DSC02865 (2)

Au premier regard on pourrait penser avoir affaire à un sombre abruti de première classe, il en est conscient et il en joue. Il est gras comme une loche et sa bidoche déborde sur son pantalon de survêtement qu'il ne quitte jamais le week end au gram dam de sa femme Véro qui désormais à jeter l'éponge à l'idée de le faire changer. Il a une bouille de gascon aviné pourtant aujourd'hui il ne boit que de l'eau laissant à ses souvenirs le bas Armagnac de son village gersois qu'il chérissait plus que tout. Son cerveau est toujours en ébullition et ses petits yeux derrière des lunettes multicolores scannent la moindre poussière de ce qui l'entoure. Alors oui, il ne paye pas de mine mais il est redoutable en possédant une intelligence fulgurante qui arriverait à couper en deux Eric Zemmour et Pascal Praud réunis et je peux vous dire que le respect domine quand il siège aux conseils d'administration. J'adore refaire le monde avec lui et nous nous entretenons une passion commune pour le rugby qui dans le temps grâce aux invitations VIP de son employeur dans les salons de quelques grands stades nous obligeaient à savourer le luxe des gaudrioles des troisièmes mi temps. Marco, Marc c'est mon pote. C'est un chimiste de base qui est devenu responsable technique dans un grand laboratoire pharmaceutique qui fabrique des crèmes de visages pour des marques de luxe. Autant dire que ses décisions sont relativement lourdes dans le lancement d'un nouveau produit et c'est un article paru sur le site d'info 20 minutes qui a lancé notre discussion.

https://www.20minutes.fr/planete/2922311-20201202-bassin-arcachon-donc-ver-marin-decouvert-huitres-automne

Connaissant mon attachement à la protection de l'environnement, c'est le lien entre la mortalité des huîtres, le ver marin et les inondations du mois de mai qui lui a mis la puce à l'oreille pour décider de me rendre compte de son analyse. Il m'expliqua que dans son travail il y a une multitude de molécules qui entrent dans l'assemblage d'une crème. Chacune d'entre elles possède un seuil de toxicité bien identifié permettant de rester dans les normes européennes pour des raisons sanitaires. En gros, des normes pour rassurer le consommateur. Sauf que parfois, un seuil supérieur aux normes d'une molécule abrasive peut être réduit par l'assemblage d'autres molécules donnant le résultat d'un produit apaisant pour la peau... mais aussi, avec un seuil largement inférieur aux normes, une molécule abrasive peut devenir très toxique en étant associée avec plusieurs autres molécules. Pendant toute sa carrière professionnelle il a cherché les meilleures corrélations entre les molécules pour répondre au mieux à la demande du client tout en préservant la santé du consommateur. C'est pour ces raisons qu'il croit qu'il sera extrêmement difficile à l'Ifremer d'établir un lien entre la mortalité des huîtres et les inondations car les chercheurs malgré leurs compétences ne posséderont pas toutes les connaissances nécessaires sur les effets d'assemblage entre les molécules polluantes charriées par les pluies sur l’artificialisation des sols qui se sont mélangées dans le réseau des eaux usés pour se jeter dans le bassin d'Arcachon créant des combinaisons moléculaires tellement multiples qu'il faudrait des années de recherches afin d'obtenir un résultat fiable pour établir une corrélation crédible, ou alors il faudrait leurs donner un budget adéquat pour avancer plus rapidement dans les recherches. Avec l'argent publique ?...faut pas rêver. C'est du pain béni pour les politiques qui demandent à ces scientifiques de chercher une aiguille dans une botte de foin, c'est parfait pour gagner du temps et continuer à satisfaire leurs ambitions électorales. Pour Marco, point de doute à ses yeux. C'est bien l'homme le seul est unique responsable de ce déclin environnemental en fabricant sans cesse de nouvelles molécules toxiques qui formeront d’innombrables cocktails destructeurs pouvant exploser à tous moments avec un changement climatique comme nouveau détonateur. Si le ver marin tueur d’huîtres( déjà apparu sur le bassin d'Arcachon) prolifèrent dangereusement dans les parcs ostréicoles, c'est parce que ses prédateurs ont disparu et que la cause de cette disparition est rarement naturel même si son retour peut l'être. Le maintien de la biodiversité est le juste équilibre entre prédateur et proie. Le déséquilibre entraîne la chute de l'écosystème. Honnêtement, j'ai essayé au mieux de vous de synthétiser son analyse et le vieux plouc que je suis a du mettre en ébullition la totalité de mes neurones et cellules cérébrales pour finalement admettre que son discours tient largement la route. Les inondations du mois de mai 2020 ont certes été exceptionnelles mais il ne faut pas être madame soleil pour dire qu'il y a de grandes chances de revoir cet épisode pluvieux. Toutes les instances publiques ont reconnu l'obsolescence totale du réseau pluvial et huit mois plus tard le constat est que rien a changé sur ce territoire qui pourtant évolue à grande vitesse vers le déclin. Les gouvernements successifs ont supprimé l'étalement urbain pour privilégier les divisions parcellaires. Il n'en fallait pas plus pour que les spéculateurs de tous genres s'engouffrent dans la brèche afin de promettre un petit bout de paradis à leurs clients, en aspergeant d'argent les propriétaires afin qu'ils vendent leur bien pour ensuite le diviser en trois ou quatre nouveaux terrains constructibles pour y poser une maison à étage cernée de barrières supprimant presque entièrement tout jardin. Outre le ridicule de ces constructions dont certaines dénaturent complètement les quartiers et le paysage urbain, on augmente considérablement le ruissellement des eaux de pluie qui fuit par le goudron et le béton de ces nouvelles divisions avant de rejoindre le réseau des eaux usées ou glisser dans les ruisseaux pour se jeter dans le bassin d'Arcachon. Une énième bombe pour l'environnement. Je sais, je radote, je rabâche encore une fois. Je sais que les maires sont complètement largués par ces faits et qu'ils ne peuvent pas faire grand chose car la loi autorise cette absurdité. Encore une fois, il faut rappeler que nous sommes dans l'urgence climatique et que nous nous devons d'agir pour contenir nos égoïsmes afin d'offrir un avenir convenable pour les générations futures. Cette évidence qui saute aux yeux devrait pourtant tous nous inquiéter et inquiéter davantage les premiers concernés que sont les ostréiculteurs et le monde du nautisme. Non rien, nada, pas un bruit, on baisse la tête et on glisse sa queue entre les jambes pour attendre les jours meilleurs afin de poser son cul sur le sable chaud du banc d'Arguin. Même les nouveaux « vendeurs d'huîtres-dégustateurs » vous savez ceux qui vous vendraient du caviar sorti du cul d'une vache, qui braillent dés que l'on titille leur business. Cependant il faut rappeler que la lutte contre l'artificialisation des sols devrait devenir une loi si notre « Mignon » Président de la république suit la demande de la convention pour le climat mais avec des si on refait le monde. Déjà en 2015 pour les accords de Paris( dont on voit que presque rien n'a changé et même que quelques points ont empiré) on disait que c'était d'abord aux maires de lutter drastiquement contre l'artificialisation des sols. Donc pour mettre fin aux divisions parcellaires des terrains, il faudrait que l'ensemble des maires du bassin d'Arcachon fasse un consensus pour pouvoir refuser une division parcellaire au motif de la lutte contre l'artificialisation des sols. Cela paraît simple à mettre en place non ?! Il suffit de le vouloir. Oui je sais je m’emporte, l'euphorie me gagne, je danse sur du Boney M mais je redescend bien vite en regardant la tronche des loulous qui tiennent les manettes des villes de ce territoire. Alors le blues a envahi mon âme d'autant plus que nos jeunes frenchies qui se sont battus comme des lions ont perdu face à l'arrogance du quinze de la rose et les largesses douteuses de l'arbitre.

« -Putain Marco..t'as plombé ma journée... »