Capture

 

Quelle surprise de voir que l'emblème du bassin d'Arcachon est devenu l'égérie de la plus célèbre marque de pâte à tartiner Nutella.! Il y a cinquante ans on aurait bombé le torse car ce produit était cher, figurant la plus part du temps sur les tables des classes sociales supérieures et personne ne s’intéressait au bassin d'Arcachon. Chez moi c'était plutôt confiture maison aux fruits de saison et pot de miel de tonton Jacques. Les années suivantes, les ravages de la mondialisation et le libéralisme outrancier ont permis à la firme de démocratiser son produit délicieusement addictif aux classes prolétariennes qui ont très vite vu les taux de diabète et d'obésité exploser sur leurs rejetons. Depuis quelques années, époque oblige, Ferrero essaye de se verdir la façade pour effacer un peu ses secrets de fabrication qui ont poussé les classes supérieures à le bannir de leur existence. La merde c'est pour les pauvres. En juin 2015 j'avais écrit ce petit billet :

CRIMINEL QUE TU ES
Je sais qu'il est là.. derrière cette porte.. attendant patiemment sa proie. Je peux le voir, presque le sentir. La salive qui inonde ma bouche m'amène une irrésistible envie et les gargouillis dans mon ventre me mettent les nerfs à vifs. Depuis l'enfance déjà, je t'ai liquidé en savourant chacun de mes actes mais tu reviens inlassablement derrière cette porte. Pourtant j'avais interdit que tu reviennes à la maison mais les enfants ont su convaincre ma femme de ton retour. Cruel dilemme. Il faut que je résiste mais je n'en peux plus. Je vais t'ouvrir le caisson et bouffer ta substance lentement à la petite cuillère.Tu ne mérites que cette fin car je parie que tu ne sais même pas combien d'arbres ont été abattu pour que tu existes, combien de familles ont été exproprié, combien d'hommes sont morts pour que tu deviennes la saloperie que tu es. Alors au diable, je craque. J'ouvre cette maudite porte et je découvre avec stupeur que le pot de Nutella est désespéramment vide. Même pas un sillon de pâte à se mettre sous la dent. Les gamins sont passés avant moi. Saleté de gosses..

Alors quand Zaza alias Isabelle Laban-Galinier directrice du tourisme au SIBA (syndicat intercommunal du bassin d'Arcachon) a vu cette affiche, elle s'est évanouie. Il a fallu aller chercher des sels et le poppers de son patron pour qu'elle retrouve ses esprits :

« - Non ce n'est possible Dior ou Hermès je veux bien, mais pas cette marque. Nous valons beaucoup mieux. Pourquoi pas Cochonou, tant qu'on y est...

-Non mais Canard wc a repris la photo avec pour slogan « l'appel du large » lui répond sa secrétaire.

Zaza titube de long en large dans son bureau, finit la bouteille de poppers puis s'évanouit de nouveau.

De toute manière, on a ce que l'on mérite. Concernant cette publicité, c'est à double tranchant. Si on peut y voir de la publicité gratuite qui se retrouve dans les rayons des supermachés , on peut y voir aussi un coté malsain d'être associer à une firme qui ne respecte pas grand chose niveau environnement. Cependant, il est intéressant de voir que les deux parties utilisent les mêmes procédés de marketing. Le Siba comme Ferrero organisent des concours photographiques pour se fabriquer une banque d'images sans avoir à payer les droits d'auteurs et droits à l'image afin de tartiner leur propagande sur du papier glacé ou sur un pot en verre. Une belle spoliation à moindre frais.

 

truelle

 

Le maître de cérémonie monte sur la scène, fanfaronne avec quelques pas de salsa puis s'approche de l'estrade ou le trophée brille de mille feux. Le public ovationne chaleureusement le petit homme en costume bleu nuit, tout bronzé au sourire écarlate.

«-Ah mes précieux amis et mes chers collègues.. comme je suis si heureux d'être parmi vous pour remettre au vainqueur, que vous avez désigné, ce prestigieux trophée qui honore notre fantastique et sublime Factory Bassin d'Arcachon. Récompense que j'ai déjà eu, pas une... mais deux fois. (rires) Je vois ci et là nos partenaires bâtisseurs et promoteurs qui grâce à notre entente, contribuent pleinement au bien être de la collectivité et aux rêves de nos nouveaux administrés(applaudissements) oui...vous pouvez être fiers. J'en vois même que quelques uns ont bien profité...attention un petit régime serait le bienvenue. Regardez moi (rires). Cette année malgré la crise sanitaire, nous avons quand même réussi de bons retours sur investissement..il suffit de regarder les mines réjouies de mes collègues(rires) mais les oppositions se font de plus en plus nombreuses et veulent mettre des bâtons dans les roues de la Factory Bassin D’Arcachon.(huées)..Non non, il faut les respecter et faire comme si elles n'existaient pas. Les ignorer et feindre de les détester tout en les caressant devant l'opinion publique. Je sais que vous le faites déjà merveilleusement bien. Donc cette année, le vainqueur de ce prestigieux prix est récompensé pour sa prodigieuse et fulgurante intégration. Je dois dire, à titre personnel, que j'en suis très surpris. Je ne pensais pas que ce nouvel entrant allait aussi vite adhérer aux règles internes de la Factory bassin d'Arcachon.Nous avons tous vu ce novice débouler dans l'arène avec toute la fougue de l'idéaliste qui veut changer le monde. C'était presque beau à voir. Il faut dire qu'il m'a mordu plusieurs fois et en public.(rires) Il avait les dents très longues. J'ai encore les marques sur mes fesses, vous voulez voir(rires). Mais nous savons tous ici, que quand l'état de grâce s'achève, que la prise de fonction vous élève au dessus de la mêlée, que la force du pouvoir ouvre et chamboule tous vos idéaux, on cherche et trouve la meilleure solution pour faire perdurer ses convictions en adhérant à la Factory bassin d'Arcachon. Et aujourd'hui, le jeune loup est venu chercher la caresse dans la main de notre institution.(applaudissements) Même son prédécesseur m'a téléphoner pour me faire part de sa stupéfaction, en m'avouant même qu'il avait battu tous ses propres records que lui avait mis 35 ans à les réaliser. C'est dire que cette récompense est, je crois amplement méritée.(applaudissements) Bien sur je sais que les nominés doivent être terriblement déçus, car leurs efforts méritent d'être tout aussi à l'honneur. En réussissant à construire son EHPAD en lieu et place d'une vieille batisse du patrimoine de sa ville, en passant à travers les foudres des gauchos écolos, elle aurait pu gagner amplement cette récompense. Tout comme sa voisine, qui je vois, rougit un peu. Arriver à imposer son énorme résidence pour seniors au milieu d'un de ses petits villages typiques est une performance remarquable. Des Investissements qui honorent la Factory bassin d'Arcachon et qui méritent des applaudissements.(applaudissements). Ma voisine qui elle aussi a déjà reçu deux «grande truelle d'Or» et trois «tronçonneuse d'Or», connaît trop bien la problématique du foncier sur ce territoire et son savoir faire est désormais inscrit en règle d'or dans le règlement de la Factory bassin d'Arcachon, inspirant bon nombre d'entre nous. Saluons aussi, son dernier prix reçu fraîchement, le grand prix de l'humour, avec cette tirade magistrale:

«-Nous n'avons pas de foncier disponible. Ce n'est pas les élus qui ne veulent pas de social ce sont les habitants. Ils me disent de payer la pénalité et de ne pas faire de HLM.» (rires)

MHDE

Du grand Art...(applaudissements)

Mais c'est avec son idée de génie et une maestria hors pair que notre vainqueur d'aujourd'hui a su apporter du sang neuf en s'engouffrant dans la rentabilité de la division parcellaire et nous montrer à tous, les chemins pour y arriver pour que ces investissements deviennent du développement durable aux oreilles de nos administrés. (applaudissements) Mes amis, mes chers collègues il est grand temps de l'accueillir comme il se doit pour lui décerner la grande truelle d'Or.( applaudissements et ovation).»

Dans les coulisses, assis sur le canapé, il contemple les lacets de ses chaussures. Il n'a même pas touché aux petits fours, perdu dans ses pensées ou un flashback lui remémore tout le chemin parcouru. Si ses doutes sont noyés dans l'amertume, les mots qu'il vient d'entendre lui réchauffent le cœur. En entrant sur la scène le brouhaha et les projecteurs le transportent dans une autre dimension, au ralenti sur un long travelling dans un son ouaté. Plus proche des étoiles. Son ennemi juré d'avant qui l'aurait bien étranglé de ses deux mains lui tend les bras pour lui remettre la grande truelle d'Or. Il prend alors le trophée, le lève au dessus de sa tête puis s'approche du micro :

«I am Happy»

4219464_0