la même politique. En regardant la situation de près il est marrant d'y voir pleins de similitudes ou de coïncidences. La gémellité sans doute ?!

Ils font ce qu'ils ont dit.

La différence d'age entre conjoints et des first ladys qui font le glamour pour le papier glacé des journaux afin de régaler la populace et le redneck. Mélania a bien fait comprendre qu'elle était marié avec un abruti plein au as pour ne pas retourner dans son pays de merde comme il dit. Brigitte c'est autre chose. C'est un poisson dans l'eau. Elle s'éclate comme une folle dans les draps de la république et elle assure grave en gardant toujours un œil et une main ferme sur son investissement.

Nos deux gaillards ont fait exploser tous leurs opposants pour mieux régner. Notre président a quand même bénéficié comme on dit chez nous d'une «Choune monumentale»  en profitant d'un parfait alignement des planètes suivies de conjonctures favorables. Mais la chance sourit aux audacieux, n'est ce pas?! 

Ils détestent  tout corps étranger pouvant perturber un métabolisme. En France, la dernière loi discriminatoire sur les migrants est simplement odieuse tout comme la construction d'un mur ou l'évocation de pays de merde.

Ils régalent ceux qui avaient misé sur eux en mettant la main à la poche pour accéder au pouvoir et ils continuent de les récompenser en faisant croire que seuls les puissants pourront venir en aide aux plus faibles si ces derniers se prennent la peine d'accepter les sacrifices nécessaires contribuant à la réussite sociale.

La communication est leur bible et chacun avec un style différent l'utilise à grosses doses. Il suffit ensuite de placer le bon évangile pour effacer la grogne et tout roule...

On pourrait penser que l'écologie est le seul point divergent de ce binôme mais je ne le crois pas car en se basant que sur les faits et l'historique , j'y vois autre chose. Donald se fout royalement de l'écologie et ne crois pas au réchauffement climatique. Il a assez crié haut et fort. Pour tenir ses promesses aux firmes pétrolières et gazières il jette aux toilettes les accords de Paris. L'opinion publique grogne ouvertement mais il signe quand même quelques bon contrats juteux. Emmanuel le malin va voler à son secours pour en tirer profit. Après la régalade du 14 juillet sur les champs Élysées et le clinquant dîner au sommet de la tour Eiffel Donald décide de revoir sa position sur les accords mais continue toujours de signer les contrats. Manu passe pour le sauveur de la planète avec le slogan « Make our planet great again » et son aura s'amplifie tout autour de la planète. Je parierai même une petite pièce que dans quelques temps le frérot Donald va vouloir revenir doucement dans la partie en voulant renégocier quelques détails. Quoi qu'il en soit nous sommes loin de sortir de l'auberge et les hashtags seront comme le lierre qui orne les pierres tombales.

En ce qui concerne l'abandon de la construction de l'aéroport Notre Dame des Landes, je me réjouis pleinement de cette décision tellement remplie de bon sens. Quel gâchis, que d'argent dépensé, que de temps perdu ! Notre président en mettant Nicolas Hulot comme ministre de l'écologie avait déjà pris sa décision depuis bien longtemps. Pourtant il lui a fait avalé des boas sur le nucléaire, le glyphosate laissant du suspense et de la crédibilité aux pro aéroport mais il lui offre quand même la cerise sur le gâteau en envoyant hypocritement son premier ministre Édouard Philippe faire la tournée des popotes des élus pour mieux les crucifier le lendemain. 76 % des français approuvent la décision. Coup de maitre.

Bon j'arrête là mon analyse à deux balles, ça me déprime. Comme je suis joueur, je vais quand même remplacer la petite pièce par un beau billet et pour me laver la cervelle complètement, je branche le compte à rebours pour le décollage de mon avion qui me transportera dans une chaude latitude ou sur mon hamac je verrai s'inscrire dans le bleu de l'horizon  « Make my brain great again »

Posté par paterzan à 21:31 - Permalien [#]
Tags : , , ,
06 janvier 2018

HAPPY BIRTHDAY

8ans

Comme le temps passe vite! 8 années à exprimer des vœux au milieu de mes billets. Avant de souffler les bougies je tiens à remercier les lecteurs, les abonnés et les détracteurs qui modestement mais toujours plus nombreux me permettent de vouloir continuer à coucher mes pensées au travers des touches de mon clavier. Vous le savez, je suis né fainéant alors le cri de la bernache n'est pas réfractaire aux plumes vaillantes qui voudraient dans le même esprit alimenter les pages de ce blog. À bon entendeur salut.

04bbb17f372b6a1b83a4e54ec99e5ee1

En attendant je vais vous faire part des courriers imaginaires de quelques protagonistes que j'égratigne de temps en temps car réfléchir à ce que je dois faire pour mon pays, me file un gros mal de tête.

Marie Hélène des Esgaulx maire de Gujan Mestras:

Cher «bernache», je tiens à vous féliciter pour vos récits sur les turpitudes de mes voisins et de mes collègues de notre si beau bassin d'Arcachon. Je me régale. Entre nous, parfois vous n'êtes vraiment pas loin de la vérité. En ce qui me concerne, vous me faites passer pour une baleine alcoolique assoiffée aux mandats publics et je trouve cela injuste car c'était avant. Aujourd'hui vous n'avez même pas remarqué que je suis au régime sec, juste à grignoter ci et là une présidence ou vice-présidence et que désormais je ressemble plus à un gardon qui nage dans une rivière limpide. J'ai une pêche d'enfer comme disait l'autre bordelais et si je coupe les arbres dans ma commune, c'est pour rendre hommage à mon grand-père qui ne supportait pas la misère. Pour finir je tiens à vous signaler que je préfère le Moët que le Don Pérignon car les bulles irritent moins mon tube digestif. Longue vie au Cri de la bernache.

Yves Foulon maire d'Arcachon:

Monsieur, même si les exploits de ma voisine«la baleine» me font bien rire, sachez que la caricature que vous me faites ne correspond en rien avec la belle personne que je suis. Je vous concède que ma défaite aux législatives m'a obligé à utiliser une crème antirides plus forte pour retrouver la peau de bébé qui attire irrémédiablement l'électorat des rombières de ma ville. J'ai même dû faire venir Ricardo un chaman de Haïti pour me pratiquer un désenvoutement. Le bougre a  utilisé toutes ses aiguilles et il m'a fait avaler plusieurs champignons de sa contrée afin que je puisse accepter ma défaite en toute sérénité. Désormais, je suis prêt à dire bonjour à «plein phares»( Sophie Panonacle) avec le sourire. Cependant je me demande si Ricardo n'a pas trop forcé sur la dose car j'ai une irrésistible envie de palaces, d'hôtels de luxe et de béton à gogo. Il faut que je bâtisse. Rien à foutre de ses écolos gauchistes et de ces macronistes mange merde. Je suis le pharaon du bassin d'Arcachon. Foulonis premier et rien ne peut m'arrêter. Vive le cri de la bernache.

Jean Jacques Eroles maire de La Teste:

Monsieur, sachez que je vous hais et que votre humour n'arrive pas aux chevilles de Tex. Ce n'est pas parce que j'ai des hémorroïdes sur la langue que vous  pouvez croire que je sois le caniche de mes deux lascars de voisins. Je connais du beau monde et mon PLG (Pichet, Laporte,Gaume) suffit largement à faire ronronner honnêtement ma ville. Mais je ne suis pas l'abbé Pierre alors pour tous les cas soc qui ne peuvent plus payer la cantine, j'ai remplacé les raviolis par des tagliatelles sauce foie gras spécialement cuisinées à la Coorniche. Mon bon cœur me perdra. Adieu monsieur.

Jean Yves Rosazza maire d'Andernos:

Cher Bernache, je dois avant tout faire mon mea culpa. Oui c'est vrai, quand je me suis assis dans le fauteuil de mon prédécesseur j'ai de suite ressenti les symptômes d'une pérusatéïte me parcourir l'échine. Cette mégalomanie aiguë si soudaine provoquée par la soif du pouvoir m'a empêché de discerner l'avidité du fougueur de cougars qui voulait me faire prendre pour Jules César sur son char au milieu du Colisée en me baladant sur la vase avec son bateau amphibie au milieu d'une horde de touristes fraîchement débarqués. En ce concerne les projets municipaux: «Don't worry be happy»

Bruno Lafon maire de Facture Biganos:

Monsieur la plaisanterie a assez duré. Comment osez vous me faire passer pour un coq belliqueux gascon de surcroît alors que je suis l'homme le plus délicieux pour mes administrés. Demandez donc au patron de la Smurfitt avec quelle facilité je peux fermer les yeux et pardonner. Puis vous venez de briser mon deuil. Mon Johnny est parti et je n'ai même pas fini de repeindre ma Harley. Je file de ce pas à saint Barth pour organiser la prochaine assemblée de la Coban  avec mes amis sylviculteurs en guest stars et n'y voyez pas une quelconque interférence avec mes fonctions car nous avons qu'une seule mission, celle d'apporter du bien être à nos concitoyens.
Ps: il reste une place dans le jet. De quoi fêter un bel anniversaire n'est ce pas?!

Marie Larrue maire de Lanton:

Monsieur laissez moi vous clamer mon antipathie. Vous avez osé m'affubler du stupide sobriquet« la Marine Morano» et si je peux être flattée pour Marine, je ne supporte pas la comparaison avec Nadine Morano. Outre le fait qu'elle aussi comme moi a un faible pour les loosers, je tiens à vous signaler que je possède quelques mots de vocabulaire de plus que cette cruche. De plus à cause de vous je suis devenue Miss turlutte dans les yeux des gens. Alors j'ai dû annuler cette manifestation car je ne supportais plus les sourires narquois de cette populace avinée. Vade rétro satanas.

Nathalie Le Yondre maire d'Audenge:

Monsieur, la Ségolène des esteys comme vous dites se fiche complètement de vos délires et ma distinction nationale est loin d'être usurpée, pas comme votre conscience. Les déchets toxiques appartiennent au passé et dans un proche avenir des logements sociaux pourront fleurir afin de répondre aux attentes des plus démunis. Pour la présidence de la dune du Pilat ma compétence est largement justifiée par une connaissance viscérale du sable fin que m'a enseigné Ursule un maître nageur ébène au corps sculptural en éveillant la libido latente de la jeune adolescente que j'étais lors d'un séjour aux Seychelles. Alors vos bougies, vous pouvez les mettre ou je pense.

Jean Guy Perriere maire d'Arès:

Cher Bernache, si tu continues le squale va te bouffer tout cru. Je ne suis pas un homme sans cœur. L'histoire des migrants c'est un terrible malentendu. C'est les membres du klux klux klan qui ne voulaient pas de ces bronzés. Les cons, ils m'ont fait peur alors j'ai du accepter quelques petites négresses pour sauver la face et calmer l'opinion. J'ai même garder Yasmina pour faire le ménage à la maire... un symbole d'intégration, non?! je te conseille vivement de mettre de l'eau dans ton vin sinon mes amis masqués risqueraient de remettre leur tradition au gout du jour pour un oiseau migrateur.

Michel Sammarceli maire de Lège Cap Ferret:

Bon anniversaire ma bernache!! je me bidonne tellement en te lisant que la sécurité sociale devrait te rembourser. Quel imagination, quel panache, quel style. Encore encore et encore que c'est bon quand tu bastonnes les autres baltringues du bassin d'Arcachon. Même ma Zaza(Isabelle Galinier) a son heure de gloire ainsi que tous les seconds couteaux picoreurs de miettes. Tu n'oublies personne même pas ma pomme. J'en prends plein la tronche, tu ne lésignes pas sur le vitriol mais j'adore. Don saluste que tu m'appelles. Quelle trouvaille, à la différence que je ne suis pas radinasse car comme disait Le vénérable maître Robert Cazalet:
« Donnes à ceux qui te mangent dans la main pour que les jours à venir ne te soient pas chagrin» T'as vu, pas de Kebab ni de maisons Mikit au Ferret. Que du gratin, de la star à gogo, du glamour de la paillette. C'est the place To be du bassin d'Arcachon et bibi...c'est le king. Alors c'est vrai j'ai bien moi aussi la phobie administrative comme l'autre loufiat de Hollande, alors les permis de construire je les signe sans regarder. Puis cela fait travailler le petit commerce des juristes et avocats. Il faut de tout pour faire un monde. Mais le vieux lion a moins la gnaque, il en a marre d'acheter des cierges à chaque tempête, marre des coktails, marre de régaler la galerie des hypocrites... mais je n'aurai jamais marre de lire "Le cri de la Bernache".

François Déluga maire du teich:

Monsieur je ne vous connais pas mais on m'a dit de vous écrire pour vous souhaiter un bon anniversaire. Alors en guise de cadeau, je vous offre une semaine dans mon tout nouveau camping écologique qui ouvrira l'été prochain.Puisque vous semblez être de la même maison : "j'ai niqué la race à ces putains d'écolos." Bien sur ces propos restent entre gens de bonnes moeurs. Cordialement.

eac3147735b19705eccf438da980bd66 (1)

26 décembre 2017

MEILLEURS VŒUX

Sans titre 1

 

moi

Posté par paterzan à 19:14 - Permalien [#]
12 décembre 2017

DU BOIS DANS LA CHEMINEE

2016011914510529

J'avoue, Johnny Hallyday n'était pas ma came. J'avais beau le regardé chanter en tenue pop dans les émissions de Maritie et gilbert Carpentier mais mon attention était plutôt concentrée sur les notes des Rolling Stones qui s'échappaient de la chambre de mon grand frère. Mais pourtant, Johnny allait me donner un coup de pouce bien plus tard. Dans les années 90 au Cap Ferret, je vivais la saison d'été au camping les sables d'or dans mon fourgon Volkswagen puis je trouvais un petit meublé mal isolé pour le reste de l'année. Il était déjà très difficile de se loger à l'année, les propriétaires préférant encaisser les loyers saisonniers. Un soir d'hiver, au bar « le mascaret » alias « Chez Gainsbourg » nous refaisions le monde avec quelques locaux en laissant l'ivresse étouffer nos solitudes. Dans l'assistance il y avait un nouveau venu et apparemment le patron le connaissait bien. Il semblait sortir tout droit des lignes de Frédéric Dard et son surnom « Béru » en donnait tout son sens. Une mine patibulaire sur le corps d'un gros dégueulasse qui pouvait s'enfiler une bouteille d'eau de Cologne sans froncer un sourcil. Il venait d'hériter de la maison de ses parents alors il voulait transformer leurs économies en liquidité.

Il m'accosta pour me proposer un deal. Dans son haleine chargée il me signala qu'il avait une petite dépendance délabrée au fond de sa propriété et qu'il ne serait pas contre que je la retape en guise de loyer. Même s'il faut se méfier des promesses d'ivrogne, le lendemain je filais y jeter un coup d’œil. La bâtisse au fond de son jardin avait certes besoin d'un bon coup de rafraîchissement mais les travaux semblaient être dans mes cordes. Un bon remaniage des tuiles, de la laine de verre, l'électricité et la plomberie à revoir, quelques bon coups de peinture sur les murs et je pouvais avoir un petit nid à l'année avec un petit loyer en gonflant les factures. Cependant je dus apprendre à cohabiter avec le lascar et je dois dire qu'un étudiant en sociologie aurait pu en faire une thèse. Béru avait le don de rameuter dans son antre les pires pochetrons du coin, des seigneurs de la bouteille mais le problème, c'était un fan absolu de Johnny Hallyday. Son salon ressemblaient à un musée à son effigie et sa grosse chaîne hifi bleuglait ses chansons jusqu'à tard dans la nuit. Un matin j'avais même retrouvé une grosse blonde vautrée dans mon canapé qui ronflait royalement. La garce avait gerbé partout dans le salon, c'était l'enfer. Béru gueulait son nom, torse nu sur la terrasse. La dame s'appelait Martine. Elle ouvrit un œil, me fixa puis me bafouilla :

« -T'es bien mignon toi... »

Les mois passaient mais le bail ne venait toujours pas. Il trouvait toujours l'excuse bidon pour retarder car les travaux étaient sur le point de s'achever, que l'été allait vite arriver, qu'il pourrait ainsi me virer pour faire du pognon à la location. C'est un matin que la providence Johnny venait s'infiltrer dans les lieux. Vers 9 heures, heure très matinale pour Béru, il entra sans frapper, l'air tout mielleux, s'extasiant sur la déco du salon puis s'asseya à la cuisine en déposant une cassette VHS sur la table. 

« Tu vois, ce soir il passe le concert de Johnny au parc des princes pour ses 50 ans et mon magnétoscope vient de me lâcher hier soir...tu ne pourrais pas me l'enregistrer s'il te plaît ?

Je le regardais dans le plus profond de ses yeux et à cet instant précis je savais qu'il était fait comme un rat, que je pouvais obtenir tout ce que je voulais de lui.

« -D'accord mais avant tu me signeras un bail de trois ans. »

Le lendemain il débarqua aux aurores avec des croissants chauds, signa le bail sans y voir un loyer au ras des pâquerettes puis embarqua mon magnétoscope car il était hors de question qu'il squatte mon canapé avec sa smala de beuverie. En regardant sa signature en bas de la feuille, je souriais gaiement car sa cassette était trop courte. Il manquait presque trois quart d'heure du concert.  Merci Johnny.

Alors oui c'était le taulier et samedi dernier j'ai regardé ses funérailles avec un petit pincement au cœur. Cet hommage fut grandiose, très coûteux mais sûrement mérité alors chapeau bas et bon vent Monsieur Johnny Hallyday.

Juste avant lui ce fut le tour de Jean d'Ormesson. Je n'ai jamais lu un de ses livres mais cet homme avait une élégance avec les mots qui me plaisait beaucoup. L’écouter parler était un enchantement et la beauté de sa vieillesse surpassait le temps avec la jeunesse qui brûlait dans le bleu de ses yeux. Je m'incline et bon vent Monsieur Jean d'Ormesson.

 

arcachon papers

Maintenant revenons aux affaires car le rififi traîne sur le bassin d'Arcachon et plus particulièrement au sud bassin. A Arcachon « les Arcachon Papers » viennent d'exploser lors du dernier conseil municipal. La libanaise Ché Guévarienne alias Anny Bey de l'opposition a sorti la sulfateuse en balançant dans la mare un gros pavé de conflits d’intérêts qui pointe ouvertement un adjoint au maire pour être associé à une société de promotion immobilière agissant dans la ville et le maire lui même, pour d'étranges liens avec la société Hemingway Enterprise SI basée aux îles Canaries. C'est du lourd, du très lourd et il va être très intéressant de voir l'évolution de cette affaire. En effet, la réaction du maire et de son adjoint est assez surprenante. Ils ont levé les yeux au ciel, crié au scandale mais n'ont jamais employé le mot diffamation. Cela pose questions et la réponse de Yves Foulon le maire laisse vraiment perplexe :

« À titre privé, j’ai acheté avec mon frère un local commercial vide et inoccupé depuis de nombreuses années dans le quartier de l’Aiguillon, dans le but de le louer à un professionnel. Son prix est de 370.000 euros et j’ai donc investi à titre personnel 185.000 euros pour me constituer un complément de revenu pour ma retraite.

(Assurer ses arrières c'est humain mais 185000 euros c'est une belle somme. S'agit il d'un crédit ou d'un emprunt, d'économies mystère?!)

Pour acheter ce local, nous avons créé une SCI dénommée Mestrezat, dont je détiens la moitié des parts, qui bien sûr est immatriculée en France à Arcachon et qui paiera les taxes et impôts en France.

(Jusqu'ici rien d'anormal et illégal. Le siège social de cette SCI est au 54 boulevard Mestrezat dans le quartier de l'aiguillon et sur Google map on peut y découvrir effectivement un entrepôt à l'abandon sur une belle surface foncière. Maintenant un édile qui monte une SCI dans sa propre ville amène obligatoirement des questions ou la moralité joue avec la légalité)

Mon frère Roger Padois a vécu une grande partie de sa vie professionnelle de salarié aux Canaries en Espagne jusqu’à sa retraite. Il a créé, en 2005, quand il habitait les Canaries, une société de droit espagnol dénommée Hemingway respectueuse de la loi espagnole et européenne.

(Là, je dois dire qu'il faut qu'il arrête de nous prendre pour des saucisses. Son demi Frère Roger Padois n'est pas le premier perdreau de l'année, ni le petit ouvrier d'une petite société espagnole. Il suffit de voir sur internet le pedigree de ce monsieur pour se rendre compte que c'est un homme d'affaire terriblement redoutable sachant s'encadrer efficacement pour faire fructifier son business. Prétextant un solide attachement filiale à la ville d'Arcachon, il rachète Saint Anne(les eaux Abatilles) en perte de vitesse, en s'associant avec le groupe Bertrand qui est un empire dans la brasserie et l’hôtellerie de luxe pouvant donc augmenter le volume de production. Ainsi le chiffre d'affaire grimpe alors il peut la pour revendre cette société avec une belle plus value. C'est effectivement de l'investissement. Entre temps, le monsieur n'a eu aucuns scrupules pour vendre à l'acquéreur en vue d'agrandissement, les terrains de tennis d'un club plus que centenaire. Effectivement sa société est basée sur les îles Canaries qui sont devenues un peu plus propres niveau fiscal mais qui bénéficient d'avantages non négligeables)

Il a choisi d’être représenté dans la SCI Mestrezat par cette société à hauteur de 50 % des parts de ladite SCI. Je précise que je ne suis pas associé dans la Société Hemingway qui est détenue en totalité par mon frère. Cet investissement représente une somme équivalente à l’achat d’un petit appartement à Arcachon.

(Alors pourquoi avoir fait tout ce montage pour simplement acheter un petit T1?)

Tout est donc transparent, légal et ne dépend en rien d’une décision ou d’un acte découlant de mes fonctions d’élu. »

Yves Foulon.

Au premier regard de cette affaire, la similitude( à une moindre échelle) avec Levallois Perret et son sulfureux maire Patrick Balkany est assez frappante.Des systèmes opaques jouant avec le droit qui aujourd'hui n'ont plus lieu d'exister et qu'il faut combattre. C'est donc une affaire à suivre.

 

966481photoLaFoliedesgrandeurs19717

En face à Lège Cap-ferret, Don Saluste alias Michel Sammarcelli n'en mène pas large. Épinglé pour sa gestion de l'eau catastrophique par l'association Arc-Eau voilà que cette dernière en rajoute une couche en démontrant le pillage de plus de 25 % des ressources naturelles dues au pompage dans les nappes phréatiques doublée d'une tarification qui privilégie les résidences secondaires. http://www.arc-eau.org/ . Il est donc légitime de s'interroger car ce monsieur est aussi président du SIBA (Syndicat intercommunal du bassin d'Arcachon) gérant un budget de 63 millions d'euros. Dans mes billets, j'ai souvent épinglé cet organisme pour ses frasques et ses décisions plus que contestables et pour sa gestion plus que bizarroïde sur certains points. Dernière frasque du jour est le réensablement des plages pour 450 000 euros afin de satisfaire les critères du tourisme chinois. A lire cela je ne sais pas si il faut rire ou pleurer. Déjà le réensablement des plages par le dragage est une bêtise totale. La mairie de Miami en Floride essaye de faire machine arrière avec cette option, car c'est un gouffre financier sans fin qu'il faut renouveler régulièrement et qui fragilise la biodiversité sur les lieux de dragage. En ce qui concerne le tourisme chinois, à mon humble avis pour l'avoir observé sur plusieurs sites touristiques dans le monde, je pense sincèrement que le bassin d'Arcachon mérite autre chose que cette option.

Cette course frénétique à vouloir tirer les marrons du feu du tourisme de masse devient complètement ridicule et l'argent public est dilapidé pour une vision globale courte. On cherche pas à anticiper les choses, à voir plus loin. Tant que le cash entre dans les poches, tout va bien. C'est vraiment dommage et regrettable . Les proches voisins arcachonnais ne sont pas mieux lotis, les élus détruisent, tronçonnent, bétonnent pour notre soi disant bien être,pour le développement durable sans aucun mea culpa laissant le déni devenir leur pensée divine. Parce qu'il faut du papier pour faire des billets, « la baleine » alias Marie Hélène des Esgaulx maire de Gujan Mestras est devenue une pro du graissage de chaîne de tronçonneuse afin d'affirmer sa sympathie aux promoteurs et financiers pour qu'ils puissent nous offrir que du Bonheur. Pour plus d'informations,je vous invite à lire chaudement la page facebook de Joël Le Flecher https://fr-fr.facebook.com/Gujan-Mestras-Infos-1542542642628036/

6l27MeDB93rMVjH9tMCoA87oYJR

« Niniche » alias Jean Jacques Eroles maire de la Teste veut se faire passer pour un sauveur du patrimoine pour faire avaler un deal immobilier foireux en pratiquant un enfumage de cas d'école. Heureusement l'opposition n'est pas tombé dans le panneau pour dénoncer cette décision. En effet La villa Vauzelle aurait pu être classé maison remarquable et rachetée au prix du marché ainsi le terrain communal aurait pu être vendu à un bon prix en exigeant le double de logement sociaux.

« San Francisco » alias François déluga maire du Teich est sous l'emprise de son nouveau gourou, Philippe Bossanne le PDG des campings Huttopia quand ce dernier a prononcé lors du forum du tourisme durable du parc naturel des landes de gascognes :

« -Le touriste peut arriver en train et louer un vélo. Ce tourisme a du sens »

Que c'est beau, j'en ai les larmes aux yeux. Il aurait pu rajouter « et qu'il file jusqu'à mon camping ». Oh oui, je vois toutes ces familles sur le quai de la gare, les bras chargés de bagages surveillant les gamins qui courent quand le train démarre puis faire la queue pour attendre leur vélo et le chef de gare leurs faire un joli sourire en criant haut et fort :

« -Les vacances c'est ici »

Alors, à force de mettre du bois dans la cheminée attention de ne pas allumer le feux....