71SZm7YSZoL

Depuis 25 ans que je sillonne les routes du grand Sud-ouest, j'ai appris à connaître les gens de ces territoires.Gascon moi même et comme dans les rencontres au cours de mes voyages, j'ai réussi à établir de solides relations de confiance avec les clients de mon employeur. Une confiance basée sur le respect, sur la parole donnée et sur l'honnêteté, au grand dam de mon supérieur hiérarchique qui depuis le début cherche à me faire virer. Un psycho-rigide qui ne supporte pas que je le contredise. Le petit chef que l'on croise souvent dans les entreprises, les mairies et les ministères. L'âne qui se prend pour un cheval de course mais qui peut parfois vous pourrir la vie. La direction et les ressources humaines ont mené leur enquête auprès de la clientèle et c'est grâce à l'avis unanime de ces gens que je suis toujours en poste à ce jour. Bien sur, il vaut mieux éviter de dire au béarnais qu'il est basque et vice versa ou que le gars du Gers est un landais mais ils ont tous le point commun d'être ancrés profondément à leur territoire, chose que j'aime. La ligne directrice pour entrer en contact est toujours d'aller à l'essentiel, sans fioritures, sans enfumage et de trouver le meilleur consensus pour les deux parties. Ce n'est pas comme les gascons ou pseudo gascons des barons du bassin d'Arcachon où c'est dans leur condescendance qu'il faut essayer de trouver un compromis. Au fil du temps, des liens forts se font naturellement. Je vois les enfants grandir, les anciens disparaître et mon couvert est mis chez quelques uns. Voir le bleu vif de l’œil qui dépasse sous le béret d'un grand père taiseux surveillant le deal avec son fils puis relevant la tête avec un grand sourire pour m'inviter à boire un café ou l'apéro suffisent à mon bonheur. Mais les gascons sont de très mauvais menteurs car ils n'aiment pas tricher et il est assez facile de déceler le fourbe. Alors quand j'ai vu le discours du premier ministre Jean Castex hier, j'ai eu un profond malaise pour lui. Ses origines gasconnes transpiraient de son corps et l’empêchaient de prononcer des paroles crédibles tant le bonhomme semble être au fond du trou, coincé dans une situation qu'il ne maîtrise plus et obligé de porté le chapeau pour suivre les ordres de son chef. Son accent chantant sonnait terriblement faux et ça doit être très difficile pour lui. Notre «Mignon» président de la république Emmanuel Macron n'en mène pas large non plus et sa stratégie pour lutter contre la pandémie est en train de tourner au ridicule avec à un ras le bol général de la population. Sa visite éclair à l’hôpital de Poissy pour rencontrer les soignants montre le gouffre qui s'est formé entre les deux parties. Si les blouses blanches sont restées polies, la froideur dans leurs paroles ont bien résumé l'ambiance actuelle. Il est reparti la queue entre les jambes sans demander son reste. Je ne veux pas entrer dans le débat du «Mais regardez nos voisins, il faut protéger nos aînés, je ne voudrais pas être à sa place etc etc...» simplement il faut reconnaître quand même que sa gestion de la crise Covid comme celle de l'Europe d'ailleurs est calamiteuse. Entre tous les mensonges sur les masques, l'arrivée des vaccins, les 12000 lits de réanimation promis en août 2020, les primes non versées ci et là puis tout le reste de la liste, l'humilité devrait être de mise pour masquer ce fiasco, car l'Europe patauge dans la semoule. Quand et comment faire comprendre que la seule solution est la vaccination de masse ? L'autre abruti outre manche Donald Trump qui ne croyait pas au virus avait quand même donner un budget illimité aux laboratoires pour pouvoir vacciner le peuple américain rapidement. En moins d'une année, Pfizer et Moderna sortaient des vaccins. Aujourd'hui le pays vaccine 2,2 millions de personnes par jours. Alors je vais vous raconter une histoire qui résume à elle seule le pourquoi de la situation que nous vivons. La société qui m’emploie possède une filiale bio technique qui coopère avec le laboratoire de recherche nantais Valneva. Au début de la crise ,mon PDG a demandé à notre «Mignon» des aides financières pour trouver un vaccin et le gouvernement a refusé car le budget était prévu pour des labos français ayant pignon sur rue tels que « Sanofi et Pasteur » grands amis de la Macronie sur les conseils d'un cabinet américain Mc Kinsey grassement payé par le contribuable et accessoirement actionnaire de Sanofi. En gros, je régale mes amis car nous sommes les meilleurs et je récupère ma mise en douce en faisant croire d'être le sauveur. Sauf que les goinfres ont eu trop d'appétit, qu'ils ont pris le pognon pour se le redistribuer entre eux (ayant au passage aucuns scrupules à vouloir virer 400 chercheurs) mais qui ont lamentablement foirer pour trouver un vaccin. Confinement après confinement, sans bruit Valneva est donc sur le point de sortir un vaccin. A ce jour il est prêt, prévu pour l'automne 2021 sauf qu'il doit passer encore tous les contrôles sanitaires français pour être homologué avant sa mise sur le marché. Sans plus tarder, Valvena demande à Macron le financement d'une usine de production dans la région nantaise avec pas loin de 300 embauches à la clé. Refus catégorique car plus d'argent et la campagne de vaccination est lancée. Boris Johnson ayant eu vent d'un partenariat d'un laboratoire écossais avec Valneva décide de prendre tout en charge pour la construction d'une usine en Ecosse qui en contrepartie devra réserver les premières doses produites pour le peuple britannique laissant une option et des conditions à l'Europe qui devront payer le prix fort. Je vous laisse ajouter l'adjectif que vous voulez pour décrire cette absurdité. Le mien c'est «Lamentable» tout comme faire la fine bouche et mettre le doute dans la tête des gens pour les déboires du vaccin AstraZenaca qui ne représentent que 0,000006 % de risque (30 cas sur 5 millions de vaccination).

En vue des prochaines élections présidentielles, il y en a une qui se régale et qui pavoise discrètement sur son canapé au coin du feu entourée de ses chats, c'est Marine Le Pen et ses amis. Plus cette cacophonie dure, plus le trône approche et sans rien faire. Alors ils faut courir se faire vacciner au plus vite... du moins quand les vaccins seront disponibles.