DSC04002

 

                  «Heureusement qu'il existe encore des minutes suspendues ou j'oublie tout.»

 

Bonjour les cons...

Contrairement à l'excellent film «Adieu les cons»d'Albert Dupontel, Les circonstances actuelles qui sévissent sur le Bassin d'Arcachon poussent mon esprit espiègle vers une évidence manifeste ou le comportement de la Factory du bassin d'Arcachon, des instances territoriales et aussi de l'état amènent une conclusion d'une synthèse que je nommerai «Bonjour les cons». Parmi les nombreux exemples, je vais commencer par la société Vermilion Energy. Comme l'usine Smurfitt à Facture Biganos cette société spécialisée dans le pompage et la recherche des sources pétrolières régale financièrement depuis des lustres, les barons et seigneurs du territoire sans être reconnue publiquement d'utilité philanthropique. Ne pas oublier qu'en 1965 Esso REP (rachetée par Vermilion) voulait installer un derrick sur l’île aux oiseaux entraînant l'unique et énorme colère de mon grand père qui avait du prendre sa pinasse pour aller manifester son mécontentement sur place avec d'autres pêcheurs-ostréiculteurs qui à l'époque étaient encore un chouia solidaires entre eux, donnant du bon sens à l'opinion pour que le projet soit abandonner. A l'heure de la transition écologique ou l'abandon de l'énergie fossile est acté pour la recherche d'une énergie renouvelable, une commissaire enquêtrice vient de donner son accord pour huit nouveaux forages dans la forêt usagère de La Teste de Buch.

https://www.sudouest.fr/economie/energie/energie-feu-vert-de-la-commissaire-enquetrice-pour-huit-forages-de-petrole-de-plus-dans-la-foret-usagere-de-la-teste-de-buch-17530481.php

Devant une telle ineptie, après le terrible incendie de l'été 2022 et l'étude de la prévention des incendies toujours en cours, comment ne pas croire que ceux qui vont avoir la charge de décider et d'autoriser ont leur connerie plus grosse que leur déni. Pour mieux vous en convaincre je vous invite à lire une interview (qui est en intégralité) d'Isabelle Patrier directrice France de Total Energies sur le site Challenges qui affirme que sa société sera en 2030 le premier producteur français d’énergie renouvelable.

https://www.challenges.fr/sommet-de-l-economie/isabelle-patrier-totalenergies-en-2030-nous-serons-le-premier-producteur-francais-d-energie-renouvelable_874668

6 ans pour y arriver!!! Je ne croyais pas que le niveau de connerie soit aussi haut mais peut être que ses enfants lui diront qu'elle exagère, qu'elle devrait arrêter de nous prendre pour des quiches ou peut être qu'ils ne diront rien parce qu'ils sont déjà actionnaires dans la boîte de maman.

C'est comme le dernier rapport de l'INSERM daté de 2021 qui démontre scientifiquement que les pesticides sont à l'origine de nombreux cancers et autres maladies et que le parlement européen vient de prolonger l’utilisation du glyphosate jusqu'en 2033. Si la connerie et la puissance des lobbies ont convaincu 26 pays de l'UE de dire oui, la France qui s'est abstenue au lieu de voter contre comme notre «Mignon Manu Premier» alias Emmanuel Macron président de la république le jurait la main sur le cœur ajoute de l'hypocrisie en plus prouvant que notre pays est à mettre dans le même sac de cette communauté.

Dans mon dernier billet je vous disais que les réseaux de tout à l'égout explosaient en cœur sur tout le territoire à cause de l'accumulation des pluies automnales et que les étrons profitaient du ruissellement de l'artificialisation des sols pour fuguer vers les jardins de certains lotissements ou voguer dans les eaux du bassin d'Arcachon semant la panique générale au SIBA (syndicat intercommunal du bassin d'Arcachon) en charge des eaux usées et depuis, tous les travaux engagés dans les centre ville et autres rues démontrent l'évidence de l'obsolescence du réseau, ce qui n'empêchera pas la construction et le branchement de nouvelles résidences ou nouvelles maisons issues des divisions parcellaires.

https://www.sudouest.fr/gironde/lanton/lanton-le-reseau-de-tout-a-l-egout-completement-sinistre-deborde-dans-le-massurat-et-le-bassin-17481702.php

Conséquence, la bactérie Escherichia Coli qui taquine les boyaux et qui peut potentiellement tuer en a profité pour proliférer dans le plan d'eau. Les palourdes et les coques sont interdites à la consommation et seules les huîtres d'Arès sont restées interdites à la vente pendant 10 jours. C'est à croire que les autres huîtres, voyant leurs copines malades et tellement désireuses d'occuper les tables des repas de fin d'années ont retenu leur respiration coquille fermée en attendant le totem d'immunité de la Factory du bassin d’Arcachon afin de pouvoir partir en «transit» vers d'autres lieux.

https://www.sudouest.fr/gironde/ares/bassin-d-arcachon-levee-des-restrictions-sur-les-huitres-d-ares-mais-interdiction-de-manger-coques-et-palourdes-17553842.php

Dans ce qui va suivre je ne veux absolument pas faire l'apologie des drogues mais l'affaire du ou de l'ex sénateur Joël Guerriau est à mourir de rire, de honte ou les deux. Oui, pas d’ambiguïtés c'est un beau fumier car son intention est trop flagrante et son amateurisme sur l'usage des stupéfiants lui servira peut être de circonstances atténuantes. Quoi qu'il en soit il est urgent de faire la prévention vers les jeunes filles car les prédateurs sexuels même de bonne famille peuvent user de ce stratagème avec des drogues beaucoup plus efficaces et surtout beaucoup plus néfastes. L'ecstasy est surnommée la drogue de l'amour, sauf que l'on a oublié de préciser à ce monsieur que les deux personnes se doivent d'être consentantes, conscientes d'avoir pris une substance pour pousser les délires sexuels afin d'augmenter ses propres fantasmes dans un désir émotionnel consenti. L'ambition de Joël Guerriau envers la député Sandrine Josso est pratiquement indéfendable et il est heureux que cette dame est compris la supercherie. Dans cette histoire je dirais: «Bonjour le con»

https://www.francetvinfo.fr/societe/harcelement-sexuel/affaire-joel-guerriau-c-est-une-erreur-de-manipulation-defend-l-avocat-du-senateur_6192006.html

Je ne pouvais pas finir sans parler de l'affaire hilarante du bus impérial de Lège Cap-Ferret ou la connerie a atteint son paroxysme avec en plus, l'argent du contribuable. Comment le «Dentiste» alias Philippe de Gonneville le maire de la ville a t'il pu se faire enfumer à ce point pour balancer 63000 euros sans demander l'avis au conseil municipal? Un chèque en blanc pour un bus impérial anglais des années soixante censé représenter un produit de marketing pour l'image glamour du Cap Ferret et qui pourra alimenter les réseaux sociaux lors des soirées festives estivales. C'est à croire que les décideurs de cette connerie étaient chargés comme une mule après une grosse fiesta débridée. Les vendeurs du véhicule en rigolent encore. La rogne qui traînait au fond de leur parc venait de susciter la curiosité et l'intéressement d'un employé de la ville du Cap Ferret. Le patron disait aussitôt à son employé:

«-Pierrot, change moi les pneus et répare les phares du bus, y' a un gogo avec une gourmette en or qui bave dessus et qui est prêt à balancer plus du double en cash.»

Deux années plus tard, le fiasco du bus impérial de la ville de Lège-CapFerret est mis aux enchères discrétos, histoire de récupérer un peu d'oseille qui pourrait sauver la légitimité de cette achat aux yeux des administrés et des contribuables et pourquoi pas permettre peut être la venue de David Guetta pour le prochain festival du Firefighter village l'été prochain. Pendant ce temps, les sauveteurs en mer sont toujours à la recherche de fond tout en organisant une cagnotte en ligne pour l'achat d'un nouveau semi rigide capable d'aller récupérer bénévolement des fêtards sous ecstasy échoués sur un banc de sable du banc d'Arguin.

https://www.francebleu.fr/infos/societe/lege-cap-ferret-la-mairie-tente-de-vendre-son-bus-a-imperiale-aux-encheres-2844401

1200x680_sc_bus-ok

 

Je viens de vous présenter un billet intitulé «Bonjour les cons» avec des exemples qui ont alimenté mes propos. Mais après réflexion, je me suis posé la question de savoir, si en fait le con... ce n'était pas moi?