LE CRI DE LA BERNACHE

20 septembre 2022

EN ATTENDANT LA PLUIE

1663658173096

 

C'est étrange, mes pensées s'éparpillent dans le dérèglement climatique ou les 40 degrés en septembre commence à m'ennuyer sérieusement. Pourtant je suis friand de la chaleur mais quand je suis dans de lointaines contrées. Une espèce de lassitude traîne dans l'air me rendant presque mélancolique. J'aimerais tellement qu'il pleuve...mais qu'il pleuve... car les cèpes ont besoin d'eau pour pousser. Les forêts brûlent tout autour de nous, l'érosion fait rage et la biodiversité continue à décliner sans bruit ..mais tout le monde a l'air de s'en foutre...Tiens!! Ça crame à Arès. L'enfer se rapproche...

Notre "Mignon" Manu 1er alias Emmanuel Macron balance qu'il faut mettre fin à l'abondance et à l'insouciance alors son caniche aux finances "Nono la thune" alias Bruno Lemaire ne veut surtout pas taxer les supers profits de peur d'arrêter le ruissellement dont beaucoup d'entre nous attendent encore que quelques gouttes nous tombent dessus car la méthode distribution de chèques à la populace ressemble aux latrines des châteaux forts qui se vidaient sur les pieds des villageois. Les goinfres et les gourmandasses sont hilares et peuvent dormir tranquille. Pour ma part, j'ai arrêté d'être insouciant en me remettant au sport pour mettre légèrement fin à l'abondance de mon tour de ventre.

Pour appuyer mes propos, je vous encourage à regarder cette vidéo et lire les travaux de cette franco américaine Esther Duflo prix Nobel d'économie:

https://www.francetvinfo.fr/monde/environnement/taxer-les-superprofits-une-vraie-bonne-idee-pour-ameliorer-la-justesse-de-notre-systeme-fiscal-selon-l-economiste-et-prix-nobel-esther-duflo_5338696.html

 

 

Avec la disparition de Jean Luc Godard c'est la confusion qui domine dans mon esprit car son œuvre cinématographique est totalement hermétique à mon cerveau. Je ne peux pas. Je reconnais à juste titre son génie mais l'homme qu'il était me fascinait au plus haut point en maîtrisant l'art de la contradiction au service de sa liberté.

«-Il est probable que le possible n'est pas impossible.»

Il reste ses films qui traverseront le temps, que peut être j'arriverai à saisir toutes les subtilités en avançant vers la maturité du grand âge. Je verrai bien. A bout souffle comme l'état de la biodiversité du bassin d'Arcachon et Opération béton pour le reste du territoire. Le Mépris est souvent présent dans tous les conseils municipaux et la sublime bande son de Georges Delarue pourrait accompagner les promesses électorales même si certains d'entre eux font Bande à part . Je vous laisse deviner qui dans l'oligarchie arcachonnaise serait Pierrot le fou et le petit soldat Avec je vous salue Marie, je pourrais vous dire deux ou trois choses que je sais d'elle. Hélas pour moi les décisions politiques sur le bassin d'Arcachon sont un film comme les autres.

Bon vent à vous Monsieur Jean Luc Godard.

 

Décidément les avis d'obsèques remplacent la pluie et donnent de la matière aux chaînes infos. Pour la Queen Elizabeth ll j'ai une anecdote à son sujet. Fin des années 80, j'étais parti rendre visite à mon frère en Nouvelle Zélande. Pour le premier de l'an nous dînions chez sa belle famille dans un pavillon ouvrier de la banlieue de Christchurch. Cette vieille famille écossaise avait fui les années Thatcher pour trouver un peu de tranquillité à l'autre bout du monde. Le père était un accordeur de pianos réputé mais qui bouffait monstrueusement son salaire dans les paris de canassons et la boisson. Sa femme passait ses journées sur son canapé à fumer des Dunhill à la chaîne en regardant des soap opéra à la télévision attendant la venue de copines dans l'après midi pour boire le thé et les lichettes de Brandy pour bien rigoler. Leurs deux grands fils, cheveux long teeshirt «Ramones» préféraient traîner dans les pubs que d'aller au boulot et ne foutaient vraiment rien à la maison. J'étais carrément projeté dans un film de Ken Loach. Quand la Queen Elisabeth apparût sur l'écran, les parents se levèrent d'un seul homme et chantèrent de vive voix «God save the Queen» la main sur le cœur puis ils écoutèrent son discours religieusement plantés dans le salon. Je ne savais vraiment pas quoi faire et cette situation commençait à me faire sourire et presque rire quand les deux fils ont déboulé sans bruit dans pièce en faisant des doigts et bras d'honneur à la reine dans le dos de leurs parents. La monarchie anglaise perçue par son peuple, dans toute sa splendeur. Cependant bon vent à cette grande dame qui a traversé les siècles pour devenir une véritable icône.

 

Capture

Autre grande figure locale andernosienne Fernand Delort qui vient de nous quitter et que je voudrais saluer. L'église était trop petite pour accueillir tout le monde mais les vieilles familles de la ville étaient présentes pour lui rendre hommage. Ancien coureur cycliste professionnel il avait ouvert un magasin de cycles à son nom et l'enseigne tourne toujours en ayant gardée son esprit, seule rescapé du temps d'antan. Il habitait en face de chez mon grand père Boyton et il m'engueulait sévère quand je lui ramenais trop souvent mon vélo cassé. Quand je suis revenu m'installer définitivement sur ma terre d'enfance après des décennies de pérégrinations autour de la planète c'est à la terrasse du bar basque que je l'ai recroisé. Attablé avec ses amis au petit café du matin à raconter ses histoires de chasse avec sa voix rauque, ses yeux bleus perçant m'ont scanné quelques longues secondes avant qu'un large sourire s'affiche sur son visage :
«-Oh putain...petit Boyton...assis toi et comment vas-tu ?»
Nous avons discuté du bon vieux temps. Nous avons ri, beaucoup ri et c'était bien.

Bon vent Monsieur Fernand Delort.

fernand

 

Notre mère supérieure «Zaza la pogne» alias Élisabeth borne la première ministre demande à son bon peuple de mettre un pull, de baisser le chauffage cet hiver, de mettre un couvercle pour faire cuire les pâtes, de récupérer l'eau de cuisson pour le bain du bébé et plein d'autres mesures pour économiser l'énergie à cause de ce maudit Poutine et sa guerre en Ukraine. Ainsi les SDF pourront eux aussi comprendre et compatir à l'effort de la nation en se sentant moins seuls dans la rudesse des nuits hivernales sur les pavés des trottoirs. C'est pourquoi il va être nécessairement urgent d'appliquer la réforme des retraites pour travailler plus permettant d'honorer les factures d'énergies et d'assurer le train de vie aux actionnaires qui font vivre le pays. Les goinfres et gourmandasses sont hilares et peuvent dormir au chaud.

 

J'aimerais tellement qu'il pleuve..mais qu'il pleuve...


28 août 2022

LA TÊTE DANS L'ENTONNOIR

ed bernache

 

Au premier abord, on pourrait croire à une querelle de clocher qui fait rire dans les chaumières mais celle qui se passe dans la capitale de l'Arcachonie mérite que l'on s'y penche un instant car derrière ce qui pourrait prêter à sourire se cache une sombre histoire de batailles d'égos pas très reluisante et une nouvelle fois, son Altesse sérénissime «Crème antirides» alias Yves Foulon le maire d'Arcachon me tend le bâton pour se faire flageller.

https://www.sudouest.fr/economie/transports/circulation-en-gironde/arcachon-les-camions-de-la-source-des-abatilles-a-nouveau-verbalises-11972351.php

Pour résumé, au milieu d'une bourgade cossue, une usine d'eau minérale fleuron du royaume prospère goulûment. Cette usine nécessite l'emploi de semis remorques pour écouler sa marchandise. Le maître du lieu par un arrêté municipal décide soudainement d'interdire la route aux camions. La justice donne raison à l'usine et annule cet arrêté. Le seigneur piqué au vif repose illico un nouvel arrêté et les prunes s’amoncellent sur le bureau du directeur de l'usine. La marée chaussée sûrement mal à l'aise d'obéir a même verbalisé un camion qui acheminait une cargaison de bouteilles d'eau offerte gracieusement aux pompiers combattant les terribles incendies. Une nouvelle fois ce sera la justice qui va devoir régler cette querelle ubuesque. Mais comment en est on arrivé là? Pour comprendre il faut revoir la genèse de cette usine. Le groupe Nestlé qui détenait la source sainte Anne les Abatilles avait choisi de faire son investissement sur des produits phares comme Vittel, Evian et j'en passe délaissant totalement cette marque qui n'arrivait pas à décoller. C'est alors que «Roro l'espingouin» alias Roger Padois le demi frère de son Altesse sérénissime entre en scène. Monsieur que j'avais déjà épinglé en 2017 lors des «Arcachon Papers» http://www.lecridelabernache.com/archives/2017/12/12/35952738.html

Dans ce billet j'écrivais :

Prétextant un solide attachement filiale à la ville d'Arcachon, Roger Padois rachète la source sainte Anne en perte de vitesse, en s'associant avec le groupe Bertrand qui est un empire dans la brasserie et l’hôtellerie de luxe pouvant donc augmenter le volume de production. Ainsi le chiffre d'affaire grimpe alors il pourra revendre cette société avec une belle plus value. C'est effectivement de l'investissement. Entre temps le monsieur n'a eu aucuns scrupules pour vendre à l'acquéreur en vue d'agrandissement, les terrains d'un club de tennis plus que centenaire.

Nous avons donc affaire à de redoutables hommes d'affaire qui ne sont pas là pour enfiler des perles. Il convient de reconnaître qu'ils ont eu l'excellente idée de marketing en donnant la forme d'une bouteille de vin de Bordeaux à leur eau pour se démarquer des autres concurrents et afficher un ancrage locale. Très vite le chiffre d'affaire a été multiplié par quatre et les camions défilaient à la chaîne dans la rue malgré quelques grincements de dents du voisinage. Entre temps son Altesse sérénissime voyant les royalties entrer dans la caisse de son royaume eut l'idée de s'acoquiner avec le frérot pour investir avec lui dans l'immobilier avec des montages balkaniens qui font parfois les gros titres dans les journaux locaux.

Jean Merlaut un gros négociant en vins avait eu vent que «Roro l'espingouin» voulait lâcher du lest dans le business pour profiter d'une belle retraite dorée. Alors il lui proposa de racheter son affaire. Le groupe Bertrand qui voulait développer d'autres projets profita de l'aubaine pour toucher le jackpot en revendant les 50% de ses parts. Il ne restait plus qu'à convaincre Roro de céder ses parts pour être actionnaire à 100% du capital mais ce dernier, gourmandasse dans l'âme, ne céda que 20% et le terrain en vue pour l'agrandissement de l'usine, se gardant 30% dans l'espoir d'engranger de la monnaie pour quelques temps encore. Je pense que Jean Merlaut, même majoritaire a du l'avoir sévèrement mauvaise. Aussitôt il engagea Hervé Maudet un squale dans le développement pour mettre un maximum de pression sur cet actionnaire minoritaire qui voudrait le cul de la crémière. Des contentieux vont très vite apparaître et les compromis ne vont pas du tout plaire à Roro, touchant même son amour propre. Dans le business les sentiments n'ont pas leur place alors qui de mieux pour se plaindre que d'aller voir son frérot en chouinant son mécontentement et la famille pour son Altesse sérénissime c'est sacré. Il fallait agir pour laver cet affront et voilà aujourd'hui le résultat. L'accès de l'usine interdite aux poids lourds. Pathétique...minable et nul.

Je serais Jean Merlaut je retirerai le mot Arcachon des étiquettes. Après tout, ce n'est pas la ville qui fait vendre la bouteille. C'est sa forme. Le chinois, l'indien ou l'américain se foutent royalement de sa provenance si ce n'est qu'elle est française car elle ressemble à une bouteille de vin. De quoi le rendre furax.. l'autre sur son trône...

abatilles

******

Un soir de canicule j'étais dans mon salon à attendre la venue hypothétique d'une bise marine qui pourrait rafraîchir ma carcasse et aider les pales de mon ventilo à essayer d'atteindre les bras de Morphée. La chaleur poisseuse avait eu raison de la montée en puissance des festivités de mes voisins en donnant un coup d'accélérateur au rosé pour qu'il grimpe plus vite au ciboulot des convives alors la fiesta fut écourtée plus rapidement laissant juste quelques rires gras briser la moiteur de la nuit. Installé sur mon canapé je faisais défiler les chaînes de télévision en ayant pris le soin de couper le son. En tant normal, je ne regarde pas trop la télévision et je pense que je vais continuer à ne pas trop la regarder. C'est alors qu'il est apparu. Je l'avais en face de moi, en gros plan serré. Chemise rouge de circonstance suite aux terribles incendies, le bonhomme transpirait à grosses gouttes devant un camion de pompiers. Il semblait être gêné par le gros micro qu'on lui avait mis dans la main et on devait lui faire signe de le baisser car on ne voyait pas son visage. Il fixait droit la caméra à attendre sûrement le direct. Il semblait être dans les starting blocks, impatient à intervenir à l'antenne et d'un coup le bonhomme est parti. Il déblatérait à n'en plus finir. Il agitait sa tête nerveusement et je sentais qu'il devait en avoir gros sur la patate. Comme je ne savais pas de quoi il causait je laissais mon âme divaguer dans l'espoir de m'assoupir comme les derniers mots flous d'une page d'un livre qui viennent avant d'éteindre la lumière. Son nez se mit à grandir petitement au début puis s'allongea plus longuement. Ses oreilles grossissaient à vue d’œil puis s'étirèrent vers le haut, velues comme celles des ânes du Poitou. Je ne pus m'empêcher de rigoler. Non ce n'était pas Pinocchio dans l'écran mais «Le Béguey» notre coq gascon local alias Bruno Lafon maire de Facture Biganos parlant en tant que président du DFCI (défense des forêts contre l'incendie en Aquitaine), que je dus remettre le son:

«- Il faut arrêter l'urbanisation anarchique. Oui il faut l'arrêter. La bétonisation empêche l'eau de pluie de pénétrer dans la nappe phréatique.»

Je n'aurais jamais du remettre le son. Il fallait oser pour dire une chose pareille venant d'un gars qui injecte du béton partout dans sa propre ville. Je me devais d'appeler aussitôt Monsieur Bonsens pour qu'il aille prochainement lui remettre les pendules à l'heure. La bise marine se faisant toujours attendre, je laissais la fin du «Gendarme à Saint Tropez» me guider vers d'autres songes en me sortant peut être la tête de l’entonnoir.

 

DSC03551

13 août 2022

LA PITCHOULI

homme-d-affaires

 

La Queen gujanaise dit «la baleine» alias Marie-Hélène des Esgaulx maire de Gujan Mestars se prépare pour les fêtes du port. Devant son miroir, cymbales dans les mains elle entonne de vive voix sa chanson favorite:

«-Ma mère m'a donné la permission de minuit

-Bling bling

-Pour aller me soûler la gueule à la Pitchouli

-Bling  bling.»

Elle fait une pause pour se gargariser de Ricard afin de se remettre en forme avant d'affronter la bandas basquaise qu'elle avait séché lors des dernières fêtes. Même si ce n'est pas sa boisson de prédilection, le troisième ligne Bayonnais qui s'était écroulé à ses pieds voudra sûrement avoir sa revanche.

«-La Pitchouli bling bling... la Pitchouli bling bling

Le rendez vous de nos dimanche après midi...Bling bling.

Monsieur Bonsens apparaît derrière son dos.

«-Mais qui êtes vous petit malotru et qu'est ce que vous foutez ici? Qui vous a donné le droit de m'importuner? Vous savez que je peux vous faire empaler sur le champ ou vous envoyer un contrôle fiscal qui vous fera pleurer votre mère.

-Tout doux.. tout doux.. calmos ma bonne dame. C'est qu'elle pourrait presque me mordre la diablesse..

-Dis donc, comment oses tu me parler ainsi. Nous n'avons pas élevé les cochons ensemble. Tu as affaire à une reine à qui tu dois allégeance et soumission.

-Arrêtes donc ton discours pour tes ouailles. Je suis monsieur Bonsens et je suis ici pour remettre un peu d'ordre à ta conscience.

-Pour qui te prends tu, trou du cul? Tu crois que tu peux arriver à me contredire. Tous ceux qui ont osé, me lèchent désormais les pieds.

-Ton âme est tellement rongée par la cupidité et par l'ardeur de ton avidité effrénée, que je suis là pour te remettre dans le droit chemin. Je suis dans ta tête.

-J'en ai rien à foutre de ta philosophie à deux balles. C'est les fêtes du port et les gens de mon royaume ont envie de lâcher la goupille pour oublier leur misérable quotidien. C'est une tradition et la tradition doit perdurer. Les touristes sont heureux de se mélanger avec les indigènes pour aller chercher l'ivresse dans la beuverie au son des bandas, renflouant les caisses de la ville et laissant un souvenir impérissable à leur mémoire pour qu'ils reviennent. T'as rien compris au business.

-Ton analyse est certes respectable mais dans une configuration normale. Je te rappelle quand même que des pompiers, des volontaires continuent à combattre de monstrueux incendies dans ton voisinage et si devant les caméras tu n'es pas là dernière à vanter leur bravoure et leur courage, tu organises ta fiesta à la lisière d'une forêt jurant haut et fort que les précautions maximales seront prises pour assurer la sécurité des festeyres., Ce que je veux bien croire, mais ne vaudrait t'il pas mieux voir un festayre aviné uriné sur un bateau du port de Larros en jetant son mégot dans le bassin, qu'au milieu des fougères qui entourent le lac?

-T'es vraiment un triste sire. Ici c'est moi qui commande et je veux que la fête soit belle, je veux chanter, boire et diriger un Paquito endiablé et toi tu viens pour me saper le moral.

-Non, je viens juste essayer d'apporter du bon sens à ta conscience. Tout comme vouloir réclamer une exonération d'impôts à notre cher mignon président pour compenser les pertes du chiffre d'affaires de tes commerçants,sans attendre que la saison soit finie et en comparant la situation à celle de Saint Barth lors de la tempête Irma. Il est vrai que le goudron du doublement de la voie rapide et le Fiasco des trois piscines trouées ont sérieusement entamé la caisse de la COBAS. Imagines tu, une seule seconde ce que des vents soufflant à près de 350 kms/heure pendant plusieurs heures auraient fait de ton royaume ? Profiter d'une situation difficile pour en tirer des bénéfices est de mon point de vue, très malsain.

https://www.sudouest.fr/gironde/la-teste-de-buch/bassin-d-arcachon-marie-helene-des-esgaulx-demande-a-emmanuel-macron-des-exonerations-11890023.php

-Ça suffit, j'en ai assez entendu.»

Elle attrape une clochette pour la secouer vigoureusement. «Flipper» alias Xavier Paris son adjoint à la mairie entre dans la pièce en courbant l'échine.

«-Majesté...ma divine reine, que puis pour vous?

-Vire moi cet enfoiré qui me pourrit la journée

-Mais Majesté....il n'y a que vous et votre miroir dans cette pièce.

Monsieur Bonsens s'approche de l'oreille de la baleine et lui chuchote

-La Pitchouli...la Pitchouli....



L'affaire de la rue de la plage au Cap Ferret

https://www.sudouest.fr/gironde/lege-cap-ferret/cap-ferret-selon-une-loi-de-1921-le-passage-de-l-escale-et-du-pinasse-cafe-fait-bien-partie-du-domaine-public-11887888.php

En cette fin de journée caniculaire, à l'ombre de sa piscine "le dentiste" alias Philippe de Gonneville maire de Lège Cap Ferret sirote un mojito paisiblement en regardant sa femme rôtir sur un transat. Monsieur Bonsens arrive dans son dos, lui attrape les oreilles pour les lui tirer énergiquement.

«-Aïe aïe aïe !! Il se retourne et monsieur Bonsens lui sourit.

-Tu me remets? Je t'avais bien dit qu'à la fin c'est toujours Colombo qui gagne.

http://www.lecridelabernache.com/archives/2022/02/03/39332730.html

-Philou mon amour, à qui tu parles ?

-Ce n'est rien mon bébé Doux, juste un mauvais rêve.

-Alors, maintenant, comment vas tu te dépatouiller de cette sale histoire ?

-C'est la justice qui décidera. Je n'ai rien fait moi..

-Je comprends. Il est difficile de justifier des années d'avantages partisans pour des soi disant vices de forme de lois communales alors que Colombo alias Patrick du Fau de Lamothe a mis 25 heures pour amener des preuves implacables de ce long laxisme qui frise le bon conflit d'intérêts. Je t'avais pourtant prévenu. Alors maintenant je vais attendre de voir par quelle pirouette tu vas t'en sortir et si elle ne me convient pas, je reviendrai te tirer les oreilles pour les rendre aussi grandes que celle du Béguey le coq gascon alias Bruno Lafon maire de Facture Biganos.

-Tu viens te baigner mon amour ?

Monsieur Bonsens s'approche de son oreille et lui chuchote :

La Pitchouli...la Pitchouli...»


Voici le dossier complet de l'affaire de la rue de la plage au Cap Ferret ci joint:  rue_de_la_plage

 

 

29 juillet 2022

COMME UN BOOMERANG

espoir

 

Dans son bureau de la Kommandantur d'Arcachon son «Altesse sérénissime» (alias Yves Foulon le maire) tourne et vire comme une âme en peine. Il rumine. Il enrage. Une colère froide qu'il ne veut pas transmettre à son royaume. Ce maudit incendie vient d'enrayer l'entrée de liquidités dans les caisses de la Factory bassin d'Arcachon. Les caisses enregistreuses sonnent beaucoup moins souvent et les membres de la Factory commencent à couiner sévèrement. Les flammes de la forêt s'estompent enfin, sont fixées mais pas éteintes qu'il faut absolument que l'odeur de l'oseille remplace celles des fumées. «Zaza» (alias Isabelle Laban) directrice du tourisme au SIBA (syndicat intercommunal du bassin d'Arcachon) entre dans le bureau :

«-Votre altesse, arrêtez de vous morfondre car il est urgent de faire entrer du cash. Nous devons jouer les martyrs pour solliciter de l'empathie et mettre en lumière l'esprit solidaire des gens pour qu'ils retournent au plus vite renflouer les caisses de notre honorable Factory. J'ai une vieille vidéo de votre prédécesseur qui avec un petit message larmoyant fera fondre le cœur des plus récalcitrants en espérant qu'ils reviennent injecter leurs pépettes dans votre royaume. J'ai besoin de 100 000 balles pour arroser les médias nationaux pendant 15 jours.

- j'avais promis cette somme au parc marin naturel pour remercier «la Pantoufle» (alias François Déluga ancien président et maire du Teich) de sa servitude envers la Factory et donner un peu de caillasses à cette institution afin de redorer son blason car le parc, leader du greenwashing sur notre territoire, demande aux ploucs bénévoles de venir avec leurs rafiots pour planter de l'herbe dans la vase comme des viets dans leurs rizières couvertes de napalm. Puis j'en ai marre que «Pluto» (alias Patrick Davet maire de La Teste de buch) me vole la vedette. On a vu sa tronche sur toutes les chaînes de télévision même CNN. Ah le bougre! Il imprime bien la pellicule. Il faut que je reprenne vite fait les rênes car le chef c'est moi ici.

-Bien sûr votre Altesse...

- Puis dis à «la Ségolène des esteys» (alias Nathalie le Yondre maire d'Audenge et présidente du syndicat mixte de la dune du Pilat) d'ouvrir fissa l'accès à la dune. Rien à foutre que ça crame encore. Les touristes vont affluer en masse pour immortaliser la forêt carbonisée en le diffusant sur instagram et pourquoi pas organiser une visite du camping des flots bleus à 5 euros l'entrée.

-Pour la dune c'est fait votre altesse. La dame a du sentir votre détresse pour avancer la date d'ouverture. En ce qui concerne le camping, si Franck Dubosc serait prêt à remettre son slip de bain pour promouvoir la région en solidarité, je doute qu'il accepte dans les conditions actuelles.

-Bon d'accord... ben fais venir Jacky avec des happy hours sponsorisé par Ricard.

-Claude Brasseur est mort en 2020 votre altesse.

-Ah bon! Personne ne m'a rien dit... mais des Jacky il y en a pourtant à tous les coins de rues... J'ai une idée... Je vais organiser un grand rassemblement nautique avec pleins de bouffeurs de coques et tous les membres supérieurs de la factory bassin d'Arcachon réunis pour montrer notre solidarité face à la chute de l'économie locale en portant haut et fort notre amour pour le bassin afin que le tourisme de masse revienne au plus vite sur mon royaume comme un boomerang pour permettre aux actionnaires de la Factory de continuer à passer l'hiver au soleil.

-C'est vous qui voyez votre altesse...

 

*****

 

Beaucoup d'entre nous sommes profondément meurtris, affectés par cette catastrophe qui a mis à mal notre patrimoine et notre culture et les cendres de la forêt fument encore comme l'encens dans une église. Pourtant l'urgence serait de sauver la saison touristique coûte que coûte et même de faire pleurer dans les chaumières pour relancer l'économie locale. Je trouve cela vraiment indécent. A vouloir faire du tourisme de masse le fer de lance de l’économie du bassin d'Arcachon, cet incendie montre toute la fragilité de ce choix et délivre les bons et mauvais coté de l'âme humaine. Le système de l'oligarchie arcachonnaise mis en place depuis des décennies rapporte effectivement 750 millions d'euros permettant à l'économie locale de ronronner paisiblement hors saison. Je conçois que les années COVID ont perturbé les bénéfices même si les aides macronesques ont épongé quelque peu la douleur. J'entends que le tourisme génère de l'emploi, des impôts et bla bla bla. Je sais tout cela mais il ne faudrait quand même pas oublier que le feux n'est pas encore éteint, que des pompiers et des hommes se battent encore sur le terrain pour préserver ce territoire qui rapporte tant à l'économie locale, barons locaux et consorts. Un peu d'humilité ne ferait pas de mal dans ces temps difficiles. Pourquoi dilapider l'argent du contribuable en communication alors que la saison estivale est loin d'être achevée, que les mois de mai et juin ont été très rentables et que peut être l’arrière saison avec le dérèglement climatique sera exceptionnelle. On ne peut rien contre la fatalité si ce n'est soit la combattre, s'adapter et accepter la résilience. Le business reviendra de lui même comme un boomerang.

Une fois n'est pas coutume, je voudrais saluer le comportement de Patrick Davet le maire de La Teste qui à mes yeux a été exemplaire face à la tragédie et humainement très présent. Peut être que cette épreuve l'obligera désormais à moins avaler de couleuvres et réfléchir avant de régaler certains de ses amis. J'aurais pu intituler ce billet comme le titre d'un petit article paru dans la dépêche du bassin du 28 juillet de JB Lenne «La Thune du Pilat» mais je préfère le titre d'une chanson que Serge Gainsbourg lui avait écrite, pour rendre hommage à Dani qui vient de nous quitter. J'aimais cette femme iconique aux milles vies tantôt dans la lumière tantôt dans l'ombre, remplie de mystères entretenus par sa voix grave, d'élégance, de discrétion et toujours fidèle à elle même. Bon vent Madame Danièle Graule dite DANI.

Dani-en-noir-et-balnc

 

 

 

18 juillet 2022

DES LARMES DANS L'ENFER

DSC03492b

Sur l'écran plat de la télévision ce n'est pas pareil. On se sent triste et déconcerté face aux images d'un koala brûlé qui boit la bouteille d'eau du sauveteur, des ruines fumantes d'une petite ville américaine ravagée ou une bannière étoilée flotte encore miraculeusement sur un mât épargné, mais c'est loin de chez nous alors on passe à autre chose et on oublie. En cette fin d'après midi sur la plage au bout de ma rue à Andernos c'est la réalité des flammes de l'enfer qui me fait face et les panaches de fumées qui s'échappent de derrière la ville de La Teste de buch me font froid dans le dos. J'ai le cœur gros, totalement hypnotisé. J'ai l'impression d'apercevoir le visage de Belzébuth sortir du magma des braises des pins de cette forêt qui se consume. C'est d'abord la tristesse qui domine mes pensées puis l'amertume de voir une catastrophe annoncée se réaliser. On tirera les leçons plus tard qui permettront d'améliorer la sécurité mais les causes de la catastrophe ne sont dues que par des bisbilles entre propriétaires, usagers, mairie et état qui pendant des années ont empêché de mettre en place un plan de sauvegarde efficace. La dernière forêt usagère millénaire est en train de tirer sa révérence. C'est regrettable. Regrettable aussi, de voir la connerie humaine montrer ses lettres de noblesse dans ces instants difficiles. Entre les abrutis qui bravent les interdictions pour aller sur la dune du Pilat se prendre en selfie devant le brasier en arrière plan, ceux qui ne comprennent pas que les feux d'artifices ne soient pas tirés le soir du 14 juillet, ceux qui râlent après la fermeture des pistes cyclables forestières car ils ont payé un forfait de location de vélos à la semaine, ceux qui continuent de jeter leur mégot en roulant et ceux que j'oublie mais qui se reconnaîtront font que je vais devenir définitivement misanthrope. Affligeant de voir un tel niveau d'égoïsme d'incivilités et de manque de savoir vivre. Carton jaune aussi aux seigneurs d'Arcachon, de Lanton et d'Arès qui ont maintenu les festivités jusqu'au dernier moment avant de les annuler contraint et forcé par arrêté préfectoral et je remarque aussi le silence presque gênant des élus des villes voisines de La Teste qui doivent bien sûr compatir aux malheur de l'intéressé. C'est délicat d'aller déblatérer devant les chaînes infos car il y a quand même une saison touristique à sauver. Heureusement une belle solidarité s'affiche dans ces moments difficiles et le travail de tous ces pompiers mérite notre plus grand respect et interpelle ceux qui les caillassent dans les cités quand ils viennent éteindre des voitures et des poubelles qui flambent. Je m'incline devant leur courage. Bientôt une semaine que le monstre sévit sur notre territoire. Il vient même lécher l'océan pour nous effrayer davantage et cette journée s'annonce dantesque. Vivement un retour rapide de températures de saison et une accalmie de ces vents impétueux et même une belle pluie pour venir en aide aux soldats du feu.
Aujourd'hui je n'ai pas le cœur à déconner.

 

Posté par paterzan à 14:31 - Permalien [#]
Tags : ,