DSC00979 1

Nous sommes tous d'accord pour dire que nous sommes dans l'obligation d'aller le plus rapidement vers la transition écologique ce qui implique un changement radical de nos comportements en vue de se diriger dans cette direction. L'urgence est désormais prouvée par les scientifiques du monde entier et malgré que les pouvoirs nationaux et locaux en place jouent au « green washing » accentuant le déni par l'inefficacité de leurs actions, les jeunes générations sont entrain de nous renvoyer le vrai visage de ce que nous sommes. Ils commencent à nous dire que nous sommes des « Vieux cons  moralistes » qui n'acceptent pas que le monde change, qui ne veulent pas laisser leur idéologie aux mains de leurs progénitures qu'ils croient pourris gâtés, des vieux qui ne pensent qu'à eux même,qu'à leur bien être, leur loisirs, leur retraite alors qu'ils sont eux même responsables de ce désastre écologique laissé pour héritage. Pendant des années ils ont crus que ces gamins imbus de leur personne, scotchés à leur smartphone ne pouvaient pas comprendre le fonctionnement d'une société et il suffit d'observer le mépris dans leur opinions pour y voir leur aveuglement. L'espèce humaine doit sa survie par la transmission et le constat aujourd'hui est que les vieilles générations se refusent à vouloir transmettre déclinant les discours de ces jeunes générations. Pourtant l'espoir est en train de naître par une rébellion venue par ces millennials ( nés entre 1980 et 1995) et génération Z (nés après 1995) qui ne veulent plus subir la condescendance de leurs aînés. Ce vent de fraîcheur me met en joie confortant davantage mes opinions. Les actions de Greta Thunberg, les multiples organisations pacifiques comme Extinction Rebellion commencent sérieusement à ouvrir les consciences en proposant des solutions qui sont loin d'être des utopies et depuis peu un nouveau terme, un mème venu de ces bouches juvéniles fracasse l'archaïsme des idées reçues de leurs parents. « -Ok Boomer » Comme c'est rafraîchissant !! On pourrait traduire par « Tais toi et écoute moi maintenant ». Oui ces jeunes savent très bien que plus personne ne pourra payer leur retraite, qu'ils devront vivre sur une planète dégueulasse crevant de chaud ou de froid à cause de ces vieux cons qui n'ont rien fait. Ils n'ont pas à recevoir la moindre de nos morales.

https://www.huffingtonpost.fr/entry/ok-boomer-chahutee-cette-deputee-neo-zelandaise-repond-par-un-meme-a-la-mode_fr_5dc4288ee4b005513883d85c?ncid=other_topvideos_cp1pj3fgmfs&utm_campaign=top_videos

Comme j'aimerai que ce vent de fraîcheur puisse arriver sur le bassin d'Arcachon pour botter le cul à cet immobilisme des mentalités à vouloir protéger leur propre égoïsme de bien être. Ce petit territoire de 150 km2 pourrait être un fabuleux laboratoire pour aller vers la transition écologique nécessaire.Hélas tous les maires sont incapables d'accepter le changement trop préoccupés à assurer leur avenir sur le court terme. Incapables de croire en une nouvelle économie porteuse d'espoir se contentant de satisfaire uniquement leur électorat. Incapables de freiner l'urbanisation galopante responsable de beaucoup de maux sur l'écosystème du bassin d’Arcachon. Dans pratiquement toutes les mairies les PLU (plan local d'urbanisme) sont retoqués par les tribunaux suite aux actions engagées par les associations environnementales citoyennes. Pourquoi ne pas faire un PLU intercommunal, qui obligerait le fumeux SCOT (schéma de cohérence territoriale) a se mettre au diapason ?! Comment accepter ou comprendre qu'un maire d'une ville concernée soit président du parc naturel marin puis devenu président du SIBA qui s'occupe des eaux usés et du tourisme, plus vice président d'autres organismes ? N'y a t' il pas problème de conflits ? C'est ahurissant d 'entendre le silence pour un tel comportement. Le gars bouffe à tous les râteliers mais personne ne dit rien. C'est normal... On peut allègrement couper les arbres mais ce ne sont pas eux qui tiennent la tronçonneuse. Tous ces gens s'offusquent de Bolsonaro qui laisse l 'Amazonie en flamme, de Trump qui jette aux oubliettes l'accord de Paris, sans y voir le déclin écologique de leur territoire qu'ils devraient être censé sauvegarder. Ils préfèrent continuer à appliquer la politique obsolète de papa en replantant quelques petits arbres ci et là en grand renfort de communication prouvant leur fibre verte à leurs électeurs. Certains élus souhaiteraient même l'implantation du géant suédois sur leur commune.Finalement ils ne sont que de tristes clones de notre époque et je pense qu'il est temps de leurs dire :

« Ok Boomers »

Pour vous donner un exemple je vais reprendre plusieurs parties du dernier article de la dépêche du bassin sur encore une fois l'épineux problème du banc d'Arguin. L'association des pylatais (ADPPM) et l'association des plaisanciers, usagers et professionnels du nautisme (Caub'arc) ont écrit au ministre de l'écologie « pour interpeller les autorités sur l'absurdité des mesures prises par le décret de 2017. »

« D'abord Arguin, avant d'être une réserve naturelle nationale, était déjà une destination pour les pêcheurs à la ligne ou à la senne, les ramasseurs de coquillages et les plaisanciers »

( c'est tout à fait exact, les anciens se sont appropriés le banc de sable installant un laxisme qui à ce jour n'est plus acceptable car la définition de réserve naturelle par le développement touristique a perdu tout son sens)

« Ces lagunes idylliques en ont fait une halte favorite »

(C'est vrai le site est merveilleux mais la nostalgie doit laisser sa place à la réalité)

« l'extention de la zone de protection intégrale ont provoqués de vives réactions de rejet, et dressé les utilisateurs contre la réglementation, qu'ils sont nombreux à refuser d'appliquer. C'est comme si on interdisait subitement aux parisiens le bois de Boulogne ou le bois de Vincennes »

( je pense que ce monsieur n'est pas monté à Paris récemment car l'image de ces poumons verts de la capitale c'est considérablement dégradée non pas par le changement climatique mais plus par le comportement humain. Pour le banc d'Arguin, c'est les deux qu'il doit subir même si c'est vrai, les parisiens peuvent (pour ceux qui le veulent) s'y promener la nuit.)

« Sur Arguin, il n'y a réellement afflux que quelques jours par an, quand toutes les conditions week end, beau temps, marée basse en milieu de journée sont réunies. Pour la plupart, les visiteurs restent sur les plages, près de leur bateau. »

( Heureusement que nous ne sommes pas sous un climat tropical ou caribéen et depuis deux ans de moins bonnes conditions météorologiques ont fait baisser la fréquentation. Malheureusement il faut aussi indiquer le nombre croissant de jet ski, de kite surf, des apéros pour touristes sur des bacs d'ostréiculteurs et les semi rigides surpuissants)

« ceux qui sont débarqués par les transporteurs ne reçoivent aucune information sur le site

( vu le nombre croissant de passagers, ils ne vont pas tuer le business)

"tâche qui incombe à la SEPANSO et pour laquelle elle touche des subventions.

( Heureusement que cette fédération d'association de protection de la nature fait très bien son travail et a toujours communiqué sur la problématique du banc d'Arguin. Sans elle, je vous laisse imaginer le résultat)

« Nous n'avons jamais cessé d'interpeller les autorités sur l'absurdité des mesures mises en place .

( c'est vrai pour gueuler ils ont fait le maximum en manifestations et médiatisation)

Elles n'ont pas fait l'objet d'une réelle concertation

(c'est faux, le débat a eu lieu mais c'était un dialogue de sourd)

et dressent contre le principe même de protection de l'environnement,

(il ne faut quand même pas exagérer, cette vision est contraire à la transition)

contre toute forme de réglementation

(Hélas il faut bien des règles pour avancer)

et contre les services de l'état,

(C'est vrai, mais le préfet les a juste anticipé avant la saison estivale)

les habitants du bassin d'Arcachon

( Non c'est faux, la coordination des plaisanciers et quelques membres d'une association pylataise ne peuvent en aucun cas parler pour l'ensemble des habitants du bassin d'Arcachon)

« En conclusion nous voulons que la réserve naturelle nationale doit retrouver ses limites de 1976 et que les zones intégrales d'interdiction reviennent à une extension raisonnable en fonction de la zone de nidification des sternes caugeks, si elles reviennent.

(donc on fait un grand retour en arrière comme si rien n'avait changé en priant que les sternes crèvent pour avoir encore plus de place …..Ok Boomers..)

 

Encore une fois, nous sommes dans l'urgence de nous diriger vers la transition écologique. Il est encore temps de pouvoir changer, de ne pas rester dans l'immobilisme de notre propre confort embelli par l'oligarchie en place. Il faudra un grand coup de balai dans cette vieille politique clientélisme pour vouloir transmettre un savoir vivre fiable à nos enfants. L'angélisme des nouvelles générations se sont évaporées doucement par l'égoïsme des générations anciennes et chaque jour qui passe ils deviennent plus adultes pour prendre des bonnes responsabilités. Je crois en eux plus fortement aujourd'hui et dans vingt ou trente ans ils pourraient être capable de jeter les cendres de ces barons et seigneurs dans un vulgaire trou d'un terrain vague. Je dis bien "pourraient". Y aura t'il un grosse prise de conscience des élus pour les prochaines élections municipales ?... C'est à souhaiter.

Premier baron à jeter l'éponge, « le squale » alias Jean Guy Perriere le maire d'Arés. La lassitude et le manque de considération des autres seigneurs ont eu raison de sa motivation. A force d'avaler des couleuvres, de servir de tampon, d'être l'éternel second couteau, d'avoir eu une gestion plus que maladroite sur l'hébergement de migrants dans sa ville, d'avoir échouer à imposer un SCOT pour le bassin d'Arcachon à cause de son entêtement, le monsieur tire sa révérence. C'est une sage décision tout à son honneur. Je souhaite bon vent à Jean Guy Perriere.