IMG_20161019_163021

Quand j'ai appris la nouvelle, un blues est venu emmitoufler mon esprit comme un coup de grisou . J'étais partagé entre la colère et une profonde tristesse. Alors j'ai pris le temps d'essayer de comprendre, de me remettre en question et de me repositionner face à mes convictions. Malheureusement le constat est devant mes pieds pour m'obliger à l'accepter. C'est grâce à cette dame que j'ai créé ce  blog il y a une bonne dizaine d'années, une matinée d'automne dans la petite chênaie du site des Quinconces à Andernos les bains. Nous nous sommes croisés alors que nous cherchions à trouver une nouvelle pousse de cèpes. Au fil de notre discussion je découvrais une femme emplie d'amour pour le bassin d'Arcachon mais aussi très inquiète par la dégradation de la biodiversité de ce territoire. C'est en m'apprenant qu'une partie de cette forêt ou nous étions allait disparaître au profit d'une EHPAD que j'ai commencé à coucher des mots sur des billets d'humeur pour signifier mon opposition à ce projet et à apporter ma part personnelle d'engagement en espérant ouvrir les consciences afin d’œuvrer vers la sauvegarde d'un patrimoine. Josiane décidait carrément de prendre le taureau par les cornes pour lutter corps et âme contre le système oligarchique mis en place par les élus, qui privilégie le développement lucratif par une urbanisation outrancière, par une explosion du tourisme de masse au nom du développement durable et de la protection de l'environnement. À l'époque les associations citoyennes et écologiques étaient soigneusement marginalisées par la propagande des seigneurs locaux et de leurs baronnies.

091021-article

Il lui a fallu beaucoup de ténacité pour fonder l'association «écocitoyens du bassin d'Arcachon» puis s'unir avec d'autres(CEBA) et partir au combat idéologique en y donnant tout son temps, toute son énergie. Que de longues luttes intenses pour que le mépris puisse mettre un genou à terre! Une implication totale donnant pourtant des résultats notables contre les projets destructeurs de l'environnement mais tellement peu ou si peu gratifiant pour l'opinion publique. Parfois c'est désespérant de voir l'indifférence profiter à contre sens de ces victoires. La chênaie des Quinconces a bien été sauvée puis sauvegardée, le SCOT (schéma de cohérence territoriale) a été annulé et des millions d'euros d'argent public engloutis par l'entêtement des élus, des PLU (plan local d'urbanisme) ont été retoqués ainsi que des projets d'urbanisation, la Smurfitt a finalement été condamnée à une modeste amende pour sa négligence sur une de ses cuves entraînant une pollution dans les ruisseaux environnants, des parcelles de forêt ont été sauvées et d'autres sont en sursis face à la voracité des promoteurs etc etc...la liste des actions est longue mais les seigneurs continuent malgré tout à appliquer leur vision funeste du court terme préférant picorer jusqu'à la dernière miette du gâteau. Malgré les faits et les rapports scientifiques qui nous donnent raison leur déni sert encore de soupe à leur alibi par des promesses électorales qui arrivent facilement à masquer leurs défaites judiciaires face aux associations environnementales. Tous ces combats incessants menés contre cette oligarchie réussissent à briser le courage et l'envie de certains car les résultats ne sont pas à la hauteur des batailles engagées.  Le découragement est une arme terriblement efficace pour maîtriser l'opposant et quand la trahison humaine s'invite dans la situation comme ces associations qui quittent le combat une fois qu'elles ont eu gain de cause, il faut vraiment avoir une force mentale très forte pour ne pas jeter l'éponge.

Malheureusement ces gens ont broyé Josiane, physiquement, mentalement. Alors elle a décidé de quitter le bassin d'Arcachon  pour de nouveaux horizons.

« J’aimais profondément le Bassin, mais je ne le reconnais plus, " mon Bassin" est mort et les gens ne sont plus les mêmes non plus, je préfère m’en aller car ça me rend triste et malade.» m'écrit elle « , je suis fatiguée, j’ai trop donné.»

Je lui ai dit tout le profond respect que je lui porte et que malgré l'immobilisme des consciences elle avait réussi à faire bouger l'impossible. Josiane Giraudel peut être fière d'elle car sa dignité vaut beaucoup plus que celle de ces vaniteux notables de pacotille qui ne jouissent qu'en voyant leur portrait répandre leur auto satisfaction dans les gazettes locales. Merci Josiane et bon vent ou tu iras. L'esprit bassin est en toi et eux n'ont que la honte au fond des tripes.

 

josiane-giraudel-