DSC02732a

Je voudrais revenir sur l'article de Bruno Béziat journaliste et correspondant du journal Sud-ouest à Arcachon, intitulé: « Bassin d'Arcachon:Entre les élus, les tensions et les divisions s'accentuent »

https://www.sudouest.fr/2020/09/16/comment-les-maires-du-bassin-se-sont-divises-7850479-2733.php

Si le titre résume bien la situation actuelle sur le bassin d'Arcachon, si l'ensemble de l'article est objectif, la synthèse accréditant le clivage droite-gauche comme la cause de cette dégradation ne me semble pas tout à fait juste car c'est donner un alibi aux barons pour satisfaire l'opinion publique en couvrant une réalité qui est en train de devenir une évidence. En effet, ce territoire a toujours eu l'étiquette d'une droite conservatrice de ses privilèges et la gauche a réussi à y entrer dans les années 90. Cependant les méthodes politiciennes old school qui aujourd'hui font les gros titres en remplissant les tribunaux ont vite étouffée les pensées de Jean Jaurès à ces nouveaux élus. Le gâteau fût partagé pendant des décennies en établissant des consensus pour que tout le monde se régale mais en suivant les directives imposées sans apporter une contradiction. Le beurre, l'argent du beurre mais surtout pas le cul de la crémière. Le clientélisme avait l'avantage de fabriquer des notables qui constituaient de solides réseaux pour assouvir leurs ambitions ainsi la crémière pouvait parader comme un paon en rut. Après presque un demi siècle Le résultat de leur politique se dresse devant nos yeux et les tensions, les divisions qui arrivent aujourd'hui ne sont pas le fruit du hasard. Le bassin d'Arcachon subit une démographie galopante,peu contrôlée par une urbanisation libertaire qui accentue davantage l’artificialisation des sols en utilisant un obsolète réseau d'évacuation des eaux usés qui peine à se moderniser. En privilégiant les services à la personne les retraités ont investi en masse ainsi que des familles à haut revenus ayant pour effet une augmentation fulgurante du prix de l'immobilier, terriblement défavorisant pour les jeunes couples. Le plan d'eau exceptionnel doté d'un écosystème unique est en grand péril et en préférant développer le tourisme de masse tout en « soi disant » sauvegardant l'environnement, la biodiversité essentielle qui régulait jadis la vie des autochtones se retrouve désormais en extrême urgence. A ce jour, il est absolument nécessaire d'arrêter ce compte à rebours funeste. C'est peut être une part de ce bon sens qui commence à entrer dans les consciences et qui provoque la zizanie dans l'oligarchie mais sûrement pas un clivage droite-gauche. «  la pantoufle » alias François Déluga maire du Teich qui aujourd'hui se retire de la vie publique après avoir bien pantouflé de longues années dans les instances de l'Arcachonie semble retrouver les valeurs gauchistes de sa jeunesse en critiquant ouvertement le système qui l'a nourrit. Mieux vaut tard que jamais mais c'est encourageant. En ce qui concerne le clash à la COBAN (communauté d'agglomération du nord bassin d'Arcachon, voir billets précédents) il suffit de lire la défense du « Béguey » alias Bruno Lafon le maire de Facture Biganos pour apercevoir les fêlures d'une politique à papa :

« Je n'ai pas prévu de démissionner et l'idée n'a même pas effleuré mon esprit

(traduction : Mais qui sont donc ces trous du cul qui osent vouloir me destituer de mon trône...pour qui ils se prennent ?!)

pour être honnête, j'ai surtout longuement hésité (dix secondes) avant de me présenter à cette élection sénatoriale et je regrette, aujourd'hui, que cette affaire prenne une tournure politique.

( voilà, voilà.. c'est la faute à la gauche, c'est pas moi. Ces vilains gauchistes sont jaloux. Un point c'est tout)

Je n'ai jamais hésité à mouiller ma chemise pour aider à ce que Mios et Marcheprime puissent entrer au SIBA(syndicat intercommunal du bassin d'Arcachon)

( Effectivement mais c'est le rôle d'un président de faire appliquer les décisions collégiales)

Pareil pour Audenge, quand il a fallut se pencher sur le dossier de l'ancienne décharge pour trouver une solution.

(Ouh là !!! le dossier épineux et scandaleux de l'ancienne décharge d'Audenge dont tous les élus (certains encore en place à ce jour)ont fermé les yeux en ouvrant leur portefeuille pour enfouir des déchets toxiques venus de toute la région, qui au fil du temps se sont désagrégés et transformés en lixiviats, avant de rejoindre la nappe phréatique qui se jette dans le bassin d’Arcachon pour agir comme le meilleur Round up de la planète. Des troisième couteaux ont été tenu responsables de ce désastre et ont été condamné à ne pas rire. Alors pour sauver les apparences face à la populace, il a fallu faire un curetage a minima pour étanchéifier le site. La communauté a donc mis la main à la poche pour aider financièrement la mairie d'Audenge. Alors se prendre pour un chevalier blanc est un peu excessif.)

Je demande si certains de ceux qui souhaitent ma démission se souviennent de ces dossiers là ?

(Je pense qu'ils s'en souviennent tous)

En tous cas je refuse de fonctionner à coups d'ultimatum. On ne me parle pas comme cela. Il va falloir qu'on se remette autour d’une table, qu'on se parle. »

Sincèrement je pense que pour le bien de la communauté, il serait bien qu'il soit élu aux sénatoriales pour laisser libre les postes qu'il occupe. Sa défense ne tient pas la route et pourrait presque paraître pitoyable car c'est la trahison de sa parole d'homme donnée pour attirer la confiance des autres qui est mise en cause et rien d'autre. Le coq gascon a les pieds dans la merde et il va lui être de plus en plus difficile de parader dans certaines basses cours.

Sur les marchés en Corse, les saucissons du terroir se vendent comme des petits pains pourtant j'ai remarqué qu'il n'était pas facile de voir les porcs ou les ânes brouter les glands et l'herbe en liberté et que vu la quantité astronomique vendue aux touristes, l'île devrait avoir plus de cochons et d'ânes que d'habitants. C'est Paul un petit éleveur trouvé au hasard sur un chemin de randonnée qui m'a donné une explication. En fait les morceaux de barbaques viennent du marché européen, surtout des pays de l'est car le français est plus cher, puis ils sont préparés sur place pour avoir l’appellation afin d'être revendu plus cher. Puis quelque peu dépité il me dit :

« -Finalement c'est plus économique de tricher. Moi j'ai choisi de faire de la qualité, d'autres préfèrent la rentabilité »

Un Lafon pouvant en cacher un autre, son homonyme  « Titi gros minet » alias Thierry lafon président du comité régional de la conchyliculture est furax du nouvel arrêté préfectoral fixant les nouvelles modalités pour encadrer l'activité de dégustation ostréicole sur le bassin d'Arcachon. A y regarder de plus près, pas de gros changement sauf que l'arrêté essaye de protéger la profession et le consommateur, à l'inverse du saucisson corse, en interdisant l'achat d’huîtres porteuses d'un agrément autre que celui de l'exploitant...mais en achetant de la bretonne au cul des camions qui sillonnent les ports ou de la triploïde et en les trempant six semaines dans les parcs, elles deviennent de l'arcachonnaise comme le saucisson corse. En gros rien ne change sauf que les lois sont écrites sur le papier et que certains éviteront de trop partir au soleil en hiver ou de changer de berlines. Mieux vaut méditer sur la pensée humoristique de « Titi gros minet » :

« Je me sens bien plus ostréiculteur en faisant cuire mon huître plutôt qu'en ouvrant une boite de crevettes de Madagascar »

En Corse ou sur le bassin d'Arcachon, Paul a raison, finalement c'est plus économique de tricher.

 

 

600x337_anniecordy

Il suffit d'accrocher son portrait dans une Ehpad pour voir apparaître les sourires sur tous les résidents. Une grande dame, tout en majuscules qui distillait de la bienveillance et de la joie de vivre. Une belle artiste qui n'était pas que Tata Yoyo mais bien plus que cela. Ecoutez bien les paroles de cette vidéo. Oui, sous mon grand chapeau il y a des tas d'oiseaux alors je m'incline et chapeau bas. 

Bon vent à vous Madame Annie CORDY.