cap ferret death

Je suis au regret de vous annoncer le décès de l'âme ferretcapienne le 26 octobre 2018. L'esprit de ces hommes et femmes qui avaient choisi cette terre pour y façonner un art de vivre malgré la dureté du labeur vient de s'éteindre par empoisonnement à la luxure infiltré depuis ces dernières décennies par les maîtres des lieux. Mise à mal par une longue maladie spéculative, jusqu'à peu, elle pouvait encore montrer sa beauté à tous ceux qui savaient garder les yeux ouverts. L'esprit Bassin vient de se retirer définitivement de cette partie du bassin d'Arcachon et il est désormais difficile de dire si il existe encore aujourd'hui quelque part autour. Le charme du Cap Ferret tenait justement par la mixité des classes sociales, toujours discrète mais harmonieuse qui savaient se mélanger et se respecter en préservant l'environnement et leur cadre de vie. Les portefeuilles remplis d'euros ont su persuader les indigènes de céder leur bien à ceux qui ne regardent que leur nombril avec le consentement des autorités pour transformer ce village en une sorte de Disney land pour millionnaires. L'autorisation d'implantation d'un palace cinq étoiles donnée par le tribunal administratif représente sa mise à mort emportant une identité culturelle dans son dernier souffle car les critères d'un établissement de très haut standing sont l'antithèse de l'esprit bassin.. surtout au Cap Ferret.

Les funérailles auront lieu lors de la pose de la première pierre...dans la plus stricte intimité.

https://www.sudouest.fr/2018/10/25/hotel-5-etoiles-au-cap-ferret-cote-sable-va-faire-appel-5511777-3246.php 

Alors oui, je suis triste d'une telle décision mais je suis surtout en colère par le manque de réaction. Je soutiens fermement les associations et Pascal Bataille propriétaire de l’hôtel « Coté sable » qui s'opposent à ce projet. En toute objectivité, il est difficile de comprendre comment le maire Michel Sammarcelli a pu accordé le permis de construire. Malgré toutes ses erreurs dans l'urbanisme qui ont défiguré l'environnement, la limite identitaire existait encore un peu tenant juste à un fil. Un palace n'a pas sa place au Cap Ferret si ce n'est flatter son égo vis à vis de ses voisins. L’hôtel « Ha(a)ïtza » au Pyla est justifié car il avait déjà existé possédant une histoire. Yves foulon maire d'Arcachon veut aussi son palace 5 étoiles sur le front de mer et si je suis contre son projet, je ne m'oppose pas au débat car cette ville d'une bourgeoisie vieillissante et conservatrice possède des arguments convaincants mais profondément rétrogrades comme d'être devenue une station balnéaire classique avec ses immeubles et son casino. Le Cap ferret représente justement l'inverse devenant au fil du temps le bon chic bon genre sauvage donnant un souffle de liberté par sa discrétion car il existe une réelle douceur de vivre qui n'existe nulle part ailleurs. C'est un privilège que les anciens avaient essayé de pérenniser mais il faut croire qu'il y a des forces supérieures au bien être, quitte à perdre notre âme. Les investisseurs de ce projet ne sont sûrement pas des philanthropes soucieux de préserver un cadre de vie. Ils attendront confortablement installé, le meilleur moment pour obtenir la meilleure plus value, puis basta. J'espère que leur étude de marché est fiable car il faudra rester ouvert à l'année puis convaincre une clientèle de venir l'hiver s'encanailler dans un trou perdu. Sacré challenge. Et si ça ne marche pas on pourra toujours recycler le bâtiment en une EHPAD de luxe. A moins que le maire demande la création d'un casino et d'une boutique Vuitton sur la propriété de Benoit Bartherotte.. Heureusement, un indien ne vend pas son âme au diable.

Int-V3