AnticStore-Medium-Ref-67272

 

À Arcachon City le diktat d'une gérontologie soumise alimente les ambitions les plus folles de l'édile en place depuis plusieurs décennies. Malgré des crises hémorroïdaires Sarkosiennes et Fillonnesques sur la langue l'empêchant de devenir ministre et la fessée électorale aux dernières législatives par une cat women novice le maire envisage désormais de pratiquer une Wauquiezectomie dans l'espoir d'acquérir le titre de sénateur afin de se faire biser les pieds par tous les autres seigneurs du bassin d'Arcachon. C'est en se passant de la crème antirides devant le miroir de la kommandantur que la transformation est apparue. La partie gauche de son visage ressemblait étrangement de plus en plus à celle d'Erdogan, redonnant un peu plus de fierté à son égo.

«-Dorénavant je vais t'appeler«double face» répond hilare«le baron», un vieux ténor du barreau de Bordeaux qui rédige les frais annexes à ses honoraires sur le bureau en fumant un gros Cohiba.
«- Puis,  comme c'est Arcachon qui rince et que c'est open bar comme tu m'as dit, je te rajoute quelques notes de restaurant de la Co(o)rniche qui traînaient au fond de mes poches, plus le vol business class de mon ami de Paris qui est venu te défendre. Je suppose que tes administrés ne sont pas à dix mille balles près pour sauver l'honneur de leur chouchou. De toute manière le Batman n'est pas encore né dans cette région et comme tous les cafards écolos et les pseudos rebelles de pacotilles se retrouvent tous sous tes talonnettes, tu vas pouvoir continuer à régaler la galerie. Même si elle gagne, ta rebelle libanaise ché guévarienne est désormais grillée comme une saucisse que même caissière au Shopi il ne l'embaucherait pas.... Dis donc ?! Heureusement que l'été s'achève car si tu continues à bronzer on ne saura plus qui est le turc. Ha ha ha !! »

 

C'est en arrivant au marché que le gros flyer du journal Sud ouest me sauta au yeux : Anny Bey jugée pour injures » Il fallait absolument décrypter l'article au plus vite pour essayer de comprendre le pourquoi de cette mise à mort médiatique . Dominique Richard écrit :Sous la plume de la conseillère municipale d'opposition divers droite d'Arcachon, il était question de gestion affolante des deniers publics, de clientélisme effréné, de système opaque, de menaces et de conflits d’intérêts.

(Jusque là je ne vois rien de nouveau. La dame le dit et le répète publiquement à chaque conseil municipal)

En un court paragraphe, le maire Yves Foulon,comparé à son sulfureux collègue de Levallois Perret, Patrick Balkany, était habillé pour l'hiver.

(rien de nouveau non plus il suffit d'assister à un conseil pour y voir une similitude avec Levallois Perret. Muselage du temps de parole de l'opposition, exclusion de la presse, débats houleux. Mais on est pas au niveau d'un Balkany, c'est plutôt deux division en dessous)

Après une capture d'écran réalisé par un huissier et rendue possible grâce au concours d'un faux ami d'Anny Bey, Yves Foulon a pu assigner en justice pour injures publiques son implacable procureur et lui réclamer 10000 euros de dommages et intérêts.

(Je dois dire que la manière pour obtenir les écrits est digne de la Stasi. On infiltre l'ennemi et clap, l'autorité publique prend la photo. Quel stratagème ! Mais c'est l’assignation pour injures publiques qui est le plus surprenant car rien n’empêchait le maire de porter plainte pour diffamations publiques avec les même motifs d'accusation lors des conseils municipaux. Sauf que pour une diffamation, l'accusé peut prouver sa bonne foi en apportant des preuves au tribunal et ouvrir ainsi la boite de pandores pouvant aussi débouter le plaignant. Avec l'injure, pas de possibilités d'apporter des preuves. Voilà ou est le vice. En résumé je pense que cette assignation est simplement une manière de tuer politiquement une opposante et peu importe la décision du tribunal.)

« Elle reste dans des vocables fumeux qui ne se rattachent à aucun fait précis. C'est de la pure calomnie. Elle fait une fixette sur Foulon. Cela lui permet de se parer des plumes du paon et de se donner de l'importance. Le combat politique autorise une certaine liberté de ton. Mais là, les bornes sont dépassées » tranche Maitre Benoit Ducos Ader , l'un des deux conseils du maire. Descendu de Paris maitre Jean yves Dupeux, dénonce des attaques ad hominem nullement étayées : »Cela n'alimente ni la réflexion, ni l'information des lecteurs. On est loin d’intérêt général au sens ou l'entend la cour européenne des droits de l'homme »

(J'ai connu Benoit Ducos Ader plus inspiré car faire une attaque ad personnal de l'accusé en préambule de la plaidorie pompeuse ad hominem de son collègue pour montrer la voie de la raison est une technique souvent utilisée pour influencer le président de la cour quand la défaite ce fait sentir. Il faut dire que Yves Foulon ne s'est même pas déplacer. Sûrement qu'un problème d'agenda viendra justifier son absence pour être excusable à ses administrés qui vont devoir quand même payer les honoraires de ces deux ténors.)

La question du jour tourne essentiellement autour du caractère public ou privé du texte posté sur le réseau social. Au regards de la centaine d'amis enregistrés sur son compte et du nombre de like soit près de 80, Yves Foulon estime qu'il a bénéficié d'une large diffusion et dépassé le cercle restreint des affinités amicales ou sociales. « il n'y avait rien sur mon mur. Ce message n'était accessible qu'à mes amis ou à ma famille, réplique Anny Bey. Je n'admets pas tout le monde.Il s'agit de publications personnelles. Jugement le 27 septembre.

(Tout est dit dans ce dernier paragraphe ou l'on ne comprend pas le pourquoi de cette plainte que même le ridicule n'arrive pas à donner une explication. Yves Foulon cherche t' il à masquer certaines vérités qui pourraient empêcher la montée de ses ambitions d'une carrière de sénateur? Une chose est certaine, c'est la fin politique de cette dame, qu'elle ait tort ou raison. Michel Sammarcelli le maire de Lège Cap Ferret doit sourire en douce, soulagé de pouvoir lancer son successeur sans entraves.)

Un poète arabe a écrit :

Il n'y a pas de bien à se lier d'amitiés avec une double face

Aux propos mielleux mais dont le cœur est plein de haine

Du bout de la langue, il te berce de belles paroles

Mais il se faufile comme se faufile le renard

Quand il te voit, il jure te faire confiance

Mais dans ton dos, c'est un scorpion.

La pire des personnes est la double face qui présente un visage à certains et un autre à d'autres.

 

 

COUP DE GUEULE

 

Fabián-Tomasi

Alors que l'argentin Fabian Tomasi, symbole de la lutte contre le glyphosate vient de mourir à 53 ans d'une belle saloperie qu'il n'avait pas vu venir en remplissant sans protection les réservoirs d'avion de fumigation de ce produit mortifère et jusqu'à son dernier souffle il n'avait cessé d'alerter sur ces pratiques agricoles génocidaires, alors que presque tout le monde est d'accord pour reconnaître le coté néfaste de ces lobbys chimistes, j' apprends qu'un apiculteur de la région a perdu toute sa récolte de miel à cause d'un taux de glyphosate deux fois supérieur à la norme autorisée car les sylviculteurs autour de ses ruches utilisent ce produit pour désherber les parcelles et garantir une bonne pousse des pins. Les bras m'en tombent !! C'est sûr après avoir balancé cette molécule dans l'environnement, les parcelles ressembleront au nord bassin d'Arcachon à marée basse et feront l'impasse d'un débroussaillage mécanique et même l'ONF utilise cette pratique un peu partout en France. Le monde ne tourne vraiment plus rond. Mais le plus inquiétant c'est que le président de ces messieurs des forets n'est autre que « El béguey » petit coq en gascon alias Bruno Lafon maire de Facture Biganos. Ce monsieur qui à longueur d'année vante ses actions pour le développement durable ne veut surtout pas froisser ses amis qui fournissent l'usine SMURFITT qui fabrique de la pâte à papier et qui nourrit 500 personnes en polluant l'atmosphère et les sols depuis des lustres en toute impunité. Cette multinationale multi milliardaire utilise même le réseau public d'eaux usées pour balancer ces rejets. « El Béguey » apparaît dans presque tous les organigrammes qui gèrent la communauté du bassin d'Arcachon et il n'est pas capable d' interdire à sa corporation l'utilisation du Glyphosate dans les parcelles qui indéniablement viendra se dissoudre dans le bassin d'Arcachon. Quelle honte !

Mea culpa, ce monsieur recommande seulement de ne pas utiliser ce produit et de préférer le débroussaillage mécanique. Je ne vous salue pas monsieur.