LE CRI DE LA BERNACHE

17 juillet 2018

VACANCES J'OUBLIE TOUT

 

EDITO

Le ciel avait sorti sa plus belle parure de mammatus  pour laisser éclater sa fureur par des effets pyrotechniques naturels libérant des arrosages massifs et venteux, il est juste de croire qu'il va falloir s'habituer à accepter des spectacles plus grandioses encore. En ce début de saison estivale je vais vous laisser tranquille pour que le rosé et les merguez occupent vos pensées en soirée entre amis. Je ne vais même pas vous parler du sauvetage du soldat Hulot organisé en grande pompe de com jupitérienne par le premier labrador Édouard Philippe sur le sauvetage de la biodiversité, si ce n'est que c'est bien mais que rien de neuf à El Paso, que rien n'est acté, que le temps passe vite, que l'on va signer des traités internationaux qui pollueront deux fois plus vite la planète mais surtout qui laissera le soin aux collectivités d'appliquer les mesures nécessaires afin de protéger la biodiversité. Bon arrêtez de rire, ce n'est pas marrant mais on aura le temps d'en reparler plus tard.

 

orage-cv-mama-pinasse

 

L'impatience de laisser sa couenne aux rayons de soleil est à son comble comme les tiroirs caisse des commerçants devant des touristes fraîchement débarqués. Alors profitez pleinement de cette effervescence festive pour laisser les soucis au placard. Vos adolescents vont vous pourrir la vie, vous taxer du pognon, vous batailler pour rentrer plus tard, vous dire que vous ne comprenez rien mais il faut rester zen. Que jeunesse se fasse. Cependant je compatis car j'ai deux beaux spécimens à la maison.  Quoiqu'on en dise, la victoire de la France à la coupe du monde a fait un bien fou. La saveur n'était pas comme la première fois en 1998 mais les émotions qui comme la grande marée font remonter une alchimie de bonheur permettent que le partage se transforme en un moment inoubliable. Oui, c'était vraiment chouette.

 

15489895

Je trouve cette photo belle. Les commentaires et tous les détournements qu'elle a suscité n'empêchent pas la sincérité de s'exprimer. J'ai eu la même attitude devant ma télévision mais en short de bain avec la bedaine pendante. L'esprit Bernache l'aurait intitulé: « Fête entre Ultras Riches.»

Mesdames c'est la fin des vociférations testostéronesques des amis de vos maris dont l'abus de houblon frais se propageait à côté de la cuvette de vos toilettes. Fini les apéros à rallonge, les déguisements et peintures sur le visage. Place désormais à votre bien être. Le chant du tourisme de masse troublera quelque peu votre quiétude mais la saison estivale sur le bassin d'Arcachon remplira la tirelire des élus locaux. Pratiquons le lâcher prise en serrant les fesses s'il vous plaît. Les conflits et les gué guerres électorales peuvent se mettre en stand by pour quelques semaines même si l'impérialisme de la Baleine alias Marie Hélène des Esgaulx maire de Gujan Mestras titillent l'ordre établi prouvant que le jouer collectif n'est pas trop sa tasse de thé quand elle n'a pas toutes les bonnes cartes en main. Toujours en opposition avec le Syndicat mixte des ports du bassin d'Arcachon(SMPBA), la dame brandit la lettre du préfet lui donnant raison sur la destination des boues de dragage du port de la Teste déversées sur sa commune prétextant le bien être de ses administrés. Sauf que le bien fondé de sa pensée entraînera un supplément de 1,2 millions d'euros aux collectivités pour trouver une solution. Argument qui ne lui fait même pas battre un cil. Mais chose étrange ou mauvais esprit de ma part, il y peu des ostréiculteurs ont bloqué les cales de mises à l'eau des ports de La Teste et Gujan Mestras pour réclamer plus de dialogue avec le SMPBA. Sans aucunes revendications ils occasionnent une gêne pour les plaisanciers alors que la plus part d'entre eux louent et sous louent leur quai. Du grand n'importe quoi. Thierry La fronde alias Thierry Lafon le président du comité régional de la conchyliculture(CRC) dénonce la tension et la défiance avec le SMPBA mais car il y a un mais, il se désolidarise du mouvement de blocage. Une situation et un fait totalement ubuesque.

https://www.sudouest.fr/2018/07/14/bassin-d-arcachon-des-ostreiculteurs-bloquent-les-cales-de-mise-a-l-eau-5233346-2733.php

Sauf qu'à ce jour nous apprenons que la Baleine et Thierry La fronde envisagent de trouver une solution pour donner une seconde vie aux coquilles d'huîtres vides. Ils veulent donc poursuivre leur étude avec notre pognon afin d'exploiter le projet qui en découdra pour investir toujours avec notre pognon une usine de recyclage dans sa localité qui apportera de l'emploi à ses administrés dans un esprit de développement durable. Elle est pas belle la vie ?!

https://www.sudouest.fr/2018/07/17/une-seconde-vie-pour-les-coquilles-d-huitres-5239547-2733.php

Que dire de l’entêtement du seigneur ferretcapien Don Saluste alias Michel Sammarcelli maire de Lège Cap Ferret à vouloir passer en force, contre l'avis de l'état, son Plan local d'urbanisme (PLU) avec l'aide de ses fidèles béni oui oui pour préparer sa succession. Le vieux lion de l'oligarchie arcachonnaise veut pratiquer encore une fois, la politique à papa pour que la machine à fric puisse continuer à tourner sur sa presqu'île. Encore un exemple qui prouve que ces seigneurs n'ont toujours pas compris le déclin de leur idéologie par l'obsolescence de leur politique qui génère de plus en plus de perte d'argent public.( études bidons, SCOT et PLU annulés, procès perdus etc...) Le clientélisme pourra t'il prendre conscience que le monde change ? Vaste question.

https://www.sudouest.fr/2018/07/13/cap-ferret-le-maire-passe-en-force-son-plan-local-d-urbanisme-5230586-3246.php

Pour finir je vais revenir sur une photo qui a fait le buzz dans le monde entier en créant l'indignation. On y voit une américaine Tess Thompson Talley devant son trophée de chasse, une vieille girafe noire. Je ne vais pas débattre sur la polémique de ce geste qui est une réflexion entre sa conscience et la raison.

 

hqdefault

Rien n'est illégal, l'Afrique du sud autorise la chasse aux vieux fauves et vieux animaux sauvages car la demande est présente. Avec les grosses sommes d'argent perçues le pays peut entretenir la faune et lutter contre le braconnage. Sur le bassin d'Arcachon la demande de permis de construire est forte et les demandes du tourisme sont de plus en plus exigeantes. Répondre au mieux à ces demandes amélioreront le bien être des habitants en créant de nouvelles structures, de nouvelles routes etc etc. Sauf que la biodiversité du bassin d'Arcachon s'éteint à feu doux mettant son écosystème en extrême danger. Le paradoxe est que nous sommes tous comme l'Afrique du sud à vouloir sauvegarder notre patrimoine et pourtant nous agissons presque tous comme Tess Thompson Talley.

 BONNES VACANCES A TOUS.

 

IMG_3379-ConvertImage

 


24 juin 2018

C'EST COOL...QUOI QUE ?!

bassin-darcachon-ba-marque

Combien de fois vous ai je vanté mon addiction au hamac? Dans beaucoup de mes billets sa vertu a mis en exergue la qualité de fainéantise qu'elle apporte à mon psychisme et avec enfin l'arrivée des premiers rayons de soleil estival, ma béatitude atteint son paroxysme. L'ombre de la voile qui calme l'ardeur du soleil au zénith et qui laisse passer la bise marine encore fraîche pour me lécher la bedaine me permet d'observer l'oisiveté des moineaux et tourterelles qui bafifolent dans le jardin sous le regard altruiste de mon chat vautré sur le tas de bois. Ce n'est pas pour rien que les asiatiques et les latinos l'utilisent. Adopter cette philosophie pour acquérir un bonheur simple et gratuit. J'encourage donc son utilisation sans modération. Pour ceux qui voudraient s'y mettre, je conseillerai de ne pas acheter les hamacs chinois à bas prix qui sont inconfortables et qui tiennent chaud. Rien de mieux que le tréssé main coton artisanal. Il existe des sites spécialisés dans le domaine qui donnent toutes les infos nécessaires pour apprécier au mieux ce plaisir solitaire. Lors de mon dernier voyage au Nicaragua en février, j'avais bien l'intention d'en ramener un car leur réputation n'est plus à faire. C'est la rolls du hamac. Le patron de la guest house nous donnait l'adresse d'une famille qui en fabriquait dans les faubourgs de Masaya. Ce ne fut pas simple à trouver et le blanc ou le «gringo» n'était pas trop le bienvenue. Sous un baraquement de bric et de broc en tôle ondulée, cinq métiers à tisser hors d'âge fonctionnaient par de jeunes gamines à peine adolescentes sous une chaleur écrasante. Comme un chien que l'on adopte, je l'ai de suite remarqué accroché sur un clou. Ce multicolore devait être mien. Je fus presque gêné par le prix demandé. 20 USD, à peine 15 euros alors Isa a complété par l'achat de tissus d'une qualité exceptionnelle redonnant le sourire à toute la famille. Si je vous raconte cela c'est que depuis deux mois, le Nicaragua sombre dans la violence ou les forces gouvernementales tirent à balles réelles sur le peuple dans l'indifférence générale. J'en suis profondément triste. Ces gens ont vaincu l'impérialisme américain et plusieurs dictatures par le sang mais la soif du pouvoir arrive quand même à corrompre l'âme révolutionnaire de Daniel Ortega et de sa femme vice présidente aux dents longues mettant le pays à la deuxième place des plus pauvres après Haïti. Maintenant que je suis lancé, je vais continuer à vous pourrir la journée avec les Yéménites qu'on laisse crever par nos propres bombes vendues à l'Arabie saoudite. Non je vais vous épargner ce catastrophisme. C'est loin de chez nous et il y a d'autres chats à fouetter. Je peux rebondir sur les agissements guignolesques de l'autre abruti outre Atlantique mais Robert de Niro a déjà tout dit et vraiment Donald trump n'est qu'un vulgaire sac à merde. Je pense même que sa femme Mélania lui a bien fait comprendre en portant délibérément les inscriptions de sa veste Zara. Les frasques du rouquinasse ne vous passionnent pas, peut être voulez vous du croustillant sur la soirée coke party à l'Elysée pour la fête de la musique. Il paraît qu'il a fallu faire rentrer Brigitte au petit matin car elle continuait de se trémousser sur le perron devant les gardes républicains pendant que notre président Jupitérien fumait du crack dans les toilettes avec un rappeur du Bronx.  C'était une fête de dingue!! Bon vous ne voulez pas de fakes news, vous préférez du glauque comme de parier sur la destination finale des nouveaux migrants récupérés par les bateaux des ONG. Qui veut miser un petit billet?! Oui je sais, il y a la coupe du monde de football et la saison estivale va démarrer alors c'est soirée pizza bière en astiquant le tiroir caisse, mais je ne vais pas vous gâcher votre farniente. Pas un mot sur le banc d'Arguin même si le président du parc naturel marin et les associations de plaisanciers couinent sur le fameux décret. Viva la sanctuarisation!!

7793840518_la-une-du-time

Allez, un peu de légèreté pour finir ce billet. Je vais vous expliquer l'expression «manger à tous les rateliers». Il y a très longtemps, dans l'étable, chaque vache avait sa propre mangeoire qui se nommait un ratelier. Une certaine Germaine, plus gourmande que les autres profitait de l'absence de ses congénères pour aller finir en douce les rateliers encore remplis. Le paysan disait alors

«Celle la elle mange à tous les rateliers»

En politique nombreux sont les adeptes de cette pratique et dernièrement, Virginie Calmels en est le plus bel exemple. Sur le bassin d'Arcachon on dirait plutôt «changer de cantine» et nous possédons la reine des cantinières qui a presque mangé dans tous les rateliers existant. Il y peu «la baleine» alias Marie Hélène des Esgaulx maire de Gujan Mestras a été aperçu derrière le pupitre d'une réunion Lrem montrant que tout est possible quand la cantine est bonne et que les élections municipales vont bientôt pointer leur bout du nez. Je peux vous assurer que dans ce petit coin de France la cantine est vraiment délicieuse et qu'ils sont nombreux à se presser aux rateliers.

Pour finir je voudrais saluer la réouverture de la mythique salle de concert du Grand Parc à Bordeaux ou les Ramones avaient déchiré mes tympans, ou les Stanglers avaient puissamment débuté leur carrière et ou le démoniaque chanteur de Lords of the new church s'était étranglé en enroulant le câble du micro autour de son cou. Inoubliable. Longue vie à cette salle de spectacle.

« Tiens ... Mon chat a bougé de place ?!

IMG_3379-ConvertImage

 

10 juin 2018

LES COUILLONS DE LA LUNE

LuneMelies

Quel abruti que je suis! Pourquoi n'y avais je pas pensé avant? En voilà une solution pour sauver la planète. Il suffit d'aller squatter la lune pour que la terre redevienne une planète bleue. Jeff Bezos le patron d'Amazon, l'homme le plus riche du monde au 110 milliards de dollars veut coloniser la lune afin de sauver l'humanité. Enfin, d'abord ses enfants puis ses arrières petits enfants et ceux qui suivront. Car dans un futur proche les plus faibles seront de plus en plus nombreux à fuir la famine, les changements climatiques et les guerres pour venir se goinfrer là ou il y a du pognon. C'est irrémédiable comme il dit. Donc il suffira d'embarquer toute cette main d'œuvre pour bâtir la future base spatiale avec les mêmes conditions de travail qu'il fait subir à ses salariés reléguant l'esclavagisme moderne à des chimères aux yeux de ceux qui resteront et au moins là haut, ils  ne rajouteront pas une couche sur les plastiques au fond de la mer Méditerranée.

«-Au final, mon but à long terme est de faciliter la vie des ouvriers de l'espace, qui devront habiter sur des astéroïdes annexes.»

Pour occuper ces nouveaux logements, pas de soucis. Les rats voulant quitter le navire feront la demande tant ils sont légion. Le goinfre à pognon n'est pas une espèce menacée. Les autres n'auront plus qu'à lever la tête ou gratter un ticket de la française des jeux pour espérer gagner deux places pour la prochaine navette. Il ne restera plus qu'à envoyer Wall-E et la terre retrouvera sa splendeur d'antan.

C'est dingue tous ces milliardaires qui croient qu'avoir eu une idée de génie donne le droit de devenir philanthrope ou d'être le sauveur de l'humanité. Mais ça c'est pour la façade, car même tout puissant leur âme ne véhicule que du business au détriment de la chose essentielle que constitue la vie. Cet égoïsme est insupportable et aujourd'hui je vomis sur ces gens, sur leur pognon. Bill Gates crée des écoles, amène de l'eau dans les villages pour les photographes, pour la bonne conscience mais en obligeant ceux qu'il aide, à acheter  les produits aux firmes dont il est actionnaire. Oui je sais... il donne de l'argent... il aide et bla bla bla.. . Mais quand même ce petit retour sur investissement qui lui permet de rester chaque année sur le podium des plus grosses fortunes à de quoi mettre mal à l'aise. Qu'ils partent loin tous ces philanthropes de pacotille, qu'ils aillent dégueulasser  une autre planète pour savourer l'indécence de leur fortune mais qu'ils arrêtent d'être persuadé de vouloir nous sauver. Combien de temps encore faudrait il à ce que nous sommes, pour admettre l'urgence vitale de notre environnement et admettre que la seule solution ne tient plus qu'aux agissements de notre devoir de citoyen. Comment rester aveugle et de marbre à l'idéologie des puissants qui nous abreuve de communications rébarbatives engluée aux pensées dictatoriales des firmes et de leurs actionnaires? Notre «mignon» jupitérien Emmanuel Macron avait beau lancer un flamboyant«Make our planet great again» au yeux du monde mais ses sbires se sont empressés d'écraser comme une vulgaire merde, tous les projets de loi allant dans le bon sens. ( le glyphosate, les pesticides, le broyage des poussins et j'en passe puis le retouchage de la loi littoral alors que ce devrait être intouchable etc etc..) L'avaleur de boa constrictor Nicolas Hulot n'arrive plus trop à savoir comment digérer ces états de faits, ne sachant plus trop quoi faire pour se sortir des griffes du mignon car sa démission pourrait laisser le champ libre à l'aggravation du temps qui passe. Vaste dilemme!  Comment peut-on arriver à autoriser la pêche électrique qui ravage les fonds marins et détruit la pêche artisanale. Sommes nous si cons que cela?  L'association Bloom qui lutte contre cette absurdité, qui vient de recevoir le prix Golman l'équivalent du prix nobel de l'écologie éprouve la plus grande difficulté à récupérer une étude de l'IFREMER sur l'impact électrique sur les juvéniles.

https://www.bloomassociation.org/nos-actions/nos-themes/peche-electrique/

 

La liste serait longue à commenter et à débattre. Les teneurs de HAP ( hydrocarbures aromatiques polycycliques) sur le bassin d'Arcachon ont doublé en vingt ans mais les singes qui se bouchent les yeux, les oreilles et la bouche pouffent de rire. La famille Gaume qui veut récupérer 60 hectares de forêt pour y construire 61 lots immobiliers montre que l'avidité n'a pas de limite face à la philosophie du père fondateur de cet empire. Sûrement que le groupe Gaume envisage de réserver elle aussi quelques parcelles lunaires qui restent à vendre pour les proposer aux futurs acquéreurs.

Les solutions existent et elles marchent bien, basées sur le bon sens et la relation entre l'humain et la vie. Elles ne rapportent pas d'argent et n'intéressent pas tous ces couillons de la lune mais c'est ce qui me pousse à faire ma part car j'ai compris que rien n'est plus beau que la vie. Alors qu'ils aillent se faire foutre et qu'ils se barrent vite de cette planète. Je continue ma lutte.

mantras-serie-1-citations-74-638

 

Posté par paterzan à 15:14 - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , ,
27 mai 2018

A LA SAINTE QUITTERIE..ON RIT

A l'occasion de la journée de la biodiversité, je viens enfin de trouver une petite sœur qui en 3 minutes 39 a réussi à dire avec beaucoup d'humour ce que je balance depuis 8 ans. C'est un régal à voir ABSOLUMENT et je suis sur que certains vont se reconnaître. Merci Constance.

 

 

QUOI DE NEUF EN ARCACHONIE

 

 

az

Nous y voilà, le loup sort enfin du bois. Bon ce n'est pas une surprise.. on s'en doutait lourdement. Christian Panonacle le mari de la nouvelle député de la 8 ème circonscription qui a terrassé le seigneur d'Arcachon Yves Foulon commence à tâter le terrain pour se présenter à la prochaine élection municipale en 2020 avec la liste de la majorité présidentielle. Le hic c'est qu'il va falloir convaincre un électorat de droite pur jus et offrir une gamelle en or aux pique assiette qui gravitent dans la sphère oligarchique. Et ce n'est pas une mince affaire. La plus part sont prêt à bouffer du béton pour garder leur titre de noblesse aux yeux du seigneur mais en tant qu'agent immobilier il ne doit pas cracher dessus. La bourgeoisie arcachonnaise se préoccupe plus des crottes de chiens sur leur trottoir et de garder leur place au port que penser à une vision sur le long terme. Pour autant, il a le droit de se présenter. Je me pose quand même pas mal de questions. Je veux bien comprendre que ce monsieur veut devenir quelqu'un depuis que sa femme a goûté la cantine étatique à sa place, qui veut effacer la frustration de ne pas avoir pu sentir les fastes de la vie parisienne même en proposant son bénévolat. Le monsieur ne manque pas d'ambition et plonge dans l'opportunisme pour faire passer sa candidature. Vous me direz, plus c'est gros plus ça passe. Bon ?!..je veux bien.. mais quand même. Lui Maire et sa femme député, il n'y a plus qu'à mettre le fils à la présidence du SIBA(syndicat intercommunal du bassin d'Arcachon) et la grand mère à la présidence de la COBAS (communauté d'agglomération du bassin d’Arcachon sud) et hop le tour est joué ! Comment ne pas être mauvais esprit et rester le plus objectif possible ?! Sans mettre en doute son honnêteté il est légitime de s'interroger sur une telle candidature. En tous cas, c'est évidemment une affaire à suivre.

https://www.sudouest.fr/2018/05/23/municipales-christian-panonacle-sort-du-bois-ses-ambitions-en-2020-5079852-2733.php

 

CARTON ROUGE

Au journal Sud-ouest qui dans la page locale d'Arcachon sur internet qui ose mettre un article sur les 15 plages girondines qui viennent d'obtenir le label Pavillon bleu sachant très bien que toutes les villes du bassin d'Arcachon ne posent plus leur candidature depuis des lustres. Il serait intéressant d'écouter les raisons par nos édiles...juste pour rigoler.

plage

 

 

A LA SAINTE QUITTERIE

 

Au bureau de la poste, l'horreur est de faire la queue pour récupérer une lettre recommandée. C'est dingue comme il y a toujours du monde. Ils ont pourtant modernisé le lieu mais l'attente règne toujours en mode plus soft. Mon pote de classe Alain est au guichet et le moins que l'on puisse dire c'est qu'il n'a jamais été réputé pour sa vaillance. Il fut facteur un temps mais comme il s'aspergeait trop sévèrement avec certains clients rallongeant un peu trop les horaires de la tournée, la direction l'avait recasé à l'accueil pour une tâche plus thérapeutique. Sur le côté une petite mamie avec son caddie de course se mouille les doigts pour recompter scrupuleusement les 1000 balles en petites coupures qu'elle vient de sortir du livret jaune. C'est marrant cette manie de petits vieux de retirer et de planquer du cash. Par peur de manquer sûrement, vieux réflexe d'après guerre ou pour payer au black le jardinier ou le maçon ?! Je m'aperçois que nous sommes tous hantés de petites manies transmises à l'enfance par la famille qui souvent font sourire. L'autre jour, mes gosses se marraient car à table j'ai pour habitude de me frotter les mains et en rendant visite à ma mère, je remarquais qu'elle faisait la même chose en me parlant. Alors quand j'ai surpris ma fille le faire assise à son bureau, je n'ai pu m'empêcher de sourire. Devant le bureau d'un conseiller financier sur une chaise en plastique une femme mastiquant un chewing gum attendait son rendez vous. Une jolie brune au cheveux longs, grosses lunettes de soleil Chanel en toc, rouge à lèvres rouges vif assorti aux ongles mains et pieds,marinière avec pantalon fuseau noir, jambes repliées ou brillait un sac Vuitton de mauvaise contrefaçon et une petite chaîne à la cheville qui pouvait enflammer tous les fantasmes. J'avais la sale impression qu'elle me fixait car à chaque fois que mes yeux se posaient sur elle, elle me déployait son plus beau sourire. Il y a bien longtemps que mon charme légendaire n'opère plus comme avant et les traces du temps sur mon corps n'emballent plus la jeunesse. Je m'y suis fait et j'accepte cette cruelle désillusion quitte à toujours chercher la petite étincelle dans l’œil. C'est alors qu'elle se leva pour aller à mon encontre puis posa sa main sur mon bras en retirant ses lunettes :

« -Bonjour, tu ne me reconnais pas ?? »

Son parfum « la petite robe noire » lui collait bien à la peau et le dosage était parfait mais j'étais dans une grande confusion car je ne savais pas qui était cette personne. Je sentais que pour elle il n'y avait pas de doute alors que le néant me mettait mal à l'aise.

-Je suis Julie Gourriot et tu m'as sauvé la vie aux autos tamponneuses.

La surprise était totale mais son nom de famille me replongea quarante année en arrière.. Dans les années 70 Andernos les bains était une sorte de village ou presque tout le monde se connaissait. A la sainte Quitterie patronne de la ville il y avait foule qui se pressait le dimanche après midi à la fête foraine place Camille Goubet. Les familles endimanchées emmenaient les bambins jouer et discuter de tout et de rien avec les voisins ou les collègues ostréiculteurs. Mais c'était aussi la période de mon anniversaire en sachant qu'à la fin du repas mes parents allaient me donner 10 ou 20 francs en complément du billet de 50 de mon grand père. J'allais pouvoir être le roi du karting, le boss des autos tamponneuses et le dieu au tir à la carabine mais je filais à toute vitesse dans l'espoir d'être le premier à inviter Miss Malabar. Julie quatorze ans la fille d'un notable andernosien avait déjà le corps d'une femme et sa poitrine allumait la soupe de testostérone de tous les adolescents de cette petite ville.Mastiquant deux chewing gum dans la bouche elle attendait patiemment que l'on s’intéresse à sa personne et l'heureux élu pouvait avoir le privilège de l'embrasser et de lui caresser les seins derrière le cimetière. Ma timidité maladive empêchait tout espoir de l'approcher mais ce dimanche là je prenais mon courage à deux mains pour lui proposer un tour d'autos tamponneuses. Je n'en menais pas large mais elle semblait contente en faisant exploser ses bulles de gum. Sauf que mon initiative n'avait pas du tout plu au grand Serge qui se croyait le roi d'Andernos. Ce fils de pêcheur venait d'entrer à quinze ans en deuxième ligne de l'équipe de Salles de rugby. Bati comme une armoire mais avec un cerveau assez limité. Il était fou de rage de s'être fait griller par un petit gringalet. C'est alors qu'il avait surgi de nulle part lancé en pleine vitesse pour nous percuter de plein fouet. Miss Maladar avala son chewing gum qui resta coincé dans sa gorge. Elle commençait à suffoquer terriblement cherchant désespéramment de l'air. Ses yeux indiquait la terreur et son visage virait au rouge vif. J'étais complètement perdu et Serge nous rajouta la seconde couche en déboulant par l'arrière. Le choc expulsa direct les malabar pour rouler sur la piste. Julie retrouvait ses esprits lentement puis prit ma tête entre ses mains pour me rouler ma première pelle magique.

« -Tu es mon sauveur » me disait elle.

Je n'en demandais pas tant et bien sûr j'avais eu le privilège d'aller avec elle se promener derrière le cimetière.

Aujourd'hui quand je la regarde là devant moi et qu'une petite lueur brille au fond de ses yeux noirs, ma mémoire a l'outrecuidance d'avoir sauvegardé l'odeur corporelle de ses seins comme la tarte aux pommes sortant du four de ma grand mère Jeanne. Elle me raconta qu'elle avait eu malencontreusement un gamin avec Serge. Une erreur de jeunesse que cet idiot n'avait pas voulu assumer. Désormais son fils est grand et il a renoué contact avec son père qui malgré le temps qui passe était devenu un bon père pour lui. J'aurais bien aimé lui dire la vérité, que son père finalement était le vrai sauveur mais à quoi bon. Pourquoi vouloir changer le cours de cette histoire ?! J'étais son héros et c'était cool.

Alain au guichet me demanda mon avis de passage et une pièce d'identité mais j'étais venu sans papiers en tongs et en short.

« -Oh Alain... tu me connais quand même. Tu sais qui je suis. Tu connais même Julie, non ?!

-Oui je sais très bien qui tu es mais il me faut quand même un justificatif. Regarde les caméras... Elles me filment. »

-Tu ne veux pas être mon sauveur ?

-Ben..Non, je ne peux pas. »

Ce récit est une oeuvre de presque pure fiction. Par conséquence toute ressemblance avec des situations réelles ou avec des personnes existantes ou ayant existé ne saurait être que fortuite.

 

 

16 mai 2018

DES PAPOUILLES A PAPOU

chef-papou-Mundiya-Kepanga-2

Quand j'ai appris qu'un chef Papou allait venir planter un arbre avec les enfants à Arcachon, je dois dire que les bras m'en sont tombés. Je me suis même surpris à rigoler doucement en visualisant la scène puis je me suis interrogé. Si la respectabilité et la mission de Mundiya Kepanga ne peut pas être mise en doute et que tout ce qui peut ouvrir les consciences est bon à prendre, le choix de la ville d'Arcachon est le paradoxe total avec le maire de la ville Yves Foulon alias Foufou complètement addict au bétonnage. Un peu comme si Pierre Rabhi allait boire le champagne à l'assemblée générale de Mosanto ou que Bachar el- Assad allait faire un discours sur les droits de l'homme à l'ONU. Certes le chef Papou veut à juste titre d'abord sensibiliser les enfants mais l’édile ne va surtout pas manquer de figurer sur la photo et d'applaudir à tout rompre à la projection du documentaire. Si à chaque selfie avec Mundiya il pouvait planter un arbre, la cause avancerait plus vite. C'est Luc Marescot le co réalisateur avec Marc Dozier de ce beau documentaire qui a voulu faire plaisir à sa petite sœur Claire pour créer l' événement à Arcachon. Cette dernière conseillère municipale béni oui oui a mis tout son dynamisme pour ajouter du vert à l'image de son seigneur. Donc je suis allé en quête d'informations pour en savoir plus sur ce chef Papou et ma conclusion est que nous avons affaire à un sacré client. J'adhère totalement à sa personnalité hors norme et à la cause qu'il défend mais mon esprit critique relève quand même quelques petits points à mettre en lumière. C'est avant tout une histoire humaine entre Marc Dozier et Mundiya Kepanga. Une de ces rencontres qui bouleverse votre vie. Le réalisateur est entré pleinement dans la quête de ce peuple et a voulu lui rendre la monnaie de la pièce en proposant de le mettre en lumière aux yeux du monde occidental afin de défendre sa cause. Après plusieurs séjours en France Mundiya a très vite compris les faiblesses et le fonctionnement de l'homme occidental pratiquant l'art oratoire avec malice comme à son discours à la COP 21  en disant :

« -Avant moi, les hommes blancs ont parlé 30 minutes chacun, pour ne pas dire grand chose et vous me laissez que 5 minutes. Alors excusez moi si j'en prend 6. »

Il paraît même qu'il ne serait pas insensible aux charmes de la femme blanche, qu'il adorerait le Ricard et les discothèques. Les réalisateurs ont vite compris qu'ils pouvaient avoir un nouveau Roani en se demandant comment être le plus efficace en médiatisant son image. Ils ont choisi de le pipoliser en l'affichant un peu comme un épisode de télé réalité et le bonhomme y a pris goût effaçant quelques peu son objectif philosophique. Le voir déguisé en Elvis Presley ou entre deux filles du Lido me semble ne pas avoir de sens quitte à laisser la crédibilité sur le glaçage des photos. Déjà que défendre une telle cause est presque désormais mission impossible car les puissants et les dirigeants se fichent royalement des états d'âmes d'autochtones de lointaines contrées et que le citoyen lambda se lamente intérieurement des désastres écologiques puis passe à autre chose. Parler aux enfants reste l'ultime recours car Mundiya ira chercher l’innocence dans leurs yeux pour essayer d'allumer une conscience qui pourrait être plus importante que de trouver l'endroit pour recharger le smartphone. Il a raison car dans les yeux de ses hôtes, il ne verra que...pas grand chose au milieu des sourires de compassion. Alors un chef Papou à Arcachon est certes surréaliste mais après tout...tant que le seigneur est content et que ses oailles pourront observer le couchant de la biodiversité sombrer au pied de la dune du Pilat dans l'obscurité d'un écosystème sans lune, le cul sur le sable du banc d'Arguin.

 

Au buffet après la projection Mundiya(MK) et Marc Dozier(T) son traducteur attendent la venue du maître des lieux. Le chef Papou a remarqué que la boisson anisé de l'homme blanc lui ouvre l'esprit comme par magie et que son absorption sans être mélangé avec l'eau de Veolia lui présente toutes sortes de personnages et d'animaux légendaires qui gambadent dans sa tête. Foufou(F) alias Yves Foulon maire d'Arcachon suivi de près par sa fidèle adjointe Vévette alias Yvette Maupilé(V) déboulent sourire aux lèvres et bras grand ouvert pour être immortalisé par l'objectif de Bernie alias Bernadette Dubourg(B) journaliste à Sud Ouest qui attend dans un coin de la salle en se goinfrant de petits fours.

F«-Ah mes amis quel beau film! J'ai encore les larmes aux yeux.

MK-(Ce petit ver luisant dégage de mauvaise ondes) en langage pidgin

F- Euh... que dit notre bel ami?

T- il vous remercie pour votre accueil.

Mundiya fixe le regard de Vévette en vidant son verre d'un trait.

MK-(Cette femme avale des couleuvres et ferme les yeux comme un petit singe, il me la faut. Dis lui que je la veux comme troisième épouse.)

F- Dès demain je change le mobilier de mon jardin et le pont de mon bateau.

T-( Vas mollo sur la boisson Mundiya, je ne peux pas traduire ton offre. Je te rappelle que nous sommes invités.)

Vévette est troublée par le regard du chef. Elle regarde autour d'elle mais mise à part Bernie qui se ramène la bouche pleine pour prendre la photo, c'est bien sa personne qui hypnotise Mundiya.

MK-(Il y a plein de fourmis rouges dans l'esprit de petit ver. Je dois lui offrir un petit champignon pour le sauver)

T- (Euh...Je crois que ce n'est pas une bonne idée)

MK- (les visions seront bonnes pour son âme. Alors donne lui en un)

Mundiya sort une petite pochette en cuir pour en retirer un petit champignon noir tout sec qu'il tend à Foufou.

T- Vous devez avaler ce petit champignon. C'est une coutume de sa tribu en signe de bienvenue. Refuser serait une offense.

F- Non non... Pas de drogue. Mis à part le mojito bien corsé de Vévette, je ne touche à rien.

T- Pas d'inquiétudes, c'est un vitalisant naturel pour la santé.

B- Et moi, je pourrais en avoir un aussi ?

Mundiya en donne un à Bernie puis attrappe délicatement la main de Vévette pour lui poser un baiser avant de lui en faire avaler un aussi. Tout ce beau monde prend la pose pour la photo puis :

MK- (Bon il va falloir filer en douce car petit ver commence à s'agiter. On doit aller en face au Cap Ferret. Il paraît que le vieux chef blanc aime couper les pins et il me reste encore deux champignons)

Quelques minutes après avoir quitter les lieux, l'effervescence commence à monter autour du buffet.

F- Dis donc Vévette, j'ai le dos qui me démange. J'ai l'impression que des branches veulent sortir et que des racines poussent sous mes pieds. Mais regarde toi, tu as plein de plumes. Tu ressembles à un dindon.

V- Mais c'est vrai monseigneur. Glou Glou Glou...Glou Glou Glou

B- Quelqu'un peut il me traduire ce que disent ces huitres qui parlent toutes en même temps ?!... Tiens c'est bizarre j'ai des écailles sur la peau ?!

 

PS : Vivement la photo officielle !!