LE CRI DE LA BERNACHE

20 août 2016

FARNIENTE AMERE

farniente-2660791278-361496

 

Que c'est bon la farniente ! Rien faire, juste observer le temps qui passe dans un hamac suspendu à mon chêne qui filtre les rayons du soleil m'amenant juste la douce chaleur nécessaire pour siroter tranquille mon mojito bien glacé. Je ne vais pas vous faire l'éloge de la paresse car sur le bassin d'Arcachon la saison estivale bat son plein et on peut dire que le tourisme de masse désiré par nos élus est bien présent. En regardant le visage de certains commerçants on peut apercevoir les euros qui poussent dans leurs oreilles. Alors avant toute chose je voudrais mettre à l'honneur Jacques Storelli et son association l'ADPPM(association de défense et de promotion de Pyla sur mer). Ils sont les seuls à comprendre et analyser l'importance d'avoir un site remarquable sur leur commune. Ils sont aussi les seuls à étouffer les chants envoûtants des lobbyistes bétonneurs aux oreilles des élus locaux. La dune du Pilat doit rester un incontournable sans devenir une machine à cash. Pour cela, je leurs tire mon chapeau.

Ces jours ci nous avons pu voir comment avec une info bidon on peut construire un énorme buzz médiatique remontant jusqu'aux hautes autorités politiques pour créer une polémique aussi absurde que la bêtise des élus qui ont plongé dedans les pieds en avant. Je veux parler du burkini. S'il vous plaît, arrêtons d'être cons.Cessons de voir le mal partout. Le burkini permet à la femme musulmane de profiter de la baignade  et de jouer avec ses enfants tout en respectant sa foi. Il n'y a rien de choquant. En Asie beaucoup de peuples se baignent tout habillé pour se protéger du soleil. Au Japon  et en Chine ils ont même inventé le face kin902539-530x375i dans le même but. Quelque soit la raison chacun est libre du moment qu'il respecte l'autre. Pour ma part je trouve cela très laid et assez inconfortable mais je m'en fous ce n'est pas moi qui le porte. A l'océan j'aime laisser la foule sur le grill pour aller marcher le long de la plage. Au bout de quelques centaines de mètres les premiers nudistes apparaissent se lézardant au soleil. Un couple de retraité me regarde passer. Ils sont bronzés comme deux saucisses oubliées sur le barbecue. Je me demande comment on peut être aussi grillé et si c'est bien bon pour leur peau. Mais je m'en fous, ils font ce qu'ils veulent. Le monsieur se gratte généreusement les parties génitales en fixant l'horizon pendant que madame se retourne sur le ventre pour positionner une épingle à linge entre les fesses. C'est après réflexion que j'ai compris que la dame voulait aussi se dorer la raie du cul. Faut être sacrément tordu quand même, mais si c'est son truc alors je m'en fous. C'est alors que je retrouve ma smala, qu'un couple avec deux chiards déboule pour se coller à ma serviette. Si quelqu'un peut m'expliquer pourquoi alors qu'il y a de la place autour, les gens s'agglutinent tous ensemble. C'est un grand mystère. Les gamins hurlent fort en envoyant du sable à l'entourage. Ils veulent aller se baigner et le font savoir. Le gars un peu bedonnant casquette des Lakers sur le crane ouvre le parasol puis déplie son siège pour s’asseoir en attrapant le journal l'équipe. D'un ton sec :

« -Chéri occupe toi des gosses »

La dame vient juste d'étendre sa serviette et s’apprêtait à prendre un magazine. Une jolie femme toute élancée d'une blancheur extrême portant un grand chapeau de paille et de larges lunettes de soleil. Elle s’exécute sans rien dire en emmenant les gosses se baigner. A son retour, à peine arrivée le gars lui demande la bouteille d'eau qui se trouvait dans la glacière à ses pieds. Elle s'exécute  en retirant ses lunettes et c'est là que je vis qu'elle avait le visage tuméfié. A cet instant j'étais beaucoup plus gêné et choqué par cette image, que voir une femme en burkini.

En parlant d'infos j'aimerais que le quotidien Sud ouest arrête de servir la soupe aux élus locaux en pondant des articles insignifiants aussi puissant qu'un billet dans Closer. En début de saison nous avons eu droit aux vacances en Espagne en Harley Davidson de Béguey (petit coq en gascon alias Bruno Lafon maire de facture). Il est revenu le teint halé avec des moucherons encore sur les dents en chantant « Born to be wild ». Puis ce fut le tour de la marche de la Baleine ( alias Marie hélène des esgaux sénatrice maire de Gujan Mestras) sur les chemins de Compostelle. Elle a eu tout le temps pour réfléchir à savoir quel mandat il faudra se séparer mais n'ayant pas eu la réponse elle est allée se consoler aux fêtes de la mer afin que le vin blanc et les huîtres associés à une paires de cymbales puissent l'aider à faire le bon choix. Droopy (alias Jean Yves Rosazza  maire d'Andernos) a même eu la faveur de Bernie (alias Bernadette Dubourg journaliste à sud ouest) l'Agathe Godart locale pour un article dégoulinant de pommade compassionnelle et intimiste. En voyant l'état de grâce s'estomper il a sûrement besoin de se rassurer en observant les rumeurs andernosiennes qui grondent sur l'horizon comme un orage en été. Que dire de l'article sur Don Saluste (alias Michel Sammarcelli maire de lège Cap Ferret) ou l'on apprend que le bonhomme est un addict de la big pomme et du pokémon go à 75 ans. Totalement ridicule :

Au SIBA (syndicat intercommunal du bassin d'Arcachon) Michou l'ami des stars erre dans toutes les pièces en fixant son smartphone. Des gouttes de sueur s'échappent des tempes blanchies et son rythme cardiaque monte d'un cran. Il entre dans le bureau de Zaza (alias Isabelle Galinier responsable du tourisme et de la communication) et se précipite sur la terrasse de son bureau ou cette dernière savoure les rayons de soleil de sa pause déjeuner.

« -Ne bouge pas ma Zaza. Il y a un salamèche juste sous ta jupe. Et hop in the pocket le monstre ! Ce jeu me rend dingue, c'est comme quand je suis au Cap ferret et que je vois des lingots d'or dans une parcelle inhabitée. »

A la kommandatur d'Arcachon le seigneur « Crème antirides » (alias Yves Foulon député maire d'Arcachon)est en pleine crise Estrosienne. Il voit des barbus partout. Il faut dire que cette ville d'immigration de retraités n'est pas habituée à fréquenter le basané ou autre culture. Il faut donc sécuriser à outrance toute manifestation publique au cas ou et le monsieur ne lésine pas sur les moyens. Il a même embaucher un garde du corps devant son bureau. Moussa, une bestiole de deux mètres avec des bras en forme de jambon iberico qui vérifie la moindre allée et venue avec l'obligation d'être rasé de prés chaque matin.

« -Monseigneur, le club de bridge demande une sécurité renforcée pour leur tournoi annuel dit Vévette (alis Yvette Maupilé l'adjoint maire) en vérifiant le rasage de Moussa.

-Tu as raison ma bonne Vévette, le jeu est un vice pour ces barbares . Envoies y donc deux cars de CRS et Moussa. Les mamies aiment bien le black bien baraqué.Toi aussi à ce que je remarque... »

 

Heureusement que « la dépêche du bassin » sort un peu de cette communication propagandiste en s' intéressant davantage aux problèmes environnementaux. Dans le dernier numéro 1056 un article démontre que plusieurs études scientifiques s'alarment de la hausse de la contamination chimique dans le fond du bassin par des teneurs en cuivre particulièrement élevées. Lisez cet article ci joint et vous voyez bien que ce n'est pas moi qui le dit.

IMG_20160820_0002

 

Depuis plus de dix ans je rabâche sans cesse sur l'inutilité de l'usage des anti fouling. Avez vous vu dans quel état se trouve les plages nord bassin ? Au bord de l'eau on n'arrive même plus à voir ses pieds et des algues vertes stagnent en surface donnant presque l'impression de se baigner dans la Garonne. Chers élus continuez à vouloir attirer encore plus de monde. Vos noms seront associés à ce désastre et le summum de la mauvaise foi vient d'être atteint une nouvelle fois par Michou l'ami des stars (alias Michel Sammarcelli) et président du SIBA. Le bonhomme veut savoir quel est impact des médicaments et crèmes solaires sur notre environnement. De qui se moque t'on ? Il y a des lustres que l'on sait déjà que les molécules de ces produits se retrouvent indéniablement dans les rejets des eaux usées et il feint d'apprendre la nouvelle en voulant engager une étude payée par le contribuable qui dira tout ce que je viens de vous dire. Pire même, il voudrait que nous changions notre comportement pour améliorer cette situation pour nous rendre responsable de ce désastre alors que tout le réseau des eaux usées est obsolète et trop onéreux à adapter ce qui freinerait l'ambition de ces oligarques. Honte à vous.

Je vous invite à lire ou relire mes billets qui traitaient du sujet.

http://www.lecridelabernache.com/archives/2011/12/18/22996500.html

http://www.lecridelabernache.com/archives/2012/01/24/23329002.html

http://www.lecridelabernache.com/archives/2010/06/23/18406513.html

 

zoste-res


30 juillet 2016

Coule à flot et Coule à pic

13781928_1059459697483752_7213671339454960960_n

Le constat est clair, il faut admettre que le bassin d'Arcachon est devenu un produit phare en tête des gondoles du tourisme de masse. Le travail des élus, du SIBA(syndicat intercommunal du bassin d'Arcachon) et de l'oligarchie lobbyiste a fini par payé , on peut les applaudir bien fort. Les vacances au bassin d'Arcachon coule à flot dans les têtes des vacanciers mais l'esprit bassin coule à pic dans la mienne. L'uberisation des services tourne plein pot  et les pokémon go vous mèneront sûrement tout droit dans les cabanes de dégustation poussant comme des ceps en octobre tout le long de la presqu'île que certains ostréiculteurs ont trusté à des lobbys pour un « complément de salaire » afin que vous puissiez déguster entre amis de bonnes huîtres triploïdes, des bulots bretons et des crevettes surgelées du supermarché du coin. Ne vous inquiétez pas il sera la avec son visage buriné d'autochtone pour faire le beau selfie qui alimentera vos réseaux sociaux. Vous vous en foutez tant que vous êtes bien devant un cadre idyllique et que demain vous serez ailleurs. Ouais la vie est belle, il fait bon et on est bien. L'écosystème du bassin est très menacé mais je suppose que vous vous en foutez aussi.

http://www.sudouest.fr/2016/07/12/scaph-pro-s-inquiete-pour-les-herbiers-2431558-3246.php

De toute manière tout le monde s'en fout, même les catholiques squattent le banc d'Arguin pour célébrer leur messe. http://www.sudouest.fr/2016/07/27/une-croisiere-spirituelle-sur-le-banc-d-arguin-2448099-2729.php Alors voyant cela j'ai appelé mon ami Shannah de Bénarès pour que nous organisons un pèlerinage à la gloire de la déesse Sarasvati afin de purifier nos âmes par des ablutions dans les eaux limpides de la réserve offrant ainsi de la nourriture pour les oiseaux et les coquillages.

 Au sultanat d'Andernos, Droopy le boss du lieu alias le maire Jean Yves Rosazza pique un petit roupillon sur le grand canapé Cinna de son bureau. Cependant sa sieste semble quelque peu perturbée par des mauvaises pensées qui vagabondent dans son esprit. Il grimace, il gémit et gigote comme si une avalanche de petits fours des manifestations estivales occupait trop de place dans son transit intestinal. A cet instant précis David Body le fondateur du site amoureux .com déboule le teint halé, en marinière et petit short rose moule-burne. La playlist de son iphone lui balance la dernière chanson de Mika dans les oreilles et il se trémousse comme un beau diable autour du bureau.

« - Réveille toi grand vizir. J'ai encore reçu une idée de génie dont je veux te causer immédiatement.

- Qu'est ce qui veut le proxo des cœurs en friche ? J'espère que tu ne me réveilles pas pour essayer encore de me fourguer quelques cougars en manque d'affection ? Vois tu, j'essayais de méditer pour mieux contrôler mes pulsions nerveuses lors des prochains conseils municipaux car la Crakoukas(alias Marie France comté) va encore me beurrer le mou jusqu'aux oreilles. La garce a la verve vitriolée et elle cherche à me tronçonner menu menu. Elle ne digère pas son éviction. Faut dire que sa mise à mort en public ne fut pas piqué des vers mais maintenant elle bastonne sévère à chaque conseil. Alors pour ne pas balkaniser les débats, je m'oblige à chercher le meilleur mantra pour ne pas paraître trop désagréable et tu viens de me casser ce dernier, alors j'espère pour toi que que tu m'apportes du lourd.

-Vois tu, je déjeunais chez un ami qui a sa maison en première ligne et je regardais ces pauvres malheureux qui s'emmerdaient royalement sur la plage à marée basse. Les gamins barbouillaient dans la gadoue et leur père scrutait l'horizon à chercher la venue hypothétique de la mer pendant que madame s'enduisait de crème solaire. La loose quoi ?! C'est alors qu'entre deux gorgées de rosé que El Vasor m'est apparu. Un bateau amphibie qui pourrait emmener les ploucs se baigner dans le chenal et qui ferait encore plus de business avec la batellerie mafieuse d'Arcachon. On pourra dire :« Pour tous vos déplacements au milieu du bassin d'Arcachon, c'est El Vasor Mille sabords. »

-Et l'hiver tu pourras emmener les écolos pour compter les bernaches. Banco, je vais devenir plus visionnaire que l'ancien maire Philippe Pérusat et ça me plait. Maintenant laisses moi trouver mes chakras pour être en totale harmonie avec ton projet et pour être plus fort face à Crakoukas. »

Quand j'ai pris connaissance de ce futur projet, j'ai d'abord cru à une blague mais très vite je me suis aperçu que l'idée était déjà sur un bon rail.http://www.sudouest.fr/2016/07/26/andernos-une-navette-amphibie-pour-desservir-la-station-quelle-que-soit-la-maree-2447831-2733.php Je dois vous dire que ma déception fut énorme car si sur la presqu’île l'écosystème est très menacé, sur le nord bassin il n'existe pratiquement plus. Je sais bien que le touriste veut tremper ses fesses dans l'eau mais c'est justement cet effet des marées qui fait tout le charme du nord bassin et qui nous différencie des clichés cartes postales du sud bassin. Les herbiers ne repoussent plus et on veut y faire circuler un bateau amphibie soit disant écolo par un gars se disant profondément écologique. Je dois être vraiment très con pour ne pas comprendre. Vous allez vous dire : « quel rabat joie cette bernache ! » et vous avez peut être raison mais c'est l'avenir qui nous répondra et si je me suis trompé je vous ferez avec plaisir mon plus beau méa culpa.

20 juillet 2016

PUTAIN DE CAMION

bern

Si je ne suis qu'un modeste trou du cul et un mécréant pour ces salopards, il n'était pas difficile de prévoir une montée de l'horreur dans cette sale guerre idéologique. Ces gros bâtards de barbus sont les maîtres de la terreur pour massacrer des innocents dans des démocraties de plus en plus fragilisées qui cherchent à trouver la solution politiquement correcte qui permettrait d'éradiquer ce mal. Aujourd'hui il est force de constater que nous avons un train de retard pour agir efficacement et qu'une fois pour toute il va falloir s 'unir avec les bons et les méchants pour tuer la bête. Avons nous d'autres choix ? Voulons nous continuer à commémorer et prier à chaque nouvel attentat ? Si oui, pas la peine de changer les couleurs de la tour Eiffel. Cependant il est regrettable d'entendre ou de lire les commentaires de l'opposition dans de tels moments au lieu d'être solidaires malgré les défaillances du gouvernement. Ces messieurs sont beaucoup plus préoccupés par les futures élections et ils ne veulent surtout pas récupérer le bébé avec l'eau du bain. Voir Nicolas Sarkozy en donneur de leçon est insupportable et carrément indécent. Avons nous oublié son intervention en Libye qui avec ses collègues Cameron et Obama derrière le rideau ont massacré leur ami Kadhafi en laissant le pays dans le chaos absolu permettant au djihadisme de s'installer confortablement dans le nord de l'Afrique. Avons nous oublié les mensonges de Georges W Bush et Tony Blair pour fracasser Saddam Hussein laissant un champ de ruine en Irak qui donnera naissance à Daesh ? Apparemment oui, nous oublions vite. Nous préférons cracher sur ces gamins meurtriers qui préfèrent semer la mort pour chasser les frustrations que nous leurs avons donné, avant de commémorer, de crier notre colère et de se recueillir sur les parvis des mairies. Oui, mais oublions cela aussi car c'est exactement ce que veulent ces barbares. Se servir de nos émotions comme un déclic pour surenchérir le degré de l'ignominie afin de permettre à des abrutis d'accomplir de nouveaux projets funestes qui les placeront au grade de combattant, eux qui n'étaient rien. Hélas si ces gens croient que le paradis est constitué de 70 vierges qui les attendent, je crains qu'il va falloir leur montrer que les flammes de l'enfer peuvent exister aussi. Dans le cas contraire nous devrons nous habituer à ramasser les morceaux des cadavres avant le passer la lance d'incendie sur les trottoirs pour que les devantures des boutiques puissent s'ouvrir à nouveau afin que la vie reprenne son cours, comme en Syrie ou en Irak. Quoi qu'il en soit restons debout et unis puis vivons pleinement l'instant présent.

Posté par paterzan à 00:06 - Permalien [#]
Tags : ,
13 juillet 2016

PETITE CARTE POSTALE

carte-postale-vacances-a-la-mer-natives-deco-retro-vintage

Allez les filles, c'est le moment de se faire le maillot et de filer sous la farniente des plages océanes pour dorer votre jolie grain de peau. Maintenant que l'élan patriotique de vos hommes est retombée comme un vulgaire soufflé au fromage et qu'ils vont maudire les kilos superflus autour des hanches par l'abus de houblon et les kilométres de pizzas englouties pendant le mois de l'Euro de Football, il est temps de lâcher prise. La saison estivale est là, on oublie tout. On oublie que les finances de la Cobas(la communauté des communes du bassin sud) sont désormais saines. Tout le monde est bien goinfré et le pognon est bien gérée par la sénatrice Marie hélène des esgaulx alias « La Baleine ». Dites lui simplement et gentiment au creux de l'oreille que le groupe Véolia avec lequel elle a pactisé est de nouveau impliqué dans un immense scandale aux états unis. http://www.lemonde.fr/planete/article/2016/06/23/veolia-poursuivi-par-la-justice-americaine-dans-le-scandale-de-l-empoisonnement-de-l-eau-de-flint_4956180_3244.html

Oublions le délicieux enfumage que le SIBA (syndicat intercommunal du bassin d'Arcachon)  distille tout au long de l'année par de glamours vidéos et encarts publicitaires dans les médias. Oublions la chargée en communication du tourisme, notre Zaza locale alias « Isabelle Galinier »qui en puisant une nouvelle fois dans sa tête pour justifier son salaire demande aux travailleurs saisonniers qui ont du mal à trouver un logement d'être les ambassadeurs du tourisme pour le bassin d'Arcachon. C'est comme demander aux ouvriers pakistanais, sri-lankais,irakiens qui construisent les stades au Qatar de promouvoir la coupe du monde de football en 2022.

A la caisse d'un supermarché, deux jeunes en vacances au camping attendent leur tour :

« - Mate la meuf comment elle est gavée bonne !!

-Messieurs pour le bien être de votre séjour sur le bassin d'Arcachon, je peux vous indiquer un petit club libertin qui pourrait répondre au mieux à vos envies. Répond Cloé la jeune saisonnière

-Tu nous prends pour des phoques ou quoi ?!

-Pour votre information, je vous signale l'interdiction totale d'approcher le phoque prénommé You qui peut apparaître sur les plages océanes de notre si beau bassin d'Arcachon. Pas de selfies, pas de nourriture, pas de caresse.

-Euh... c'est quoi ton 06 ?

Oublions la petite colère du Squale alias « Jean guy Perriere » qui n'est pas content après les associations citoyennes qui empêchent le bon déroulement des dragages des boues des ports et chenaux. Pourtant il a même fait une superbe vidéo pour se justifier. http://www.tvba.fr/videos-2/bassin-decouvrir-travaux-maritimes-siba-video.html . Dites lui simplement et gentiment au creux de l'oreille qu'enlever la merde pour la rejeter un peu plus loin et que les images des travaux maritimes qui n'apparaissent pas dans la vidéo sont en dépit du bon sens.

 

anti ride

Un peu plus loin, oublions aussi les attentats sordides à Bagdad de Daesh en plein Euro de football faisant plus de trois cent morts et que quelques petites lignes ou minutes en fin de journaux des médias. C'est vrai, c'est loin puis Antoine Griezmann plante des buts et c'est des arabes qui se tuent entre eux. Désolé je n'oublie pas et je suis Bagdad. Comme je n'oublie pas la joie intime de mon ami Manu qui m'avait invité pour assister à la finale. Silencieux tout le long du match, il n'a même pas hurlé au coup de sifflet final. Il nous à quitter pour aller sur la terrasse fumer une cigarette, les yeux remplis de larmes. Par contre j'oublie une de ses amie hystérique qui me gueulait dans les oreilles en ignorant les règles de ce sport.

 

Bonnes vacances à tous et pas d'inquiétude je garde l'œil ouvert.

 

Pour vous entrainer afin d'occuper les dance floor, voici une petite vidéo qu'il est bon de regarder avec les doigts ou la souris(à 360°) de petits jeunes que j'apprécie beaucoup.

 

Posté par paterzan à 14:54 - Permalien [#]
Tags : , , , , ,
29 juin 2016

LE GARDIEN DU TEMPLE

2406189_905_14455555_1000x500

Le plus difficile quand on est loin de ses pénates c'est d'apprendre une triste nouvelle et de ne pas pouvoir la partager. Je visionnais ma messagerie et les pages locales de sud ouest assis à une table dans un rade au fin fond de l'Espagne en attendant mon assiette de lomo quand j'apprenais le décès de Claude Guinant. Soudainement l'effervescence du restaurant et le volume bruyant de la télé s'estompèrent d'un coup dans ma tête. Les trois tranches de porc et ses grasses frites maison que m'amena la serveuse n'avaient plus aucune saveur. J'étais loin de chez moi, seul et très triste.

Il est beaucoup plus facile d'écrire un billet sur une personne publique que sur un illustre inconnu mais pourtant il existe encore des gens, des sans grade qui méritent tous les hommages. Claude Guinant plus connu sous le nom de « Bibique » mérite que l'on mette en lumière sa mémoire car c'est dans l'ombre qu'il a construit sa légende au club de football d'Andernos les bains par sa dévotion, posant son humilité au service des autres et sa passion sans faille pour le ballon rond.

Dans les années 70 dans cette petite ville qu 'était Andernos, le football représentait la seule manifestation capable de maintenir le lien social en nous réunissant le dimanche pour supporter l'équipe première au stade Jean Marcel d' Espagne.(derrière le château d'eau) Dés mon plus jeune âge je devais suivre le même chemin que mes frères en m’entraînant sur le stade Bertin (remplacé par l'intermarché) pour espérer jouer un jour avec l'équipe première. Bibique fut un de mes entraîneurs et je dois dire que si aujourd'hui je suis moins footeux il m'a quand même transmis le virus. Je devenais un fan de Johan Cruyff et vibrais comme un malade sur l’épopée des verts de Saint Etienne. Il était le grand frère, toujours disponible et les maillots des matchs repassés par sa femme Maryse sentaient bon le savon de Marseille.

Mes espoirs d'intégrer l'équipe A s'envolèrent au fur et à mesure que j'allais sous les jupes des filles et que je goûtais à l'ivresse de la liberté. Cependant Bibique telle la tique sur le dos d'un chien s'acharnait à maintenir un lien de fraternité pour pouvoir monter une équipe afin de courir le dimanche après midi. Il faisait le tour de la ville pour nous récupérer ici et là en commençant toujours par les alentours des boîtes de nuit. C'est ainsi que j'ai eu la chance de jouer à ses côtes dans l'équipe C, soit stoppeur ou demi défensif. Autant dire que l'attaquant adverse devait savoir bien sauter pour éviter nos coups de sécateurs. Nous étions un groupe de potes qui écumait les champs de patates médocains ou des bleds voisins pour prendre tôle sur tôle sur fond de quelques petites castagnes s'achevant toujours par de grand éclats de rires autour d'une bonne bière. Franchement, c'était vachement bien. Par contre Bibique ne supportait pas que l'on perde à domicile face à Arès la ville voisine. Pour le dernier match retour nous avions eu l'honneur de fouler la pelouse du stade municipal. Elien Rossignol le gardien du stade, après quelques bouteilles étanchées avec son ami Roupigne avait presque réussi à tracer droit les lignes du terrain même si le point de penalty n'était pas tout à fait centré. En cette fin du mois de mai il faisait très chaud et la bringue de la veille handicapait sérieusement mes neurones.

« - Les gars...je veux que vous donnez votre maximum, que vous lâchez tout. C'est la seule faveur que je vous demande. On ne doit pas perdre aujourd'hui, on doit gagner. »

Dans cette moiteur de l'après midi la maigre assistance squattait l'ombre de la buvette. Nos attaquants avaient toujours les pieds carré mais nous avions éviter de prendre des buts en mouillant vraiment le maillot. Cette fois ci , nous étions presque bons sauf que le score était toujours vierge et que la fin du match approchait. Sur l'ultime corner, je vis mon Bibique courir à l'attaque sauter au dessus de tout le monde pour cogner le cuir d'une tête rageuse afin qu'il puisse finir sa course dans la lucarne opposée. Aujourd'hui encore j'ai et jusqu'à la fin de mes jours j'aurais en tête l'image de joie sur son visage.

Le temps passant, il devenait le gardien du temple et on pouvait l'apercevoir assis sur la tondeuse à bichonner le pré au millimètre du club de football. La dernière fois que je l'ai vu, il passait dans ma rue en voiture. En baissant sa vitre, son œil étincelant derrière ses lunettes et son petit sourire en coin me demandèrent si j'allais bien. Puis nous avions blablaté de tout et de rien en nous disant « A la prochaine ».

Un grand salut à toi Bibique. Bon vent.

Posté par paterzan à 22:42 - Permalien [#]
Tags : , , , , ,