EdvardMunch-TheScream-1893

 

Simon regarde une dernière fois l’amour de sa vie avant l’ouverture des portes de la mairie. Que de chemins parcourus, que d’embuches pour arriver à cet instant précis. Sans jamais baisser les bras, ils se sont soutenu dés le premier jour de leur rencontre. Il peut encore sentir les effluves de son parfum qui se mélangeait avec la transpiration de l’étreinte donnant une bestialité orgasmique à leur ébat.

Eric est vautré dans son fauteuil club pour regarder un match de rugby sur canal + en s’aspergeant le gosier de bière bon marché. Il a déjà son compte mais se retourne pour mater le cul de sa femme Martine qui finit de faire la vaisselle. Il se rappelle la première fois ou il l’avait prise sur le capot de sa 4L en sortant de la boîte de nuit « le Neptune » et l’odeur de sa transpiration de troisième ligne de rugby arrivait à masquer l’eau de toilette de cette jeune adolescente.

Au premier étage de la mairie d‘Andernos les bains, la secrétaire Yvette  frappe vivement sur la porte du bureau du maire. Ce dernier est dans un état second reclus dans un coin, pris de panique.

« Monsieur maire il faut y aller maintenant. Les mariés sont arrivés.

- Vadé rétro Satanas. Je ne peux pas. Que l’on me laisse tranquille.

-Ne faites pas l’enfant. La loi est la loi et vous devez l’appliquer.

- C’est trop dur, c’est contre mes principes.

-C’est vrai-je vous l’accorde. Cela fait 35 ans que vous appliquez vos propres lois à vos administrés. Mais maintenant, il faut y aller. »

Paul se retourne et croise le regard de Simon. En voyant la flamme qui brûle dans ses yeux, il se rappelle du premier baiser derrière les platanes du parking de la boîte de nuit « Le Neptune ». Long et fougueux il laissait présager des lendemains partagés.

Martine s’est retrouvée avec un môme dans le coffre et ses parents ont tout fait pour retrouver le rugbyman hirsute afin de le coller illico presto devant le bureau du Maire sauvant ainsi l’honneur de la famille. Mr Pérusat avait finalisé leur union en grande pompe laissant l’avenir leur donner des lendemains mitigés.

Yvette éponge le front du maire, remet en état son costume tout en lui enfilant l’écharpe tricolore.

« Yvette je vous en supplie. Remplacez moi pour l’amour de dieu.

-Pas de blasphème je vous pris. Du courage Monsieur. Il serait temps de montrer que vous en avez.

Martine n’a pas le courage de prendre la porte ou foutre Eric à la porte. Eric attend la fin du match pour pouvoir fermer la porte de la chambre à coucher. Paul et Simon attendent patiemment l’ouverture de la porte de la mairie.

 

En regardant l’œuvre de Munch, on arrive à trouver une ressemblance avec l’état d’esprit du maire d’Andernos sur la loi du mariage pour tous. Un homme en crise existentielle face au monde d’aujourd’hui.

Propos de Philippe Pérusat maire d’Andernos les bains dans la dépêche du Bassin n° 863:

«Pour de multiples raisons, j’appartiens à celles et à ceux qui réservent le mariages à la procréation. Sauf cas exceptionnel, un enfant, fruit magnifique, n’est conçu que par la magie d’un acte d’amour, tel que la nature nous l’enseigne. Si l’union homosexuelle venait à devenir le principe, bientôt serait menacée l’espèce. Ce serait un incommensurable dommage, tant l’homme, malgré ses faiblesses, reste un génie. Une fois l’expression de ma conscience établie, républicain et citoyen, je respecterai les décisions suprêmes en conservant cette terrible angoisse sur l’avenir, si dans la résignation venait à s’imposer une loi de circonstance contre les fondements de l’humanité »

 

 

QUELQU'UN DE NORMAL

 

Jose-Mujica

Voici un petit quizz qui peut surprendre beaucoup de vos amis. En effet, le but de ma question est de deviner qui est la personne sur la photo.

En effet c’est un paysan qui fume sa cigarette dans sa ferme ou il cultive des fleurs avec sa femme. Il possède deux voitures coccinelles Volkswagen et son patrimoine s’élève à 160000 euros.

Il a reçu 6 balles dans la corps et fait 14 ans de prison pour avoir combattu la dictature de son pays. En 2009 il devient le président de l’Uruguay. A son élection après avoir remercié son peuple, sa première décision fut de donner 90% de son salaire (9300 euros) aux pauvres et aux petits entrepreneurs se contentant à un revenu moyen de 600 euros.

« - J’ai vécu comme cela la plupart du temps, je peux vivre avec ce que j’ai. »

Il préfère rester dans sa ferme délabrée offrant une partie du palais présidentiel aux sans logis.

« On m’appelle le président le plus pauvre, mais je ne me sens pas pauvre. Les pauvres sont ceux qui travaillent uniquement pour avoir un style de vie dépensier, et qui en veulent toujours plus. C’est une question de liberté. Si vous n’avez pas beaucoup de possessions, vous n’avez pas besoin de travailler comme un esclave toute votre vie pour les soutenir, et vous avez plus de temps pour vous-même. »

Il apprécie la politique de Chavez (président du Venezuela)tout en préférant celle de Lula(président du Brésil). Durant sommet de Rio pour le développement durable devant les 20 personnes les plus puissantes de la planète, il a prononcé un discours qui a suscité des applaudissements.

- « Que recherchons-nous ? »
- « Sommes-nous réellement heureux ? »
- « Maîtrisons-nous la technologie ou est-ce qu’au contraire, celle-ci nous gouverne ? »
- « Qu’arriverait-il à la Terre si les Indiens comptaient autant de voitures par famille que les Allemands ? »
- « Combien d’oxygène nous resterait-il pour vivre ? »
- « Pouvons-nous, à l’heure actuelle, parler de solidarité entre les peuples alors que l’économie se base sur une concurrence déloyale ? »

Les bourgeois de son pays le détestent car ils flippent d‘une radicalisation à gauche du vieux, les classes populaires l’adorent parce qu’ il leur ressemble. Les salaires ont progressé de 35% avec une croissance de 6  %, le chômage est à 5,3% et l’analphabétisme a pratiquement disparu. Uruguay possède les meilleurs indicateurs de l’Amérique du sud si bien que  beaucoup d’espagnols, d’argentins viennent s’installer dans ce pays.

Aujourd’hui les lobbys financiers sous couvert des USA font leur travail pour faire changer le cours des choses. Sa cote de popularité est en baisse mais il a toujours la confiance de son peuple. Cet Homme se nomme: JOSE MUJICA

Sa devise: « Le bonheur sur terre c’est quatre ou cinq choses. L’amour, les enfants et une poignées d’amis… »

 

 

 

76463055_p

barbier2

 

Tout le monde connaît sa trombine à force de se trimbaler de plateau en plateau télé pour donner son analyse infuse sur l’économie, sur la sociologie des temps modernes. Ce quadra BCBG avec son visage lisse des beaux quartiers et son écharpe rouge faisant sa marque de fabrique vient en tant que directeur de L’express de pondre un édito ou tout son mépris indique son manque de respect au monde prolétaire sur l’affaire des ouvriers de Florange. Jusqu’au titre « La Zolattitude » il déglingue : « la nostagie geignarde du Florange show » prouvant ainsi sa méconnaissance totale sur les conditions de vie, les traditions, la culture des couches populaires.

« Les 600 employés de Florange ne sont pas une priorité car il s’agit d’emplois hérités du XIX ème siècle et dont les titulaires sont protégés par un efficace filet social. »

Il faudrait rappeler à ce monsieur que ces acquis ont été obtenu par de longues luttes sociales entrainant beaucoup de souffrance. Il est facile de mépriser ceux qui luttent, assis devant son bureau de Neuilly ou autre beau quartier en crachant sur des gens qui gagnent par mois son salaire hebdomadaire. Oui, les guignols ,les messieurs je sais tout sont reconnaissables parmi les autres. Chemise blanche pour BHL, écharpe rouge pour Christophe Barbier.

Je décerne à l’unanimité de moi-même la palme d’or du plus gros fumier du moment à Christophe Barbier.

 

 

Une vidéo légère mais qui peut faire froid dans le dos. Cette caméra cachée brésilienne a fait le buzz. Mais vous, comment auriez vous réagi? Moi, je lui aurais mis un grand pain dans la tronche. Enfin…je crois.