DSC01951k

Le temps de la digestion est finie. La colère dans mes précédents billets qui inondait mon corps s'est estompée en reprenant naturellement le contrôle de mon âme. Mais ce qui m'ennuie c'est que je nage avec l'incertitude d'avoir raison dans l'océan de certitude de ceux qui s'en foutent. Quelle drôle d'impression ! Alors je suis parti me promener en forêt pour prendre racine au milieu des arbres laissant le vent chanter dans les branches jusqu'à ce qu'un rayon de soleil fasse grimper un frisson sur l'épiderme. Je vais bien...tout va bien. Puis j'ai pris le temps, le temps de ne rien faire, juste pour prendre du plaisir, le plaisir de ne rien faire. Laisser le réel entrer dans la boîte crânienne puis comme un plat qui mijote sur le feu j'attends que des effluves arrivent à titiller mes narines pour me dire qu'il est temps de servir un billet de pensées en vrac.

Le parc marin vient d'offrir 100 000euros pour écouter le bruit des cétacés qui passent au large du bassin d'Arcachon. C'est vrai que dans certains jardins de la région, Le pognon semble bien pousser à foison. Notre Zaza alias Isabelle Laban directrice du tourisme au SIBA (syndicat intercommunal du bassin d'Arcachon) vient sûrement de commander des bateaux à touristes pour aller observer d'hypothétiques baleines, dauphins et marsouins. Si le tour de bateau s'annonce infructueux, il y aura toujours la possibilité de les observer de prés en état de décomposition sur les plages, mis à disposition gracieusement par nos amis pêcheurs. Ainsi les enfants seront heureux de récupérer les petites dents de ces mammifères pour en faire un joli collier et avant de rentrer au port les marins de l'UBA s'efforceront de pyrograver dessus la marque B'A en guise de souvenir. Dire que le vieux con que je suis voyait régulièrement les marsouins jouer autour de la pinasse de mon grand père quand j'étais minot. C'était avant.

Il est vrai que j'ai eu un pincement au cœur en voyant les flammes sur le toit de notre dame de Paris mais les événements qui ont suivi les jours après me laissent pantois. J'ai vraiment du mal à accepter tout ce flot d'empathie soudaine alors que des tragédies humaines ne laissent plus que l'indifférence. Un migrant qui coule en mer méditerranée est beaucoup moins émouvant qu' une flèche de cathédrale en feu qui s'effondre. Les fortunés ne ratent pas l'occasion de redorer leur blason en balançant quelques millions d'euros pour la reconstruction, non défiscalisés pour ne pas froisser les pauvres mais trouvent consternant que certains les critiquent quand même. Oui c'est vraiment dégueulasse, ce n'est pas rien 200 millions. C'est l'équivalent de 4 euros sur ma paye.

Cet incendie a eu le mérite de laisser une semaine de plus à notre président pour peaufiner son speech de trois mois de labeur à parcourir le pays, à enfumer les campagnes, à écouter les sourds et muets afin d'apporter des solutions pour que le peuple retrouve un maigre espoir de croire encore en lui. Son stand up à la conférence de presse le 25 avril fut splendide. D'abord, il ne changera rien et continuera sa politique. Le conseil européen pousse un souffle de soulagement. Ensuite il jettera des miettes sur les miettes déjà distribuées ainsi le presque rien deviendra du pas grand chose. Les mots, riches puissants et lobbys n'apparaissent pas sur le papier de son discours. Les promesses en veux tu en voilà sont jetées en l'air pour que le vent les porte dans la besace du 1er ministre qui transpire déjà à grosses gouttes. L'écologie deviendra le nouveau mot qui entrera dans le Larousse avec une illustration pour les enfants et une définition en braille pour les non et mal voyants. Après plus de deux heures.. emballé c'est pesé et Hasta la vista baby !! Les producteurs de foie gras vont commencer à stocker les plumes des canards et le chaudron à goudron va être mis sur le feu.Plus aucune cartomancienne ne va vouloir lui prédire l'avenir et Nostradamus baisse son regard vers le sol. Il ne reste qu'à souhaiter que les nerfs de la police restent tranquille face aux dérapages à venir pour ne surtout pas donner un martyr à la haine. Les membres du Rassemblement National sont les seuls à applaudir en douce la conférence en regardant de nouveaux arrivants grossir leur troupe sans le moindre effort. Il y a du soucis en perspective...

Les arcachonnais sont des gens formidables !! Leur maire « crème antirides » alias Yves Foulon complètement toxibétonné va leurs déposer un gros tas de merde sur le front de mer et ils s'inquiètent simplement sur la nuisance des travaux à venir, les places de parking et les camping car qui squattent le bord de mer. A ceux qui osent un peu grogner en disant que le quartier est de moins en moins coquet, il répond de tout go : 

« -Arcachon est la première ville où les gens aimeraient vivre » Emballé c'est pesé.. hasta la vista baby. Sauf que ce ne sont pas les gens qui aimeraient y vivre, mais les retraités. Ce n'est pas pareil quand même. . 

A la mairie de La Teste le clientélisme va bon train pour épauler le nouveau bosseur hors norme « Niniche » alias Jean Jacques Eroles le maire. Un cousin germain cantonnier dans un village en Dordogne peut devenir directeur des services techniques. Suzette, la belle sœur d'une amie à sa femme, grande amatrice de polar peut postuler pour un poste de directrice à la culture. A ceux qui attendent le poste depuis plusieurs années, qui dépriment de ne rien voir venir, il répond de tout go :

« -Je suis un gros travailleur. Je connais très bien mes dossiers et j'exige que mes collaborateurs soient d'un certain niveau. Cela ne marche pas toujours. » Niniche applique simplement la même méthode de tous les autres élus du bassin d'Arcachon...Il apprend vite le bougre.

Ses voisins sont en pleine crise de « green washing ». « La baleine » alias Marie hélène des Esgaulx maire de Gujan Mestras se met à manger des carottes et des poireaux. Avec son collègue « El francisco » François Déluga maire du Teich ils refusent que Suez déversent leur déchet de résidus de méthanisation dans leurs forêts. Peut être qu'ils ont peur que le flash back du temps ou ils fermaient les yeux des dépôts toxiques sur l'ancienne décharge d'Audenge ne refasse surface  en tachant leur mémoire et pouvant perturber les prochaines élections municipales. « Le Béguey » alias Bruno Lafon maire de Facture-Biganos est beaucoup plus conciliant. Le patron de la Smurfit débarque dans son bureau et cinq minutes plus tard, l'affaire est dans le sac.

« Nono, j'ai un gros tas de merde toute propre qu'il faudrait étendre dans ta forêt. Dalkia s'occupera de la répartir sur le glyphosate des parcelles de tes amis sylviculteurs pour qu'ils puissent casse-croûter dessus en déssoudant le goret qui chercherait un coin pour se cacher. »

Avec les beaux jours qui approchent le dossier épineux du banc d'Arguin refait surface. Les bouffeurs de coque sont toujours furax contre le décret et couinent de nouveau sur les chiffres officiels de fréquentation et des infractions. Si on verbalise toutes les infractions et toutes les incivilités citées dans la dépêche du bassin, à la norme française on pourrait récolter environ 125000 euros par an (à la norme néo zélandaise : 320000 euros mais les kiwis ne font pas de la prévention, ils verbalisent sans sommation). Alors voir notre philosophe local Confoulus alias Joël Confoulan président des plaisanciers(caub'arc) prendre une prune de 45 euros pour avoir planter son parasol afin de dicter la bonne parole à ses ouailles, serait jubilatoire.

Les tambouilles électorales dans les mairies pour les prochaines municipales en 2022 commencent discrètement à se former. Les infos que je reçois m'indiquent qu'il va y avoir du lourd et de quoi se régaler pour bien rigoler. (ou pleurer)

 

116515277

Encore un seigneur qui nous quitte, trop pressé de revoir ses potes Noiret et Rochefort. J'avais une admiration sans faille pour cet acteur, capable de dire les pires horreurs avec élégance rendant la vulgarité savoureuse mais pas que. Le tragique le rendait sublime, le comique irrésistible et sa voix emmenait un instant de bonheur. Bon vent Monsieur Jean Pierre Marielle.

Puis aussi un coup de chapeau à Dick Rivers car même s'il n'était pas ma tasse de thé, son parcours mérite amplement le respect et il a su rester toujours le même, fidèle à son image. Une qualité que j'apprécie chez les gens. Chapeau bas Monsieur.

19168007