LE CRI DE LA BERNACHE

22 janvier 2023

A MON HUMBLE AVIS

rouages

Enfin le froid et les premiers flocons de neige. Cela fait plaisir car être presque en short au mois de janvier commençait à m'inquiéter légèrement. Pour autant il ne faut pas oublier que le dérèglement climatique est quand même en marche. Mon chat ronronne affalé devant mon poêle Godin qui gronde sa fureur et je lis mon hebdomadaire détendu dans mon fauteuil quand un article attire mon attention.

En préambule je voudrais dire que je n'ai absolument rien contre Nathalie Foulon qui est mise en lumière dans la dépêche du bassin n° 1389 du 19 janvier 2023 dans la rubrique «gens d'ici» par Fabienne Amozigh-Gay. Même si son homonyme avec le seigneur du coin «Son altesse sérénissime» alias Yves Foulon le maire d'Arcachon me donne de l'urticaire, je lui souhaite que du bonheur. C'est plutôt le contenu de cet article qui dégoulinant d'empathie dérive sur un copinage d'une publicité non masquée et gratuite. A croire que grâce à cette dame,l'auteure du billet vient juste d'aménager dans sa nouvelle demeure.

Outre que la franchise soit citée plusieurs fois et apparaisse même sur la photo, on apprend que la dame vient d'ouvrir sa troisième agence immobilière et que le business roule plein pot.

«-Sans jamais se défaire de sa bonne humeur, cette femme est un rayon de soleil à elle toute seule. Même ses employées le confirment.»

J'imagine mal les employés dire le contraire.

-C'est sa nature et chaque matin elle sait pourquoi elle s'investit dans ce métier qu'elle a toujours rêvé de faire.

Moi aussi je sais pourquoi...

-Aider les gens tant dans leur bonheur que dans les moments les plus douloureux pour trouver une maison de leurs rêves ou se séparer d'une demeure remplie de souvenirs,c'est son job, mieux c'est sa vie. Je suis réparateur et créateur de projet de vie.

Mon dieu que c'est beau... c'est presque Mère Thérésa!!

-D'abord dans la banque, elle continue dans une école de notariat et poursuit un poste de responsabilité au SIBA.

Beau parcours déjà bien orienté, on sent bien que la dame a de l'ambition. Ce qui n'est pas un défaut.

-Les premières vagues de communication sur le bassin dans le métro de Paris, c'est elle. La mise en place de la valorisation du bassin quand tout était à faire en 1996, c'est elle aussi.

Je comprends mieux. Avec les millions d'euros d'argent public dilapidés sous la présidence généreuse de «Don Saluste» alias Michel Sammarcelli ancien maire de Lège Cap Ferret, elle a déclenché une frénésie amenant la flambée des prix de immobilier pour ensuite monter sa première agence et en regardant le constat aujourd'hui, je n'ai vraiment pas envie de lui dire merci ni bravo.

-Le toit c'est symbolique, c'est la protection, la sécurité.

Ben voyons, c'est vrai mais en disposant de 400 000 euros minimum si la chance est au rendez vous.

-Son nom est associé à sa personnalité franche, humaine et pétillante. De nature optimiste, elle ressent ce joli sentiment d'être invincible.

Là je n'en peux plus. Toute cette vaseline m'achève littéralement. Après on apprend qu'elle est fan de Véronique Sanson de Michel Polnareff et qu'elle aime chanter dans la vie. (Sûrement après avoir signer une vente) J'aurai quand même voulu savoir si elle se trémousse sur «Alexandrie, Alexandra» de Claude François.. je suis déçu...

Cet article pose un problème déontologique qui n'a pas sa place dans cet hebdomadaire et Fabienne Amozigh est tellement plus inspirée quand elle parle d'art et de culture...A mon humble avis.

 

Autre article qui a attiré mon attention:

Parc Naturel Marin:Une commission Zostères pour sensibiliser le public.

Ceux qui me lisent savent à quel point la lutte contre la disparition des herbiers est un combat que je mène depuis des lustres. C'est assez triste de savoir qu'à ce jour, la plupart des habitants de ce territoire ne connaissent même pas le mot Zostère ni le rôle essentiel des herbiers sur le plan d'eau. Logique les zostères naines ont pratiquement disparu au nord bassin pendant que les grandes zostères agonisent dans les chenaux du sud bassin. Je connais des gens installés depuis plus de vingt ans qui ne se sont jamais baignés dans leur plage de villégiature car l'eau y est trop trouble et qu'ils ont la piscine dans le jardin. Le bassin n'est idyllique que pour foncer avec leur 250 cv sur le banc d'Arguin ou vers les cabanes tchanquées. La vie sous la coque de leur bateau...ils n'en ont rien à foutre.

-Cette instance vise à réfléchir à la manière dont on peut porter à la connaissance du grand public le rôle des zostères, de manière à attirer aussi son attention sur le risque qu'il y aurait de les voir disparaître.

Il aura fallu attendre plus de vingt ans pour qu'une commission prenne enfin ce sujet au sérieux. Cette instance veut créer une boite à outils avec des représentants scientifiques, des associations et des citoyens pour y remédier. Pourquoi pas...je veux bien sauf si les scientifiques ne soient pas pilotés par les instances politiques, que les associations représentées soient indépendantes et non partisanes tout comme les citoyens lambdas. La sensibilisation des jeunes en classe...oui là aussi pourquoi pas, en entrant dans l'oreille elle pourra toucher la conscience écologique de l'enfant mais s'enfuira aussi vite par l'autre oreille. De leur boite à outils, des idées sont sorties comme le lapin dans le chapeau du magicien.

-Les échanges ont été riches. L'usage des peintures antifouling, utilisées pour nettoyer la coque des bateaux, a été une nouvelle fois largement débattu, en raison de leur impact sur le milieu marin. Certains participants souhaitant les réduire, voir les interdire, lui préférant un carénage à la main.

Encore une fois, lire des choses pareilles m'attristent un peu car ce n'est qu'en Janvier 2023 que cette commission reconnaît que les peintures anti fouling ont un impact sur le milieu marin,ayant même trouvé une solution avec le carénage à la main. Alors, qu'est ce l'on attend pour le mettre en place définitivement en interdisant toute peinture toxique sous les coques de bateaux. Cela ne me paraît pas trop difficile, il suffit de convaincre seulement tous les marchands de bateaux. D'autres idées sont sortis de la boite comme:

«la mise en place d'une opération Pavillon vert à destination des plaisanciers visant à valoriser les écogestes. L'organisation d'un festival des zostères à l'instar du festival de la bernache»

Sans mettre tous les plaisanciers dans le même panier, cette opération me fait doucement rigoler car la seule préoccupation des associations de plaisanciers est de pouvoir poser son cul librement sur une réserve naturelle pour y planter son parasol. Pour le festival?... Pourquoi pas, après avoir essayé d'accuser les bernaches pour la disparition des Zostères en engageant une étude sur trois années payée quelques millions d'euros d'argent public pour finalement les blanchir définitivement mais qui reste quand même une rumeur pour encore beaucoup de personne. Pourquoi pas le festival du bigorneau ou le festival du crabe vert...

En 2011 j'avais écrit:

«la dépêche du bassin» du 24 au 31 novembre 2011.

Disparition de la flore: Non les bernaches ne nuisent pas au bassin.

Pendant trois ans, trois chercheurs à plein temps financés par l'Europe, les conseils généraux, régionaux et le SIBA (tiens tiens) ont planché sérieusement pour pondre un dossier de 195 pages qui innocente la bernache.

En 15 ans, j'ai observé la régression des herbiers mais pas une seule fois je n'ai pensé que les bernaches étaient responsables. Non, cette idée ne m'a jamais traversé l'esprit. Comment peut on incriminer un oiseau migrateur qui depuis la nuit des temps revient sur le bassin d'Arcachon? Il aurait été plus judicieux de s'interroger d'abord sur les traces de pesticides et sur l'impact de l'explosion démographique, sur le Wharf ,les déchets toxiques enfouis et les rejets de l'usine Smurfitt. Depuis longtemps je suis contre l'utilisation d'anti fouling pour les coques de navires. J'ai toujours pensé que pour un si cours usage de plaisance, on pourrait remplacé l'Irgarol par un bon coup de Karcher en fin de saison. Pourquoi ne pas essayer? Accuser le réchauffement climatique sera une nouvelle perte de temps. Les coupables sont devant nos yeux et combien faudra-t-il d' années supplémentaires à admettre cette vérité?

Il est très difficile de sensibiliser les gens car le système en place emprisonne le raisonnement par l'illusion du bien être.

Alors désormais il faudrait cesser de réfléchir et se mettre à agir urgemment... A mon humble avis.

Capture

pétition lancée en 2011

Comme jadis j'avais mis en lumière l'ancien président de l'Uruguay José Mujica,

https://www.francetvinfo.fr/monde/portrait-qui-est-jose-mujica-dit-pepe-ex-president-uruguayen_2906603.html

http://www.lecridelabernache.com/archives/2012/12/14/25919977.html

je voudrais revenir sur la démission surprise de la première ministre de Nouvelle Zélande Jacinda Ardem et son discours que tous les dirigeants devrait apprendre à méditer mérite d'être mis en lumière...A mon humble avis.

«Aujourd’hui, j’ai deux annonces importantes à faire. La première concerne la date des élections. […] Les élections générales de 2023 se tiendront le samedi 14 octobre. […] L’examen de la date au cours de l’été et l’imminence des élections et du nouveau mandat politique m’ont également donné le temps de réfléchir. J’entame maintenant ma sixième année de mandat. Et pour chacune de ces années, j’ai donné mon maximum. Je pense que diriger un pays est le poste le plus privilégié que l’on puisse avoir, mais aussi l’un des plus difficiles. Vous ne pouvez et ne devez pas le faire si vous n’avez pas un réservoir d’énergie plein, plus un peu de réserve pour les défis inattendus. Cet été, j’avais espéré trouver un moyen de me préparer à une autre année […] Je n’ai pas réussi à le faire. C’est pourquoi j’annonce aujourd’hui que je ne me représenterai pas aux élections et que mon mandat de Premier ministre prendra fin au plus tard le 7 février. Ces cinq années et demie ont été les plus satisfaisantes de ma vie. Mais il y a eu aussi des défis à relever. Dans le cadre d’un programme politique axé sur le logement, la pauvreté des enfants et le changement climatique, nous avons été confrontés à un événement terroriste national(attentat dans deux mosquées à Christchurch faisant 45 morts), à une pandémie mondiale et à une crise économique.Les décisions qui ont dû être prises ont été lourdes. Mais je ne pars pas parce que c’était difficile. Si cela avait été le cas, je serais probablement partie deux mois après le début du poste ! Je pars parce qu’un rôle aussi privilégié s’accompagne de responsabilités – la responsabilité de savoir quand vous êtes la bonne personne pour diriger, et aussi, quand vous ne l’êtes pas. Je sais ce que ce travail exige et je sais que je n’ai plus assez d’énergie pour le faire honnêtement. C’est aussi simple que cela. Mais je sais qu’il y a d’autres personnes autour de moi qui ont cette énergie. Nous avons accompli énormément de choses au cours des cinq dernières années. Et j’en suis très fière. En matière de changement climatique, nous sommes dans une position fondamentalement différente de celle où nous étions, avec des objectifs ambitieux et un plan pour les atteindre. Nous avons inversé les statistiques de la pauvreté infantile et procédé aux augmentations les plus significatives de l’aide sociale et du parc de logements publics que nous ayons connues depuis plusieurs décennies. Nous avons facilité l’accès à l’éducation et à la formation, amélioré les salaires et les conditions de travail des travailleurs, tout en nous orientant vers une économie à hauts salaires et à hautes qualifications.

«Nous avons travaillé dur pour progresser sur les questions relatives à notre identité nationale, et je pense que l’enseignement de l’histoire dans les écoles et la célébration de notre propre fête nationale autochtone feront la différence dans les années à venir. Et nous avons fait cela tout en répondant à certaines des plus grandes menaces pour la santé et le bien-être économique de notre nation depuis la Seconde Guerre mondiale.L’équipe qui a accompli tout cela est incroyablement bien placée pour se présenter aux prochaines élections. En fait, je ne pars pas parce que je crois que nous ne pouvons pas gagner les élections, mais parce que je crois que nous le pouvons et que nous le ferons. Et que nous avons besoin de nouvelles épaules pour relever ce défi. Après six années de grands défis, je reste humaine. Les dirigeants politiques sont humains. Nous donnons tout ce que nous pouvons, aussi longtemps que nous le pouvons et puis c’est le moment [de partir]. Et pour moi, c’est le moment.

J’ai l’intention de rester députée jusqu’en avril. […] Au-delà de ça, je n’ai pas de plan. Pas de prochaines étapes. Tout ce que je sais, c’est que quoi que je fasse, j’essaierai de trouver les moyens de continuer à travailler pour la Nouvelle-Zélande et que j’ai hâte de passer à nouveau du temps avec ma famille […] Et donc à Neve je dis : “maman a hâte d’être là quand tu commenceras l’école cette année.” Et à Clarke : “Marions-nous, enfin !” […] Pour ma part, je voudrais terminer par un simple merci aux Néo-Zélandais qui m’ont donné l’occasion de servir et d’assumer ce qui a été et sera toujours le plus grand rôle de ma vie. J’espère qu’en retour, je laisserai derrière moi la conviction que l’on peut être gentil, mais fort. Empathique, mais décisif. Optimiste, mais concentré. Que vous pouvez être votre propre leader – un qui sait quand il est temps de partir.

 

ja


17 janvier 2023

MAIS QUI AURAIT PU PREVOIR?

monsieur bonsens

 

 

Lors de ses vœux à ses concitoyens notre "Mignon" alias Emmanuel Macron président de la république française a eu l'outrecuidance de nous prendre publiquement pour des imbéciles. Fixant la caméra, il a osé lâcher cette énormité sidérante:

- Qui aurait pu prédire la crise climatique aux effets spectaculaires encore cet été dans notre pays ?

Pourtant le rapport Meadows en 1972 et celui du GIEC en 1990 l'avaient déjà anticipé, les firmes Exxon et Total savaient très bien les conséquences de leur business sur le climat avec des estimations des années 70 similaires à celles d'aujourd'hui mais ils ont préféré ne pas les rendre publique pour satisfaire leurs actionnaires pendant des décennies. Son "Make the planète great again" lancé en 2017 a bien fait rire ses amis milliardaires. Manu doit sûrement être amnésique ou avoir une mémoire sélective. Jean d'Ormesson avait très vite cerné le bonhomme en 2017:

«- Macron c'est le grand flou. Entre l'électeur de gauche et l'électeur de droite qui votent pour Macron, l'un des deux, forcément, sera cocu mais toute l'intelligence de Macron est de faire croire à l'un que ce sera l'autre et inversement.»

En 2016 sous le gouvernement Hollande j'avais écrit:

Quand j'ai vu sa tronche arriver au gouvernement, je ne le connaissais pas mais j'ai eu un doute. Cet homme me semblait pas très net. Je ne sais pas...j'avais comme un pressentiment. Et quand j'ai lu son CV je n'y ai pas cru du tout. Comment un gars qui a copiné et qui s'est goinfré avec la finance pouvait il se retrouver dans un gouvernement soi disant de gauche? Peut être une stratégie de François Hollande pour qu'il serve d'alibi à faire passer de mauvaises mesures?! La gueule du gendre idéal le bonhomme hurlait qu'il est de gauche et fidèle au président. Manque de bol des gros reliquats d'idéologie droitière remontaient à la surface de son cerveau et au fil du temps, la ficelle devenait de plus en plus grosse à avaler. Droit dans ses bottes, cet imposteur continuait malgré tout ses trucs de bonimenteur commençant beaucoup à séduire un certain électorat populaire puis l'opposition lui faisait doux et le MEDEF lui déroulait le tapis rouge. Après avoir imprimé sa touch dans le système, il allait se servir d'un opportunisme génétique commandé en douce par sa blonde qui voit en lui le nouveau sauveur de la France. Le gouvernement tergiversait lamentablement sur son sort et le monsieur arrivait triomphalement à se tirer la couverture à lui tout seul. Adepte de la communication sarkozienne il orchestra sa sortie magistralement avec une omniprésence médiatique criant haut et fort qu'il était de droite et qu'il allait écouter et voir la vraie vie des vraies gens. Si j'avais travaillé avec un type pareil dans mon équipe, j'aurai dit «quelle belle salope!» et si ce monsieur avait été intronisé dans un organe mafieux style Camorra il aurait sans aucun doute fini dans une mangeoire à cochon.

Mais qui aurait pu prédire cette situation économique et la flambée de l'inflation ?

Pourtant il suffisait de lire ou relire la plupart des travaux des prix Nobel d'économie depuis plusieurs décennies qui étaient tous explicites pour prédire une telle situation. Même les thèses brillantes d'Esther Duflo prix Nobel en 2019 qui enseigne au collège de France n'arrivent pas à imprimer les consciences des gouvernants. On préfère écouter les avis de pseudos économistes médiatiques courant les plateaux TV en cirant les pompes des conseillers des ministères et qui déblatèrent des inepties aussi grosses que leur égo. Alors, si notre Mignon n'avait soit disant rien vu venir, il n'entend toujours pas la colère qui gronde au sujet des retraites. Certes il lui est difficile de dire que ce n'était pas prévisible. Il faut bien assurer la continuité exponentielle des revenus de ses amis qui l'ont amené au pouvoir et si la situation explose (wait and see), la dissolution prévisible sera sa porte sortie. Dans le cas contraire je devrais bosser presque une année supplémentaire et lui dire merci.

L'hypocrisie des dominants qui avance désormais à visage découvert devrait amener une dissidence légitime mais force est de constater qu'il n'en n'est rien. Après les réactions tardives de l'organisation de la coupe du monde au Qatar, pas grand monde ne s'offusque de la prochaine compétition qui se déroulera dans trois pays différents(Canada,USA, Mexique) avec 48 équipes au lieu de 32. La FIFA assurera que tout sera fait pour que l'écologie soit prise en compte pour limiter le bilan carbone. (rires) Que dire des prochains jeux d'hiver asiatique en Arabie Saoudite !(rires) Que dire encore de la prochaine COP 28 sur le climat aux Émirats arabes unis présidée par le sultan Al Jaber PDG de la compagnie pétrolière de ce pays !(rires)... Nous sommes bel et bien de belles quiches...

Mais qui aurait pu prédire la gentrification, la disparition des zostères, le déclin écologique, l'urbanisation anarchique du bassin d'Arcachon ?
Oui, qui aurait pu prédire cela et tout le reste, que l'esprit bassin soit devenu qu'un simple slogan de marketing touristique ?

Cette fois ci Manu n'y est pour rien mais nous sommes quand même quelques uns à l'avoir crier haut et fort depuis des lustres. Rien ne sert de se lamenter même si la frustration est parfois difficile à digérer. Il faut toujours garder l'espoir de faire changer les choses, de remuer les consciences, de combattre le système mis en place par l'oligarchie arcachonnaise. C'est tellement plus facile de ne rien faire, de fermer les yeux et d'accepter une fatalité imposée. Ou alors, serons nous résignés à faire appel aux pouvoirs de Monsieur Bonsens ?

116515277

 

La mort était bien la seule à l'avoir prédit et elle embarque une autre icône de la musique. Il était un guitariste hors pairs qui a influencé bon nombre de légendes du rock and roll avec le pouvoir de transformer les accords. La fusion de sa guitare avec la voix de Rod Stewart et tous les autres frisait la perfection. Vraiment un sacré bonhomme, un cador. Bon vent Monsieur Jeff Beck.

 

 

Posté par paterzan à 14:53 - Permalien [#]
Tags : , , , ,
01 janvier 2023

ET UNE BOUGIE DE PLUS

8e4c13542a4036cc36890eb98db98127

 

Et une bougie de plus sur le gâteau.Le cri de la Bernache fête sa treizième année d'existence et si j'ai déjà remercié mes abonnés pour la confiance qu'ils m'accordent, je n'oublie pas les trolls, les haineux et les opposants qui en m'invectivant, en m'insultant et en ouvrant le débat quelques fois me poussent à vouloir continuer à poster des billets rien que pour les emmerder. Heureusement, ils sont quand même peu nombreux préférant le plus souvent rester dans l'anonymat avec une adresse mail bidon. Donc en cette nouvelle année qui débute, il serait bien de faire le vœux de voir la «Factory du bassin d'Arcachon» se fissurer largement pour essayer de remettre un peu d'ordre et de légalité dans ses actes. De gros dossiers sont sur la table et certains pourraient bien mettre un grand coup de pied dans la fourmilière. Cette oligarchie est puissante, cassant beaucoup de sentinelle pour que la dissidence soit de moins en moins visible mais désormais depuis toutes ces années, je connais parfaitement son fonctionnement et les rouages qui la composent. J’utilise la satire pour montrer les travers de ce petit monde qui se dit bien propre en profitant allégrement des largesses du système et pour que leurs bassesses soient mises en lumière dans ce style d'écriture. Chaque information distillée dans le blog est soigneusement contrôlée et vérifiée. Je suis feignant mais je bosse quand même. Les seigneurs, les barons de ce territoire et l'air du temps en général fournissent tellement de matière qu'il m'est difficile de rester silencieux. Mon but n'est pas de convaincre mais d'ouvrir les yeux sur le temps qui passe. Bonne Année 2023.

 

116515277

 

Si j'exprime mon plus grand respect et que je partage la peine de millions de gens pour ce fabuleux n°10 le roi Pelé pour qui le football était avant tout un jeu pouvant donner de la joie et lier des peuples, je voudrais rendre hommage à Italio Bettiol qui a enchanté mon âme de gamin en créant Chapi Chapo. Deux petites marionnettes au chapeau large dans un décor minimaliste de cubes colorés qui devaient résoudre des petits problèmes. Des épisodes de bric et de broc que j'ai pris plaisir à montrer à mes enfants et dont la musique du générique de François de Roubaix hantera toujours mon esprit. Bon vent à vous deux.

 

pele-wallpaper-1-696x1251   italo-bettiol-chapi-chapo

 

 

 ******

Je vous ai parlé plusieurs fois de mon photographe préféré Sebastiao Sagaldo. En 2014 son fils et Wim Wenders ont réalisé un film documentaire sur son oeuvre et sa vie au travers de clichés noir et blanc d'une puissance incroyable. Malgré de multiples récompenses dont un prix à Cannes et un César en 2015, je viens de le découvrir et après son visionnage j'étais quelque peu bouleversé par sa limpide définition de l'humanité ou le beau se mélange dans la laideur et la cruauté dans l'espoir. Absolument remarquable et même si quelques images sont difficiles à regarder c'est la vie qui triomphe.

Disponible actuellement sur Netflix.

 

bu-le-sel-de-la-terre-universite-de-guyane

 

Posté par paterzan à 21:47 - Permalien [#]
Tags : , , ,
06 décembre 2022

ALLEZ, ON TRINQUE...

bar fly

Il aura fallu attendre les premiers jours de décembre pour enfin apercevoir les premiers frissons de l'hiver. Pour les économies de chauffage, c'est toujours cela de gagné mais rien ne nous dit que l'on sera peut être en string à Noël. Alors en glissant doucement vers la fin de cette année qui s'écoule, pour ma douzième saison du «Cri de la Bernache» j'avais envie de faire un petit bilan et une rétrospection par rapport au constat du jour présent. Pour le «Mignon Manu 1er» notre président de la république, alors hein...qui c'est qui avait raison? J'espère quand même que vous avez bien compris comment fonctionne le bonhomme? Les plus riches ont augmenté leur revenu de 52%, 19 de ses ministres sont millionnaires et il a l'élégance de mettre une femme pour faire bosser les classes prolétaires plus longtemps. «Zaza la Pogne» alias Elisabeth Borne la première ministre défouraille plein pot le 49.3 pour faire passer les réformes afin d'étourdir l'opposition qui peine à trouver la bonne argumentation pouvant soulever la contestation populaire. Alors Manu distribue des petits chèques anesthésiant le mal être des fins de mois et demande au MEDEF de poser du sel sur la masse salariale pour que la voix de ceux d'en bas ne remonte pas jusqu'aux fenêtres du palais et dans le cas contraire, il y aura une bonne dissolution de l'assemblée pour sauver la face. Bon...il va falloir peut être retourner au moyen age pour ne pas devoir subir les coupures électriques qui pourrait venir si l'hiver cogne sévère. Résultat des conséquences du néo libéralisme sur une démocratie qui favorisent les décisions des gouvernants et enrichissent des cabinets conseils payés par nos impôts au détriment du peuple, des experts et des scientifiques.(dérèglement climatique, crise COVID, crise énergétique, crise alimentaire..) Le Mignon aime palabrer tel un paon en rut pour séduire l'assistance mais ses paroles pur produit de communication et de propagande rendent ses actes aussi volubiles que des bulles de champagne. Je vous avais pourtant prévenu.

En ce qui concerne le Bassin d'Arcachon, le constat n'est guère reluisant mais c'était hélas tellement prévisible. C'est sûr, la médiatisation du territoire imprime les papiers placés des magazines et les écrans télés. De la dune du Pilat en veux tu en voilà, de la villa en bois au Ferret je t'en donne, des vacances heureuses c'est ici, de la douceur de vivre à gogo,venez braves gens la Factory du bassin d'Arcachon vous le rendra. En fin de compte, les seigneurs et barons de la Factory ont réussi à imposer leurs projets. La Factory du bassin d'Arcachon est ce petit monde que je caricature dans mes satires. Les membres affublés de petits sobriquets forment une oligarchie dans laquelle domine la course aux mandats, le conflit d’intérêt, le clientélisme, frisant parfois l'autocratie. Au cours de ses douze années ces personnes se sont inter-changées pour avoir toujours la main mise sur les décisions politiques prenant soin d'éloigner du débat publique toute opposition gênante comme les associations écologiques citoyennes et le constat est devant nos yeux. Un plan d'eau à l'agonie, une urbanisation anarchique, un greenwashing à outrance, une EPADH à ciel ouvert et un produit de consommation pour le tourisme de masse dans une douceur de vivre qui perd de son éclat. Non, j'exagère à peine et me contredire serait de mauvaise foi ou alors prouvez moi le contraire. Alors après plus d'une décennie, quoi de neuf? Euh?!...ben pas grand chose ou si peu. La métamorphose a bien eu lieu avalant l'esprit bassin sans grands états d’âme. Des consciences se sont quand même ouvertes formant une dissidence qui arrive à freiner l'appétit des goinfres et des gourmandasses. Dernier exemple en date au sujet de l'incendie de la foret usagère de La teste l'été dernier. La logique voudrait qu'il faudrait établir d'abord un plan de prévention risque incendie comme dans les villes du nord bassin avant toute intervention puis trouver le meilleur consensus pour établir un plan sur du long terme. Mais non, la factory a décidé de reconstruire les campings au plus vite et agrandir le parking de la dune du Pilat pour ne pas enrayer la cash machine. Pour ceux qui ont perdu leur cabane, qu'ils aillent se faire foutre et comme ils ne rapportent rien à la communauté, ils auront quand même leurs yeux pour pleurer. Heureusement la CEBA (coordination pour l'environnement du bassin d'Arcachon) engage une action en justice pour essayer de remettre un peu de bon sens.

https://www.ladepechedubassin.fr/2022/11/15/risque-incendie-sur-le-bassin-plus-de-15-annees-de-carence/?fbclid=IwAR3dMvxNkcy6rod_mI8jbx1wfN6RacGoiEDJbSPRPrbS_bLuAMnDboPYkbA

L'explosion des réseaux sociaux a eu pour effet de dénoncer plus facilement les agissements douteux de la Factory. Il y a à boire et à manger mais la contradiction est nécessaire au débat. Dernièrement le royaume de la «Queen gujanaise La Baleine» alias Marie Hélène des Esgaulx la maire de Gujan Mestras a enfin été mis à mal par la cour des comptes dans un rapport de 100 pages avec quelques recommandations.

https://www.sudouest.fr/gironde/arcachon/bassin-d-arcachon-a-gujan-mestras-cristallisation-autour-du-rapport-de-la-chambre-regionale-des-comptes-13022229.php

Lors de ce conseil municipal aussi digne qu'à Levallois Perret au temps de la splendeur de Patrick Balkany, sa Majesté «La Baleine» était dans une colère froide comme si son amour propre en avait pris un coup:

«-Ces ploucs de la chambre régionale des comptes n'y connaissent absolument rien. Des bons à rien qui suivent les directives administratives sans savoir les ficelles qui faillent pour gérer une communauté en bon père de famille. Vouloir me faire la morale alors que depuis des lustres je jongle avec les millions d'euros de la collectivité, les mandats et que sans moi pas de voie rapide, pas de piscine, pas de parc de loisirs, pas de casino, pas de golf. Sans moi Gujan serait une ville qui croulerait avec des hordes de rats comme l'opposition de ce conseil municipal.»

Bon la dame s'emballe un peu car dans la plus part des réalisations, elle était encore une novice à cachetonner le mandat sous les ordres de l'ancien maire Michel Bézian. Son fidèle caniche «Flipper» alias Xavier Paris son premier adjoint a essayé de calmer sa fureur:

«- Je reconnais que l'on aurait pas du faire comme cela et que l'on s'améliorera.»

(MDR)

Il y peu dans l'article du journal Sud ouest d'un bel enfumage de contre vérité, on apprend qu'à la demande des ostréiculteurs, l'état a chargé le SIBA de scruter la qualité des eaux du bassin d'Arcachon. La factory s'est réuni entre partisans déclamant que malgré la bonne qualité des eaux, les huîtres sont perturbées.(LOL) Elle décide de mettre en place 63 préconisations pour être irréprochables. Figurent entre autres, le retrait des friches ostréicoles abandonnées, le ruissellement des eaux de pluies sur artificialisation des sols, la surveillance des pesticides agricoles venant par la Leyre, l'usage des antifouling etc etc. Que des préconisations que les associations de protection de l’environnement demandent depuis plus de vingt ans et que je clame depuis douze ans. Quelle bande d'hypocrite! Vous avez tué l'esprit bassin et vous essayez de nous faire croire que vous voulez le sauver... un peu comme le pompier pyromane.

Je sais, certains vont me dire que je suis un vieux con et ils auront sûrement un peu raison. J'adore être parfois un vieux con mais un vieux con bienveillant s'il vous plaît car avant j'étais un jeune con sauvage... et j'adorais cela aussi.

https://www.sudouest.fr/gironde/la-teste-de-buch/bassin-d-arcachon-l-eau-placee-sous-tres-haute-surveillance-pour-aider-l-ostreiculture-12989743.php

En novembre 2017 j'avais écrit le billet «L'huitre, l'âme perdue?!» et comme il n'a pas pris une ride, je vous invite à le relire:

À la campagne je n'aime pas entendre le son du glas venir me lécher les oreilles. Souvenir d'enfance d'un jour ou l'on m'apprenait que le vieux Pierrot était parti pour un long voyage, que je ne le verrai plus jamais alors que je savait très bien qu'il était simplement mort. Celui qui m'avait appris à attraper les truites à la main, à observer les oiseaux et qui m'avait céder son bâton pour ramener les vaches à l'étable. Je me suis enfui en courant à travers champs jusqu'à perdre haleine avec la lourdeur de la tristesse accrochée à mes pieds. Dans la chaleur estivale de cet après midi ou rien ne bougeait même les soleils des tournesols déclinant leur tête vers le sol semblaient compatir à ma peine. C'était la première fois qu'une telle émotion me déstabilisait complètement et chaque battement de mon cœur faisait jaillir un torrent de larmes. C'était donc cela la mort?! Quand le son grave et lent de la cloche de l'église est venu transpercer le silence, je levais la tête au ciel pour espérer voir Pierrot une dernière fois, juste une dernière fois mais rien ne se passa. Alors je rentrais lentement à la ferme en revisitant toutes les joies que j'avais eu avec lui et en gardant son sourire en tête.

Aujourd'hui quand je me promène sur les bords du bassin d'Arcachon, que je m'assois sur un banc sous un tamaris, que je laisse mon âme divaguer, j'aime laisser les sons me donner une image. Le cliquetis des haubans sur les mats, le cri des bernaches, le bruit lointain du moteur d'une barge qui rentre au port sur une mer pétole pour attendre l'onde de la vague arriver jusqu'à la plage, les claquements d'ailes d'un vol de cormoran. Je dois dire que je suis extrêmement bien, paisible, en harmonie. Pourtant quand je focalise chaque détail de ce qui m'entoure, j'ai la mauvaise impression de l'entendre dans la bise d'un Noroît levant, répétitif comme une plainte dans l'écho. Ce maudit son du glas. Heureusement cette fois ci ce n'est que l'église Saint Eloi qui signale le départ d'une âme perdue.

Non ne croyez pas que je sombre en pleine dépression, qu'un petit coup blues occupe mon esprit. Non je pète les flammes, mes gosses sont odieux, mes bilans sanguins sont bons, ma femme a arrêté de fumer et je viens de lire un article dans le journal Sud-Ouest qui me pousse à le commenter. D'abord le titre: «Tradition et sélection: les perles du bassin» Ouh la!! un papier sur les huîtres du bassin d'Arcachon puis le sous titre: «Arcachon-CapFerret deux gammes d'exception seront lancées en 2018» Mazette! Thierry Lafon le président des ostréiculteurs Arcachon Aquitaine s'est transformé en Garcimore pour essayer de sauver ce qui peut l'être. Sur la photo il est tout sourire avec des pontes du comité de la conchyliculture de la région avec un plateau d’huîtres lors du dernier festival gastronomie So Good à Bordeaux. Je remarque que la journaliste qui a écrit le papier se nomme Stella Dubourg. J'ai tout de suite pensé à un homonyme avec notre «Bernie» alias Bernadette Dubourg journaliste basée à Arcachon et même peut être à une consanguinité car cette article est aussi digne qu'un rapport d'un député européen fait avec un papier-coller des lobbys. Cette dame n'aura pas besoin d'acheter ses bourriches pour noël, elles sont déjà charger dans le coffre de sa voiture. Honnêtement, je pense que le travail d'un journaliste ne se limite pas qu'à servir la soupe. Il faudrait quand même approfondir le sujet, ne pas se contenter de faire que de la communication. Cet article n'est qu'un enfumage propagandiste.

Aurélie Lecanu la directrice du comité dit:

«Nous avons mené un gros travail avec les ostréiculteurs afin de redonner du sens à notre marque.

(C'est la moindre des choses, c'est votre travail... En effet les huîtres d'Arcachon avaient une certaine embellie quand tout allait pour le mieux. Puis avec le déclin écologique et les maladies il a fallut associer le nom avec cap ferret pour redorer le blason. Hélas malgré les années Labanesques la mayonnaise ne prend toujours pas. Il faut dire que la solidarité entre professionnels du coin est loin d'être développée pour devenir unanime. Marennes oléron avait vite compris que privilégier le site avec un IGP et la qualité avec deux label rouge assureraient une pérennité. Même si leurs méthodes sont contestables tout autant que certaines des nôtres, nous avons plus de 30 ans de retard sur le marketing.)

Aujourd’hui nous comptons 300 ostréiculteurs sur le bassin d'Arcachon et ils sont tous différents. Chacun travaille à sa manière, suit son propre itinéraire technique et s'adapte en fonction des conditions environnementales.

(C'est vrai, sauf qu'il faut désormais les différencier. L'ostréiculteur est celui qui travaille un produit, né et élevé sur le territoire et ils ne sont que 10%, les autres ne sont que des négociants vendeurs d’huîtres.)

Mais ils ont tous en commun d’œuvrer sur le bassin et d'aimer leur métier.

-(Viscéralement ou financièrement?!)

Nous avons donc voulu apporter un peu plus de cohésion dans tout cela en mettant en avant les saveurs typiques du bassin, le goût d'ici. »

-(Décidément après «les vacances c'est ici» maintenant «le goût d'ici» A se demander si Zaza alias Isabelle Galinier notre prêtresse de la Com au SIBA (syndicat intercommunal du bassin d'Arcachon) n'aurait pas mis son nez la dessous?! En ce qui concerne les saveurs typiques elles ont disparu aussi vite que les zostères naines des herbiers.)

Une démarche qui répond aussi à une attente des consommateurs de plus en plus exigeants, avertis et soucieux de savoir d’où vient le produit qu'ils ont dans leur assiette.

-(C'est vrai et faux. L'attente des consommateurs a été provoqué par le business, à vouloir vendre une huître non laiteuse, bien charnue sans se soucier du cycle naturel. Mais pour arriver à ce résultat il a fallu faire un enfumage massif sur la visibilité en jouant les apprentis sorciers avec la triploïdes( huîtres génétiquement modifiées) et en mélangeant toutes sortes venues de l'extérieur pour satisfaire la demande lors des crises sanitaires et les sortir de la claire devant le consommateur est rassurant sur la provenance.)

Fort de ce constat, les ostréiculteurs ont décidé d'impulser une nouvelle dynamique autour de leur marque ombrelle Arcachon-Cap Ferret.Fédératrice , cette marque qui s'est construite sur des valeurs partagées, l'attachement au territoire, l'appartenance au bassin d'Arcachon et la transmission du savoir faire, reflète la pluralité des entreprises et des pratiques.

-( pur langage de Communication)

Thierry Lafon président des ostréiculteurs dit:

Pour autant, aujourd'hui, les ostréiculteurs ont souhaité aller plus loin en lançant deux gammes prestige. Cela fait 25 ou 30 ans que l'on tourne autour du pot. Nous avons voulu faire de nos différences et notre diversité, une force et un avantage.

-(Ce n'est pas moi qui le dit...mais au moins, il fait son mea culpa)

Notre objectif est de booster le marché mais plus encore, de lui donner de la lisibilité. Il faut aujourd'hui sortir du flux et s'identifier. De la même manière que pour les vins de Bordeaux, nous avons une marque générique qui nous réunit et nous avons une gamme de produits spécifiques qui permet à chacun de s'y retrouver.

-(langage de com, parler pour ne rien dire)

La première, la gamme Sélection, identifie des huîtres de haute qualité, fines et spéciales, affinées à faible densité durant six semaines sur des parcs du bassin d'Arcachon. Ce produit nécessite une exigence spécifique afin de retrouver toutes les notes locales et un terroir qui a du caractère.

-( Mamma mia, dit comme ça, cela donne envie. Voilà la future rolls du bassin d'Arcachon. Effectivement il est possible d'arriver à un résultat assez proche, sauf que j'ai un doute pour les notes locales et le caractère du terroir. Mais surtout ce qu'il faut dire au consommateur, c'est que ce produit fera le bonheur des négociants vendeurs mais pas des ostréiculteurs traditionnels(1 ans à 1 an et demi de travail en moins). L'exigence spécifique suffit de prendre n'importe quelles huîtres et de les mélanger ou simplement que de la triploïdes puis de les emmener s'engraisser vers les bassins médocains ou landais et de les ramener pour les affiner quelques semaines localement afin de les estampiller officiellement.)

De son côté, la gamme Tradition met en avant une huître de qualité, née et élevée sur le bassin d'Arcachon. Elle valorise le savoir faire local, le cycle traditionnel et le travail lié à la nativité et à l'élevage sur le territoire.

-(Le monsieur a au moins le mérite de montrer qu'il n'a pas oublié d’où il vient mais en classant cette huître que de qualité, on sent moins d'enthousiasme que pour l’huître Sélection. Ça le mérite d'être clair)

Tout comme un label officiel de qualité, ces deux nouvelles gammes reposent sur un cahier des charges approuvé et contrôlé. Nous proposerons des produits certifiés qui ont du sens pour les consommateurs. Des huîtres haut de gamme qui seront lancées sur le marché au printemps 2018 et qui compte tenu de leur qualité seront vendues 20à25% plus cher.

-(Bon nous y voilà. Tout ce charabia pour nous annoncer une bien belle augmentation des prix, avec un «Tout comme» label de qualité. Emballé c'est pesé maintenant il y a plus qu'à...)

http://www.sudouest.fr/2017/11/19/tradition-et-selection-les-perles-du-bassin-3960573-2733.php

 

Bien sûr l’huître est un emblème du bassin d'Arcachon et les gens qui l'ont travaillé ont contribué à façonner cette douceur de vivre si particulière de ce territoire. Mais ils n'ont pas vu venir le changement de mentalité et n'ont pas eu la force de vouloir s'unir pour faire face aux problèmes(pollution, politiques)

Au lieu de cela la plupart ont choisi de s'adapter au monde moderne en délaissant le savoir faire et la tradition pour en faire un business. Certains ne vont même plus sur les parcs. Ils ont deux ou trois dégustations qui prospèrent, ils peuvent partir au soleil l'hiver mais se disent encore ostréiculteur.Le consommateur touriste se fout de la provenance. Il veut simplement passer un bon moment dans un joli cadre en dégustant des fruits de mer.

Malgré cela il reste encore quelques irréductibles, trop peu, qui continuent à produire une huître parfois laiteuse, parfois maigre mais naturelle. Pour qu'ils puissent continuer à perpétrer leur savoir faire, à faire face à l'ère du temps et à nos comportements, il faut absolument donner une visibilité plus forte sur le produit et ne pas les opposer. Que celui qui vend de la triploïde, le dit, qu'il l’emmène engraisser ailleurs, le dit. Que celui qui achète de la prête à vendre sans savoir l'origine, le dit, qu'il les emmène engraisser ailleurs, le dit car avec l'ostréiculteur traditionnel tout est déjà dit. Aujourd'hui je crains que l’huître soit une âme perdue. Alors,prochainement quand vous dégusterez vos huîtres, levez les yeux au ciel et peut être entendrez vous sonner le glas.

Allez, on trinque...

IMG_20181103_200505b



15 novembre 2022

LES YEUX QUI PIQUENT

enfumage

 

Nous avons déjà tous vu dans un reportage ou autre ou peut-être même assisté quand l'apiculteur vient s'approcher de ses ruches pour récolter le délicieux nectar. Le bonhomme avec sa combinaison blanche enfume outrageusement l'habitation des abeilles pour que ces dernières s'endorment paisiblement afin de ne pas attaquer l'enfoiré qui va subtiliser le fruit de leur labeur. Au réveil en apercevant le larcin, elles se remettront vite à butiner pour ne surtout pas décevoir leur reine et remplir son garde à manger au plus vite. Depuis quelques temps, je remarque que le quotidien Sud ouest pratique de plus en plus ouvertement l'enfumage du citoyen du bassin d'Arcachon par des titres d'articles à contre sens dans le but de rassurer l'opinion publique en masquant une réalité qui desservirait les seigneurs de l'Arcachonie. Cette technique de plus en plus utilisée dans les médias n'est malheureusement pas prête à disparaître dans un proche avenir. Les flux d'informations sont si important que désormais les titres des actualités défilent à la chaîne empêchant toute analyse approfondie. Puisque qu'ils le disent, c'est donc vrai. Paru le 6 novembre 2022:

Bassin d’Arcachon : au Cap Ferret samedi, une centaine de plongeurs a compté les hippocampes.

Le quidam qui lit ce titre doit se dire :

«-Whaou ! C'est cool et si il y a des Hippocampes dans le bassin d'Arcachon, cela veut dire que le plan d'eau est sain. C'est rassurant.»

Sauf qu'en lisant l'article en entier, on apprend que cette association de plongeurs «Océan Obs» malgré de mauvaises conditions de visibilité suite à une mauvaise houle les jours précédents ont passé un agréable moment entre amis mais l'un d'entre eux a quand-même aperçu un hippocampe dans la turbidité. Donc, un article sans intérêt. Sans dénigrer cette association et toutes les autres qui font un travail utile, il serait plus judicieux d'informer les résultats par rapport au constat actuel car depuis déjà des décennies ces mêmes associations alertent sur le déclin de la biodiversité. Chaque année «Scaph pro» indique la réduction importante des zostères mais les instances continuent à écouter en fermant les yeux.
https://www.sudouest.fr/gironde/lege-cap-ferret/bassin-d-arcachon-au-cap-ferret-samedi-une-centaine-de-plongeurs-ont-compte-les-hippocampes-12880514.php

 

Bassin d’Arcachon : les habitants ne sont pas tous contre le lotissement de la Montagne à Arès

Cette fois ci en lisant le titre on pourrait l'interpréter par :

«-Ouais c'est normal il manque plein de logements sociaux et nos gosses ne peuvent plus vivre ici. Ils sont obligés de construire ailleurs...

Une ritournelle qui revient souvent dans les débats sur ce territoire mais qui dans le cas présent pose vraiment question. En effet à l'heure du zéro artificialisation des sols à venir on va encore prendre quelques hectares à la forêt pour y poser plus de 200 logements. A la lecture du titre ceux qui ont une conscience écologique ont dû écarquiller grand les yeux en s'interrogeant fortement et plus encore en lisant l'article où il est écrit que l'enquête publique avait recueilli 84 contributions. 76 contre 8 pour. Alors si effectivement le journaliste peut dire que tous les habitants ne sont pas contre ce projet, sa mauvaise foi est quand même très limite. Si son équipe de rugby avait pris une branlée mémorable de 76 à 8 il aurait écrit pour son papier:

«L'ampleur du score ne résume pas la physionomie du match car nos joueurs qui n'ont pas ménagé leurs efforts en livrant bataille, ont montré qu'un potentiel intéressant pourrait arriver à accrocher les équipes du haut de tableau.»
https://www.sudouest.fr/gironde/ares/bassin-d-arcachon-sur-le-lotissement-de-la-montagne-a-ares-les-habitants-ne-sont-pas-tous-contre-12859584.php



Bassin d’Arcachon : environ 600 hectares seront artificialisés en vingt ans

Dans ce titre, deux petites choses me chiffonnent le ciboulot. Environ veut dire approximativement moins ou approximativement plus. Placé avant penche pour le moins(environ 600 hectares) et placé après penche pour le plus(600 hectares environ). J'en déduit donc que d'après le titre à peine moins de 600 hectares seront artificialisés en vingt ans et se dire qu'enfin nos élus prennent leurs responsabilités.(600 hectares c'est 750 terrain de football et sur un terrain de football on peut mettre pas mal d'habitations). Sauf que le chiffre exact donné par le SYBARVAL instance chargée d'établir un SCOT (schéma de cohérence territoriale) est de 630 hectares. Oui je sais 30 hectares de plus ce n'est pas grand chose. Je chipote ce n'est que 40 terrains de football en plus. La deuxième chose est l'emploi du verbe être au futur, seront. Pourquoi employer le verbe être sur une décision qui est en étude et pas encore votée? La suite de l'article(visible en clair sur internet) détaille le déroulement et la problématique qui va avec et comme pour l'ancien SCOT annulé, on peut voir que malgré les efforts de transparence des membres du SYBARVAL en utilisant la méthode macronienne de la concertation publique en présentiel ( je vous écoute mais je ne fais rien) cette instance repart dans ses travers de déni en ayant déjà tout planifié ce qui risque une nouvelle fois d’empêcher la mise en place d'un SCOT pour les vingt ans à venir. Il est bon de rappeler que l'annulation de l'ancien SCOT a coûté dans les 5 millions d'euros aux contribuables et des années de perdues qui ont permis la dérive d'urbanisme que l'on connaît aujourd'hui. Avec «la reine de la turlutte Marine Morano» alias Marie Larrue maire de Lanton et marionnette du ventriloque arcachonais à la présidence de cette instance, il est fort à parier que beaucoup d'encre va encore couler.

https://www.sudouest.fr/gironde/arcachon/bassin-d-arcachon-environ-600-hectares-seront-artificialises-en-vingt-ans-12905110.php

 

Arcachon : Eric Ciotti candidat à la présidence des républicains en meeting au tir au vol le 15 novembre.

Cette fois ci c'est une information. Pour ma part, j'estime que l'on touche le fond mais il sera très marrant et intéressant de voir qui était présent pour écouter un gars raciste qui prône l'obligation d'un retour au travail à tous les assistés alors qu'il n'a jamais travaillé se contentant de courir les mandats politiques au frais de la république. (A suivre)

https://www.sudouest.fr/premium/politique/arcachon-eric-ciotti-candidat-a-la-presidence-des-republicains-en-meeting-au-tir-au-vol-le-15-novembre-12942860.php

 

1667854699442

Posté par paterzan à 10:58 - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , , ,