109132640

 

Cher François,

je t'écris cette lettre même si je sais que tu ne la liras jamais pour te dire que maintenant cela suffit, qu'il est temps de dire au revoir. Tu es grillé comme une merguez en été et l'odeur de graillou qui colle à ton costume est incompatible avec la senteur des urnes. Tu dis que tu as le cuir épais mais quand il est troué c'est irréparable. Crier au complot politico-médiatique est l'arme des faibles certes efficace dans les temps anciens mais obsolète de nos jours. Rien ne pourra changer l'opinion des gens même pas ton innocence ou ton blanchiment. Comment veux tu de faire pardonner aux plus faibles, ceux à qui tu veux serrer la ceinture alors qu'ils ont déjà le pantalon aux chevilles ? Sincèrement, te vois tu déambulant sur les champs Élysée dans une berline poursuivie par une horde de journalistes, vitre baissée saluant ta victoire le bras tendue et embrassant goulûment Pénélope à tes cotés qui sirote une coupe de champagne ? Non, sois sérieux, arrêtes tes conneries. Fais le pour ta femme. Ne vois tu pas comme elle souffre cloîtrée dans ton manoir à ronger son désespoir et ne me dis pas qu'elle continue à apporter des confitures au curé. C'est curieux cette manie de croire que « vos pratiques » étaient normales tout en étant illégales. Pénélope vient de rompre son silence pour voler à ton secours mais si celle de Homère défaisait son ouvrage la nuit pour retarder l'échéance elle n'était pas rémunérée 7000 euros par mois. Entre nous, je veux bien la remplacer car la tache correspond à mon niveau de compétence. Alors si tu veux finir comme Ulysse dans l’Odyssée, prends ton orgueil, ton ambition et enfermes les dans un mouchoir pour les mettre au fond de la poche de ton pantalon. Puis cours, cours la rejoindre et enlaces là aussi puissamment que ta rancœur. Pas la peine d'aller à confesse, le curé connaît déjà toute l'histoire et lui au moins il saura garder le silence. Ensuite tu pourras aller faire quelques petites conférences à la Sarko sous le soleil des émirats en offrant même un cocktail de fruits frais sous un palmier à Pénélope. C'est compris dans le forfait. Pour tes comités de soutien, enfin ceux qui n'ont pas quitté le navire, pas d’inquiétude ils sont experts en retournement de veste. Pour la France, ne t'en fais pas non plus, son peuple n'est pas encore prêt à remonter son pantalon et avec ce qui se prépare, il va devoir se pencher davantage en avant pour que se soit encore moins douloureux. Ne crois surtout pas que tu vas nous manquer mais penses plutôt à celle à qui tu manques.

La Bernache.

 

 

58a5737925000034080b959d

 

Je vous avez prévenu, le spectacle « La Noce Chocolat de Fillon »(Voir billet précédent)par la troupe du comité de soutien du bassin d'Arcachon a tenu toutes ses promesses. La salle des fêtes de Gujan Mestras fut remplie en vidant le forfait téléphonique de « La Baleine » alias Marie Hélène des Esgaulx la sénatrice maire de cette ville. Sans dévoiler la moyenne d'age de l'assistance on peut quand même affirmer que l'on n'était loin de l'ambiance d'un Hellfest. Les acteurs ont été formidables pour servir un texte de propagande droitière dans son jus. Leur jeu d'hypocrite donnait même une dimension burlesque qui régala pleinement un public conquis. Le doyen de la troupe « Don Saluste » alias Michel Sammarcelli maire de Lège Cap Ferret avait même fait le déplacement pour un rôle de figuration.( Empaillé, l'effet aurait été le même). Dans le rôle de béni oui oui, « Marine Morano » alias Marie Larrue maire de Lanton fut parfaite pour donner la claque tout autant que « Vévètte » alias Yvette Mauplilé adjoint au maire d'Arcachon qui mit ton son cœur pour défendre son chouchou en certifiant avoir mangé des macarons avec Pénélope tout en collant des timbres sur les enveloppes. La « Baleine » fut parfaite en maîtresse de cérémonie. La cumularde habituée aux planches a balancé sa soupe gaullienne entrecoupée de blagounettes locales. « Crème antirides » alias Yves Foulon député maire d'Arcachon se contenta de balancer son texte politisé d'une banalité affligeante avec un accent de recalé sarkosien. La surprise fut l'interprétation de la guest-star « le Squale » alias Jean Guy Perrière maire d'Arès. L'homme peut habitué à être en lumière a voulu essayer de se mettre en avant en improvisant un discours qui aurait fait rougir de bonheur les membres du Front National. Hésitant au début avec des allures Krazuckiennes sur les chiffres de la dette nationale, il lâcha crescendo tout son fiel minimisant le fait qu'un anus élargi de dix centimètres sans son consentement n'était pas une faute si grave. Les horreurs dites au premier degré sont beaucoup plus efficaces aux oreilles de certains. Pathétique quand même, la prestation.

Il est à remarquer l’absence totale d'images pour un tel spectacle. Les télévisions locales n'ont pas du être invité peut être à cause des droits d'auteur. Seule « Bernie » alias Bernadette Dubourg la scribouillarde locale du journal Sud Ouest était présente pour pondre un papier bienveillant. Il faut donc remercier un journaliste de la dépêche du bassin qui a filmé avec son téléphone portable pour bien se rendre compte de la performance de nos élus.

 

https://www.facebook.com/pg/depechedubassin/videos/?ref=page_internal

js-14