LE CRI DE LA BERNACHE

14 octobre 2021

L'AUBE DES SCRUPULES

Capture

 

Quelle surprise de voir que l'emblème du bassin d'Arcachon est devenu l'égérie de la plus célèbre marque de pâte à tartiner Nutella.! Il y a cinquante ans on aurait bombé le torse car ce produit était cher, figurant la plus part du temps sur les tables des classes sociales supérieures et personne ne s’intéressait au bassin d'Arcachon. Chez moi c'était plutôt confiture maison aux fruits de saison et pot de miel de tonton Jacques. Les années suivantes, les ravages de la mondialisation et le libéralisme outrancier ont permis à la firme de démocratiser son produit délicieusement addictif aux classes prolétariennes qui ont très vite vu les taux de diabète et d'obésité exploser sur leurs rejetons. Depuis quelques années, époque oblige, Ferrero essaye de se verdir la façade pour effacer un peu ses secrets de fabrication qui ont poussé les classes supérieures à le bannir de leur existence. La merde c'est pour les pauvres. En juin 2015 j'avais écrit ce petit billet :

CRIMINEL QUE TU ES
Je sais qu'il est là.. derrière cette porte.. attendant patiemment sa proie. Je peux le voir, presque le sentir. La salive qui inonde ma bouche m'amène une irrésistible envie et les gargouillis dans mon ventre me mettent les nerfs à vifs. Depuis l'enfance déjà, je t'ai liquidé en savourant chacun de mes actes mais tu reviens inlassablement derrière cette porte. Pourtant j'avais interdit que tu reviennes à la maison mais les enfants ont su convaincre ma femme de ton retour. Cruel dilemme. Il faut que je résiste mais je n'en peux plus. Je vais t'ouvrir le caisson et bouffer ta substance lentement à la petite cuillère.Tu ne mérites que cette fin car je parie que tu ne sais même pas combien d'arbres ont été abattu pour que tu existes, combien de familles ont été exproprié, combien d'hommes sont morts pour que tu deviennes la saloperie que tu es. Alors au diable, je craque. J'ouvre cette maudite porte et je découvre avec stupeur que le pot de Nutella est désespéramment vide. Même pas un sillon de pâte à se mettre sous la dent. Les gamins sont passés avant moi. Saleté de gosses..

Alors quand Zaza alias Isabelle Laban-Galinier directrice du tourisme au SIBA (syndicat intercommunal du bassin d'Arcachon) a vu cette affiche, elle s'est évanouie. Il a fallu aller chercher des sels et le poppers de son patron pour qu'elle retrouve ses esprits :

« - Non ce n'est possible Dior ou Hermès je veux bien, mais pas cette marque. Nous valons beaucoup mieux. Pourquoi pas Cochonou, tant qu'on y est...

-Non mais Canard wc a repris la photo avec pour slogan « l'appel du large » lui répond sa secrétaire.

Zaza titube de long en large dans son bureau, finit la bouteille de poppers puis s'évanouit de nouveau.

De toute manière, on a ce que l'on mérite. Concernant cette publicité, c'est à double tranchant. Si on peut y voir de la publicité gratuite qui se retrouve dans les rayons des supermachés , on peut y voir aussi un coté malsain d'être associer à une firme qui ne respecte pas grand chose niveau environnement. Cependant, il est intéressant de voir que les deux parties utilisent les mêmes procédés de marketing. Le Siba comme Ferrero organisent des concours photographiques pour se fabriquer une banque d'images sans avoir à payer les droits d'auteurs et droits à l'image afin de tartiner leur propagande sur du papier glacé ou sur un pot en verre. Une belle spoliation à moindre frais.

 

truelle

 

Le maître de cérémonie monte sur la scène, fanfaronne avec quelques pas de salsa puis s'approche de l'estrade ou le trophée brille de mille feux. Le public ovationne chaleureusement le petit homme en costume bleu nuit, tout bronzé au sourire écarlate.

«-Ah mes précieux amis et mes chers collègues.. comme je suis si heureux d'être parmi vous pour remettre au vainqueur, que vous avez désigné, ce prestigieux trophée qui honore notre fantastique et sublime Factory Bassin d'Arcachon. Récompense que j'ai déjà eu, pas une... mais deux fois. (rires) Je vois ci et là nos partenaires bâtisseurs et promoteurs qui grâce à notre entente, contribuent pleinement au bien être de la collectivité et aux rêves de nos nouveaux administrés(applaudissements) oui...vous pouvez être fiers. J'en vois même que quelques uns ont bien profité...attention un petit régime serait le bienvenue. Regardez moi (rires). Cette année malgré la crise sanitaire, nous avons quand même réussi de bons retours sur investissement..il suffit de regarder les mines réjouies de mes collègues(rires) mais les oppositions se font de plus en plus nombreuses et veulent mettre des bâtons dans les roues de la Factory Bassin D’Arcachon.(huées)..Non non, il faut les respecter et faire comme si elles n'existaient pas. Les ignorer et feindre de les détester tout en les caressant devant l'opinion publique. Je sais que vous le faites déjà merveilleusement bien. Donc cette année, le vainqueur de ce prestigieux prix est récompensé pour sa prodigieuse et fulgurante intégration. Je dois dire, à titre personnel, que j'en suis très surpris. Je ne pensais pas que ce nouvel entrant allait aussi vite adhérer aux règles internes de la Factory bassin d'Arcachon.Nous avons tous vu ce novice débouler dans l'arène avec toute la fougue de l'idéaliste qui veut changer le monde. C'était presque beau à voir. Il faut dire qu'il m'a mordu plusieurs fois et en public.(rires) Il avait les dents très longues. J'ai encore les marques sur mes fesses, vous voulez voir(rires). Mais nous savons tous ici, que quand l'état de grâce s'achève, que la prise de fonction vous élève au dessus de la mêlée, que la force du pouvoir ouvre et chamboule tous vos idéaux, on cherche et trouve la meilleure solution pour faire perdurer ses convictions en adhérant à la Factory bassin d'Arcachon. Et aujourd'hui, le jeune loup est venu chercher la caresse dans la main de notre institution.(applaudissements) Même son prédécesseur m'a téléphoner pour me faire part de sa stupéfaction, en m'avouant même qu'il avait battu tous ses propres records que lui avait mis 35 ans à les réaliser. C'est dire que cette récompense est, je crois amplement méritée.(applaudissements) Bien sur je sais que les nominés doivent être terriblement déçus, car leurs efforts méritent d'être tout aussi à l'honneur. En réussissant à construire son EHPAD en lieu et place d'une vieille batisse du patrimoine de sa ville, en passant à travers les foudres des gauchos écolos, elle aurait pu gagner amplement cette récompense. Tout comme sa voisine, qui je vois, rougit un peu. Arriver à imposer son énorme résidence pour seniors au milieu d'un de ses petits villages typiques est une performance remarquable. Des Investissements qui honorent la Factory bassin d'Arcachon et qui méritent des applaudissements.(applaudissements). Ma voisine qui elle aussi a déjà reçu deux «grande truelle d'Or» et trois «tronçonneuse d'Or», connaît trop bien la problématique du foncier sur ce territoire et son savoir faire est désormais inscrit en règle d'or dans le règlement de la Factory bassin d'Arcachon, inspirant bon nombre d'entre nous. Saluons aussi, son dernier prix reçu fraîchement, le grand prix de l'humour, avec cette tirade magistrale:

«-Nous n'avons pas de foncier disponible. Ce n'est pas les élus qui ne veulent pas de social ce sont les habitants. Ils me disent de payer la pénalité et de ne pas faire de HLM.» (rires)

MHDE

Du grand Art...(applaudissements)

Mais c'est avec son idée de génie et une maestria hors pair que notre vainqueur d'aujourd'hui a su apporter du sang neuf en s'engouffrant dans la rentabilité de la division parcellaire et nous montrer à tous, les chemins pour y arriver pour que ces investissements deviennent du développement durable aux oreilles de nos administrés. (applaudissements) Mes amis, mes chers collègues il est grand temps de l'accueillir comme il se doit pour lui décerner la grande truelle d'Or.( applaudissements et ovation).»

Dans les coulisses, assis sur le canapé, il contemple les lacets de ses chaussures. Il n'a même pas touché aux petits fours, perdu dans ses pensées ou un flashback lui remémore tout le chemin parcouru. Si ses doutes sont noyés dans l'amertume, les mots qu'il vient d'entendre lui réchauffent le cœur. En entrant sur la scène le brouhaha et les projecteurs le transportent dans une autre dimension, au ralenti sur un long travelling dans un son ouaté. Plus proche des étoiles. Son ennemi juré d'avant qui l'aurait bien étranglé de ses deux mains lui tend les bras pour lui remettre la grande truelle d'Or. Il prend alors le trophée, le lève au dessus de sa tête puis s'approche du micro :

«I am Happy»

4219464_0

Posté par paterzan à 21:00 - Permalien [#]
Tags : , ,

03 octobre 2021

LE PAROXYSME DE L'HYPOCRISIE

edito du coin

Le quotidien Sud ouest a ouvert un débat sur « Quel tourisme sur le bassin d'Arcachon ?» retransmis en direct sur son site internet et TV7.

https://www.sudouest.fr/gironde/la-teste-de-buch/bassin-d-arcachon-sud-ouest-met-le-tourisme-au-debat-6179607.php

Si la question a le mérite d'être posé car le sujet est intéressant, il est nécessaire de mettre des avis divergents dans les échanges pour que le débat soit le plus perceptible. Hélas l'illusion d'y croire fut de courte durée. Avec ses deux amis journalistes en chauffeur de salle, le seigneur de l'Arcachonie «Crème antirides» alias Yves Foulon maire d'Arcachon et président du SIBA avait décidé de faire son one man show entouré de sympathisants venus prêcher pour leur paroisse. Autant vous dire que sans aucunes contradictions, la vaseline allait vite se répandre. Dans la belle salle du tir au vol à Arcachon, on pouvait presque sentir l'odeur des petits fours et entendre le bruit des bouchons qui allaient clore ce petit brainstorming entre amis. Tout d'abord le seigneur a voulu se dédouaner vis à vis de son illustre prédécesseur «Don Saluste» alias Michel Sammarcelli ancien maire de lège Cap ferret et ancien président du SIBA. Si pendant des années il lui a léché les pieds aujourd'hui il le rend directement responsable de cette situation. C'est pas moi c'est lui mais avec moi cela va changé. Fini les fiestas à Paris et les affiches dans le métro, place à la sobriété pour un tourisme de qualité 12 mois sur 12.Pendant plus de deux heures ce fut des argumentaires de marketing pour essayer de trouver une solution pour enrayer le constat unanime du tourisme de masse dégueulasse qu'ils se sont efforcés de mettre en place depuis des décennies afin de continuer à recevoir un ruissellement lucratif tout au moins équivalent. Utilisant le préfixe éco et l'adjectif durable à toutes les sauces, ils ont presque réussi à nous faire croire que le vert ne repose pas sur le béton. Le monsieur du pro tourisme nous a même traité d'enfants gâtés, que nous étions ringards dans les investissements hôteliers de haut de gamme et qu'il fallait foncer dans ce domaine pour s'en mettre encore plus dans les fouilles. Une dame a même fait un joli lapsus révélateur en disant que l'écotourisme était bon pour le business avant de se reprendre en rectifiant par que c'était bon pour l'économie locale. La bonne soupe servie à ce débat fut soporifique mais surtout de mauvais goût à mes papilles car les épices manquaient dans ce breuvage fadasse. Apparemment la préservation de l'environnement,les problèmes écologiques du plan d'eau, urbanisme excessif et l'artificialisation des sols se devaient de ne pas entrer dans la recette par peur de gâcher l'appétit de ces ambitieux. L'esprit bassin s'est évaporée comme la dernière volutes d'une cigarette qui flotte dans les airs, qui danse dans la lumière et qui avant de disparaître, attire le regard du condamné à mort. Alea jacta est.

Cette gentrification tant voulue par les barons locaux est désormais bien installée pour imposer ses propres lois et ambitions. Une nouvelle ère remplace l'âme des anciens et elle devra construire sa propre histoire. Autant vous dire de ne pas compter sur moi pour l'écrire car comme pour la montagne qui fait le berger, c'est le bassin qui a fait ce que je suis et je n'aurais cesse de crier ma colère à ceux qui mettent leur égoïsme en exergue pour jeter des paillettes sur le déclin de Dame Nature. Une chose est sure, le dérèglement climatique va vite nous montrer les limites de ce que nous sommes et Dame Nature prendra plaisir à mettre des affres dans la bouche des cupides. Alors, pour répondre à «Quel tourisme pour le bassin d'Arcachon?» Se poser cette question montre l’entière responsabilité des élus locaux. Pas trente six mille solutions. Il faut briser l'oligarchie en place et en finir avec cette politique à papa qui a donné ce constat d'échec unanime. Il va falloir se lever de bonne heure pour les faire partir car les fauteuils sont bons et désormais, je crains que la messe soit dite. il va falloir que les néo arrivants construisent une nouvelle identité culturelle privilégiant la préservation de l’environnement et la sauvegarde du plan d'eau en premier. Cette prise de conscience devra très rapidement les alerter, au risque de devenir plus catastrophique que la cote d'Azur car ce territoire unique déjà à l'agonie n'a pas la même capacité à se régénérer que la mer Méditerranée ou l'océan Atlantique. Leur petit coin de paradis va vite devenir un petit enfer.

« Comment éviter le surtourisme ? » Depuis toujours la saison estivale de l'été a pratiqué le surtourisme. Les locaux savaient s'adapter et cohabiter avec. Avec la crise sanitaire empêchant les vols low cost d'emmener les gens à l'autre bout de la planète, les stations balnéaires ont explosé pour y trouver refuge. Il faut aussi accepter ce constat et le digérer. Quand les vols reprendront normalement, beaucoup choisiront la semaine tout compris au soleil garanti au prix d'une journée sur le bassin d'Arcachon, n’empêchant pas le problème de l'environnement de continuer à se dégrader.

« Comment développer un tourisme à l'année qui profite à tous ? »

Déjà, oublier la fin de la phrase. Excepté l'aspect financier pour les acteurs et les mairies, les divergences philosophiques sociétales ne donnent pas aux administrés la même définition du mot profit. Les saisons et les variations du changement climatique sont une véritable épine. Pour autant, développer ou essayer de développer un tourisme à l'année est tout à fait possible si et seulement si un changement radical s'opère en virant les barons locaux et leurs rejetons et faire disparaître leurs chimères. Sinon, préparez vos mouchoirs.

« A t'on tous les atouts pour un tourisme d'affaires ? »

Le tourisme d'affaires peut être compatible avec notre territoire car les atouts sont bien présents mais la dégradation de ces derniers, les aléas climatiques et les restrictions budgétaires des sociétés obligent d'offrir des prestations acceptables. Faire le tour de l'île aux oiseaux en plein hiver avec les bulles de champagne dans le ventre puis rentrer à son hôtel pour observer la grisaille à la fenêtre de sa chambre ne sont pas trop vendeur. A moins d'égayer les soirées avec des escorts girls ukrainiennes et des gogos danseurs aux corps sculpturaux.

« L'avenir est il au tourisme durable plus respectueux de ce territoire ? »

C'est une question qui donne la réponse, si et seulement si on applique la vraie définition du mot durable et non pas celle des barons locaux qui veulent nous imposer d’intégrer leurs actions de greenwashing au mot durable. Bien évidemment c'est la seule et unique solution pour privilégier un tourisme de qualité mais surtout pour préserver un cadre de vie acceptable à transmettre aux générations suivantes. Tout autour de la planète, beaucoup de sites remarquables ont fait machine arrière en cassant net le tourisme de masse pour privilégier la préservation de l'environnement. Ces actions pour y arriver ne furent pas simples et ces changements ont lourdement perturbé les autochtones mais après quelques années et une réorganisation plus raisonnée, le tourisme se révèle beaucoup plus rentable pour les acteurs et les habitants.

Mais pour clore ce débat, il fallait une cerise sur le gâteau. Alors le maître des lieux galvanisé par son aura a lâché une conclusion qui venait de prendre forme dans son esprit. Une idée lumineuse qui n'existe nulle part ailleurs. Demander aux touristes que l'on a soigneusement accueilli, régalé et tondu une petite contribution qui pourrait permettre de mettre en valeur le bassin d'Arcachon. Reste à définir quelle contribution. Par exemple, pour aider son ami « La Pantoufle » alias François Déluga maire du Teich et surtout président du parc naturel marin qui cherche des bénévoles pour aller replanter des zostères dans les zones ou elles ont crevé sans chercher à comprendre pourquoi elles avaient crevé à cet endroit. Les pieds dans la vase pour des souvenirs inoubliables et un acte citoyen. Idée tout aussi fumeuse. Sacré Foufou, il a déjà le beurre et l'argent du beurre maintenant il voudrait le cul de la crémière.

Le paroxysme de l'hypocrisie.

10 septembre 2021

COMME UNE BOUEE A LA MER

bouee-solas-400x420

 

Dans la dernière »Dépêche du bassin » n°1319 un article montre tout le désabusement des écologistes face à la dégradation environnementale du bassin d'Arcachon et le désengagement électoral de tous les maires des communes du littoral face à l'urgence, préférant pratiquer l'art du greenwashing et du déni dans un court terme pour ne pas enrayer le business qu'ils ont réussi à imposer. En laissant de côté notre propre idéologie, nos propres convictions politiques, force est de remarquer que tous leurs constats et toutes leurs revendications sont justes et réelles. La contradiction ne serait que mauvaise foi. En mettant en place des réseaux de partisans dans les instances communautaires et en écartant toutes oppositions, le monstre crée par l'oligarchie arcachonnaise devient incontrôlable livrant ce constat dévastateur devant nos yeux.

Il y a dix ans j'avais écrit un billet qui résume bien la situation actuelle.

27 novembre 2011:

De nos jours, il est tellement difficile de faire adhérer les gens à une cause telle qu’elle soit. L’opulence pour quelques uns, le conformisme pour certains et la survie pour la plus part d’entre nous sont des facteurs qui empêchent de regarder les problèmes en bas de notre porte. Rien que sur le bassin d’Arcachon, sans ouvrir bien les yeux, vous découvrirez une multitude de causes à défendre. Si vous n’en trouvez pas, je vous invite à lire mon blog pour en trouver à la pelle. Sans chercher bien loin, j’ouvre «la dépêche du bassin» du 24 au 31 novembre 2011. A la une «Disparition de la flore: Non les bernaches ne nuisent pas au bassin.»

Pendant trois ans, trois chercheurs à plein temps financés par l’Europe, les conseils généraux, régionaux et le SIBA (tiens tiens) ont planché sérieusement pour pondre un dossier de 195 pages qui innocente la bernache.

Pourtant aujourd'hui encore, beaucoup de personnes croient à la culpabilité des bernaches pour la disparition des herbiers. Même notre célèbre ostréiculteur Joël Dupuch me l'avait certifié lors d'un entretien. Posez la question autour vous, vous allez être surpris comme cette fake news perdure.

En 15 ans, j’ai observé la régression des herbiers mais pas une seule fois j’ai pensé que les bernaches étaient responsables. Non, cette idée ne m’a jamais traversé l’esprit. Comment peut on incriminer un oiseau migrateur qui depuis la nuit des temps revient sur le bassin d’Arcachon? Il aurait été plus judicieux de s’interroger d’abord sur les traces de pesticides et sur l’impact de l’explosion démographique, sur le Wharf ,les déchets toxiques enfouis et les rejets de l’usine Smurfitt. Depuis longtemps je suis contre l’utilisation d’anti fouling pour les coques de navires. J’ai toujours pensé que pour un si cours usage de plaisance, on pourrait remplacé l’Irgarol par un bon coup de Karcher en fin de saison. Pourquoi ne pas essayer?

Accuser le réchauffement climatique sera une nouvelle perte de temps. Les coupables sont devant nos yeux et combien faudra-t-il d’ années supplémentaires à admettre cette vérité?

Il est très difficile de sensibiliser les gens car le système en place emprisonne le raisonnement par l’illusion du bien être. En juin dernier, je vous avais parlé de Gochoki cette villa basque que l’on veut détruire pour un immeuble haut standing. Je soutiens ces gens qui s’opposent à sa destruction car leurs arguments sont légitimes. Mais à vouloir se battre sincèrement contre un système parfaitement huilé ne suffit pas. Les recours déposés devant le tribunal administratif contre le projet immobilier ont échoué pour vice de forme car les recours envoyés à l’agent immobilier ont été en courrier simple au lieu d’être en recommandé comme la justice le prévoit. L’amateurisme des honnêtes gens est la force des puissants. Comment se fait il que l’administration n’a pas informé les plaignants de la marche à suivre pour un dépôt de plainte? C’est minable. Ceux qui ont désormais un permis de construire en bonne et due forme doivent bien rigoler. Pas moi.

Les causes de s’indigner ne manquent pas, elles sont légions. Aussi insignifiantes qu’elles puissent paraître, il est nécessaire de se poser des questions qui justifie le pouvoir de dire non. La contradiction est utile au débat pour faire avancer la vérité. Quand mes gosses me disent NON, je demande alors de m’expliquer pourquoi et parfois, une explication totalement improbable arrive à me faire changer d’avis.

http://www.lecridelabernache.com/archives/2011/11/27/22826193.html

Alors, pour lutter contre la frustration et l'impuissance face au désastre annoncé, les écologistes veulent faire une convention citoyenne pour le bassin d'Arcachon comme une bouée que l'on jette au naufragé dans une mer déchaînée. Une idée macronienne qui a accouché d'un flop retentissant. Bien sûr les doléances des citoyens arriveront par wagons mais cela prendra du temps, de l'organisation puis il faudra savoir encore trouver la ou les bonnes personnes pour les recevoir et les mettre en place. Les politiques feront semblant de les entendre, de les comprendre et l'urgence aura gangrené un peu plus le territoire. Essayer d'abord de leurs faire appliquer la loi climat sur l'artificialisation des sols, de dénoncer ouvertement la politique à papa qu'ils pratiquent, la médiatiser à outrance en montrant tous les conflits d’intérêts et le clientélisme puis les rendre officiellement coupables du péril écologique du bassin d'Arcachon. Au moins ils auront leur nom en haut de l'affiche. What else!! Je crains que seul le dérèglement climatique sera peut être une chance pour changer les mentalités. En effet quand la big one viendra avec ses vents à plus de 250 km/h le résultat ne va pas être brillant et quand les pluies diluviennes s'abattront de plus en plus régulièrement sur le béton des divisions parcellaires, je crains que le bassin ne devienne qu'une vaste cuvette de wc couverte d'étrons. Patience c'est pour bientôt même si au fond de moi, j'espère ne pas le voir.

Voici ci joint l'article d'Alexis Blad. Je sais que je n'ai pas le droit mais comme c'est pour la bonne cause et l'information à mes lecteurs, il convient de le diffuser.

1631272677682-min

 

******

LES AS DES AS S'EN VONT

116515277

Décidément les hommes « Cool » s'échappent vers les cieux célestes nous laissant dans l'inconfort du temps qui passe et qui nous rapproche indéniablement vers notre heure posthume. Tout à était dit sur ce superbe bonhomme et je partage l'immense tristesse de sa disparition. Si avec Blondin et Gabin ils ont fait de moi un singe en hiver, je n'oublierai jamais les illustrations des affiches dessinées par Jean Mascii qui attiraient les foules dans les salles obscures et qui donnaient vie aux personnages de mes rêves d'enfant. Son visage savait imprimer la pellicule pour permettre à son sourire de rester éternel à nos esprits. Merci Bébel...

Bon vent Monsieur Jean-Paul Belmondo

l-as-des-as-jean-paul-belmondo-

Je suis sûr que sur toute la planète il y a beaucoup de personne qui apprenant la nouvelle ont ressenti une immense tristesse s'installer dans les tripes avant d'envahir l'esprit puis dire: «Oh merde alors!!». Il n'aimait pas la lumière mais pourtant il la renvoyait sans une aspérité. C'est souvent quand un être nous quitte que l'on s'aperçoit qu'il nous manque alors la musique des Rolling Stones s'échappera toujours de la brume. Charlie Watts ne faisait pas de chichis, pas de vagues se contentant de mettre son génie dans le groove et le pulse au service de ses amis et du son. Une importance capitale qui place à mes yeux les Rolling Stones comme le plus grand groupe du monde. Sans Charlie, Mick Jagger se serait moins déhanché, Keith Richards n'aurait pas enchaîné ses riffs diaboliques, les relances de Ron Wood seraient moins percutantes et les chansons n'auraient jamais traversé et marqué autant les générations. Combien de titres des Stones pourraient servir la bande son de nos vie comme ils ont illustré les images des films de Scorsese, Kubrick, Coppola et tant d'autres?! Charlie Watts avait la classe d'un gentleman et cette différence avec les autres membres fait qu'il restera éternel à la musique des Rolling Stones. Les septuagénaires restant vont entamer une tournée américaine sans lui et je reste persuadé, même si le business doit continuer avec le « Show must go on », que l'envie et le cœur seront moins au rendez vous.

Bon vent Monsieur Charlie Watts.

 

charliewatts550hz-1629832842

Posté par paterzan à 15:05 - Permalien [#]
Tags : , , , ,
22 août 2021

HISTOIRES MECANIQUES

rouages

COBAN mécanique

Quand les édiles de l'oligarchie arcachonnaise se font prendre la main dans le pot à miel de l'argent du contribuable, il est savoureux de voir et d'entendre leur défense en essayant de remettre de l’honnêteté dans leur business. Profitant du calme estival, le sulfureux petit arrangement entre amis entre la COBAN (communauté d'agglomération du bassin d'Arcachon nord) et la ville de Lège-Cap Ferret vient d'être mis en lumière par la cour des comptes, ordonnant l'injection de cesser immédiatement cette petite faveur( de plus de 8 millions d'euros en tout) qui ruisselait sans bruit dans les caisses de la mairie ferretcapienne. En Effet en 2004, pour une raison X Michel Sammarcelli ancien maire de Lège Cap Ferret avait besoin de liquidités mettant de ce fait obligatoirement en confidence son adjoint, l'actuel maire Philippe de Gonneville. Sachant que certains membres du bureau fermeront les yeux jouant le coté Corpored et pour les plus récalcitrants, une promesse d'ascenseur social dans l'oligarchie ou de nouveaux mandats en tant que président d'instances communautaires, le délais de contrôle de la cour des comptes permettait sans trop de risque une rente annuelle de 430 000 euros sans pratiquement rendre des comptes à la communauté. Il a fallut 17 ans pour que la cour des comptes découvre le pot aux roses et ordonne simplement la mise en place d'un calendrier pour faire cesser cette faveur sans rechercher le degré de responsabilité des auteurs de cette infraction. L'affaire doit absolument se régler pour que la transparence redevienne plus claire aux yeux des administrés. Si le mécanisme de cette entourloupe est facilement compréhensible, mon investigation bute sur le rôle et l'avantage obtenu par le président de la COBAN Bruno Lafon pour avoir donner son accord car il est évident que l'on ne signe pas ce genre de transaction sans avoir en retour un intérêt en compensation et difficile de croire au côté affectif entre les deux hommes. Quoi qu'il en soit, à ce jour la plus part des protagonistes sont toujours en place dans leur mairie et rajoutent une nouvelle casserole de plus dans leur parcours dans l'indifférence quasi générale. En tant que personne grugée, je m'interroge de savoir si la mairie de Lège Cap Ferret ne devrait pas rembourser les sommes obtenues, ce qui serait justice pour les contribuables lésés. L'épilogue de cette histoire est à venir et je ne doute pas d'y voir encore du croustillant venir refermer définitivement ce petit arrangement entre amis. A suivre.

 

Taliban mécanique

Il y a cinquante ans Stanley Kubrick avait bien anticipé l'époque d'aujourd'hui avec son film culte «Orange Mécanique». Les Alex Delarge sont revenus hanter le peuple afghan et terroriser les rêves des femmes afghanes. Les talibans 2.0 ont réussi à reprendre le pouvoir avec une telle facilité déconcertante et la lâcheté des occidentaux a propulsé l'Afghanistan dans le chaos absolu. Qui peut rester insensible à l'effroi de ces gens qui sont coincés et qui ne demandent que de vivre? Qui peut encore croire aux discours des talibans prônant toujours la charia la plus stricte? L'humanité a t' elle encore un sens dans ce monde anxiogène? Il ne suffit pas de faire le strict minimum en évacuant ceux qui peuvent approcher l'aéroport de Kaboul. Des réponses fortes et sans concessions devront répondre aux exigences des talibans pour ne pas laisser ce pays retourner à la barbarie. Nous nous devons d'accueillir tous ceux qui fuient les régimes totalitaires et l'obscurantisme qui va avec. C'est l'essence même de ce que nous sommes car c'est la peur qui régie l'égoïsme nous empêchant de tendre la main vers l'autre. La problématique est encore très loin d'avoir trouver sa solution alors nous devons montrer au peuple afghan, que nous la cherchons. Il y a vraiment urgence car en ne faisant rien, nous serions aussi coupables que les talibans.

1280x720_orange-mecanique-200463_5d652f254b278

 

Mécanique climatique

Pour finir, je voudrais vous laisser méditer quelques instants sur cette photographie de Sebastiao Salgado «La patte d'iguane». Toute son œuvre en noir et blanc est la définition pure de l'humanisme. La patte de cet animal millénaire sur cette roche volcanique veut nous faire comprendre que nous faisons tous partis de la même famille, celle de la nature, celle de la terre. Le dernier rapport du GIEC démontre que nous avons pratiquement atteint la limite mais les gouvernants ont opiné du chef avec quatre ou cinq lignes sur leurs réseaux sociaux trop préoccupés par l'information immédiate et les prochaines élections à venir, promettant des mesures d'urgence lors de la prochaine COP 26 à Glasgow... Désespérant....

https://news.un.org/fr/story/2021/08/1101392

salgado

04 août 2021

ATMOSPHERE... ATMOSPHERE

ed bernache

La météo de cet été 2021 résume à elle seule l'atmosphère ambiant qui règne dans les stations balnéaires où l'incertitude du temps étouffe l'envie de lâcher prise. Les gens masqués qui déambulent dans les rues ont du mal à cacher leur amertume comme si le covid représentait l'épée de Damoclès au dessus de leurs têtes. Il n'existe plus de fil conducteur permettant au rationnel de revenir s'installer dans les âmes pour retrouver le temps d'avant et ces incertitudes provoquent un dérèglement palpable sur le comportement. Il suffit d'ouvrir le débat entre les vaccinés,les antivaccs et les antipass pour voir les flots de haine creuser d'avantage les clivages. Mon scepticisme m'interdit de participer à ces débats mais comme ce blog m'appartient,  je peux vous livrer mes convictions. L'évolution de l'homme n'est possible que si sa capacité d'adaptation prend le dessus sur la raison. Si hier j'étais contre la vaccination, aujourd'hui je suis vacciné car le mouvement collectif allait dans cette direction. Non pas que je suis un mouton mais je choisis d'aller dans le sens commun qui montre une possible voie de retour à une normalité de la vie quotidienne sans attendre de savoir si c'est la bonne direction. Seul l'avenir nous le dira. Ne pas oublier que la variole a été éradiquée, que la tuberculose ne tue presque plus grâce aux vaccins et que sans eux l'existence de certains d'entre nous serait néant. Par contre je suis plus réticent au sujet du pass sanitaire que je juge très liberticide dans des situations incohérentes, ubuesques et inadaptées mais trop libertaire pour privilégier le fonctionnement du monde consumériste créant un nouvel antagonisme entre les opposants idéologiques. Que de temps, que d'énergie perdus dans cette cacophonie. Nous autres occidentaux, nous ne regardons que notre nombril pour espérer une immunité collective au plus vite en délaissant le sort des pays les plus pauvres. L'Afrique, l'Asie ne sont qu'à 2 % de leur population vaccinée attendant le bon vouloir de notre générosité pour recevoir des doses. Il faudrait au plus vite rendre libre les licences des laboratoires pharmaceutiques pour permettre la vaccination de masse dans ces pays afin de rattraper le retard et empêcher les nouvelles mutations du virus de revenir dans le jeu macabre. Hélas, ce n'est pas pour aujourd'hui.

Sinon sur le bassin d'Arcachon..tout baigne, tout roule.. calme plat. Le king du greenwashing «Crème antirides» alias Yves Foulon maire d'Arcachon se la joue perso pour régaler sa populace promettant de la verdure au milieu du béton et de nouvelles bornes électriques pour les Tesla des propriétaires des nouveaux immeubles à venir, tout en visant une extension de son golf et des complexes qui vont autour avec un moratoire qui devra déterminer la compatibilité d'un tel projet avec sa conscience écologique. En tant que président du SIBA (syndicat intercommunal du bassin d'Arcachon) donc chef de tous les maires, l'action écologique se fera uniquement dans sa ville soutenu en open bar par l'andernosien «Nono la luciole» alias Arnaud Leroy ex de gauche et cireur de pompe de notre mignon président de la République Emmanuel Macron pendant sa campagne victorieuse mais qui faute de ministère a quand même obtenu le poste de président de l'ADEME pour service rendu. Faute de grives on mange les merles.

 https://www.sudouest.fr/gironde/la-teste-de-buch/les-projets-ecolos-de-la-ville-d-arcachon-4143114.php

La Queen gujanaise «la baleine» alias Marie Hélène des Esgaulx maire de Gujan Mestras vient de poser la première pierre de sa future salle de spectacle pour pouvoir régaler ses administrés en les délestant de quelques millions d'euros. L'oreille mélomane de sa majesté n'a pas de prix et les voisins n'ont qu'à bien se tenir car avec trois salles de spectacles sur 15 kms carré, la culture devrait être à l'honneur sur ce territoire. Avec son casino, ses parcs d'attractions, ses piscines, ses salles de sport, sa ville va bientôt devenir le Las vegas du bassin d'Arcachon et Jérémy Frérot sera six mois à l'affiche dans cette nouvelle salle «Céline Dion»

https://www.sudouest.fr/gironde/gujan-mestras/bassin-d-arcachon-la-premiere-pierre-de-la-salle-de-spectacle-de-gujan-mestras-a-ete-posee-4346807.php

À la fin des années 80, à la patinoire de Bordeaux la calandre d'un roaster  Ford de 1933 faisait vibrer la scène de la salle. Les phares s'allumèrent pour balayer un public impatient et dans une ambiance enfumée les trois texans apparurent pour balancer les riffs puissants de leur blues rock. Un show à l'américaine bien huilé, efficace et la classe de ces deux barbus a laissé un bon souvenir à ma mémoire. Dusty Hill le bassiste vient de nous quitter après avoir propagé sa musique et ses racines dans le monde entier pendant plus d'un demi siècle avec une générosité et une authenticité sans limites. La musique a le pouvoir de donner une identité culturelle à son interprète. Avec ZZTop on peut voir les plaines arides du Texas et le cow-boy solitaire qui surveille son troupeau. Le blues de Robert Johnson vous transporte directement dans les champs de cotons ressentir les complaintes des esclaves, dans celui de BB King vous pouvez être dans la brume hivernale de Chicago quand le métro aérien laisse jaillir des flammes électriques et avec John Lee Hooker comprendre la ségrégation raciale des noirs américains dans la ville industrielle crasseuse de Détroit dans les années 50. Dans les phrasés de Claude Nougaro le rouge des briques du Capitole de Toulouse brille de milles feux, dans le rap de IAM l'effervescence cosmopolite de Marseille transpire au moindre tempo et les mots de Francis Cabrel inclinent les tournesols des plaines du Lot et Garonne... Alors bon vent Monsieur Dusty Hill.

 

Sean-Gardner-Getty-Images

Il y a peu, j'ai lu un article de sud ouest qui mettait en avant un clip vidéo en le qualifiant d’hymne du bassin d'Arcachon. Une chanson sublimant une identité culturelle en voie de disparition ne pouvait qu’attirer mon attention. Alors j'ai visionné ce clip vidéo mais je n'ai pas pu aller jusqu'au bout. Deux lascars aux patronymes digne des devinettes Carambar, grimés en Carlos se rendant chez Barclay avec des danseuses pastichées en vahinés répondant au nom de «Los Plagistes» chantent des paroles potaches sur des images dronées maintes et maintes fois vu et revu. Je suis allé jusqu'au dixième degré de mes pensées mais c'est seulement l'odeur fétide de la vase du fond du bassin qui est remontée à mes narines. Désolé je n'ai pas ri, ni même esquissé un sourire et je ne vous met même pas le lien, vous laissant le soin de le chercher car si ils ont sûrement réussi le buzz localement, je ne veux pas cautionner ce genre de merde qui encore une fois en utilisant l'image du bassin d'Arcachon le tire d'avantage vers le bas. Alors je préfère réconforter mon humour en réécoutant le canular téléphonique de Jean Yves Lafesse qui vient lui aussi de nous quitter.

Bon vent Monsieur Jean Yves Lafesse.

 

116515277

 

lafesse la gare de monaco from Arabian-Boy on Vimeo.