o-TRUMP-570

Ils sont vraiment balèze ces ricains. Après avoir élu un cow-boy, un coureur de jupon, un idiot de fils à papa, un black cool voilà qu'ils nous proposent un bel âne inculte. C'est vrai que si on regarde du côté de chez nous c'est guère mieux avec un buveur de Corona, un petit nerveux mégalo et un sac à nouilles incapable qui sont quand même dans la catégorie en dessous. Avec Donald Trump je crois que l'on va atteindre le sommet. Je ne sais pas si il faut en rire ou pleurer mais en réfléchissant je me dis que ce fumier va peut être devenir un bienfaiteur. Je ne reviendrai pas sur ce personnage, tout a été dit mais ce bonhomme est en train de montrer à la planète entière la définition du néo capitalisme et les rouages politiques menant à l'impérialisme et le bougre touche presque son Graal intime. Il a cramé ses adversaires en dénonçant leurs connivences avec les lobbys de tous bords  alors que le pognon lui pousse dans les oreilles. Il éructe violemment sur l'immigration alors qu'il a fait fortune en exploitant les immigrés jusqu'à les presser comme des citrons. Il dit qu'il sait comment gagner beaucoup d'argent et qu'avec lui l’Amérique redeviendra prospère sauf qu'il omet de signaler qu'aujourd'hui  Atlantic City est au bord du gouffre à cause de ses investissements désastreux dans les hotels casinos montés en toute hâte avec les barons de la mafia locale. Il joue avec le nationalisme flirtant avec la suprématie blanche que même les toqués du Klux Klux Khan ressortent les bonnets en signe de compassion. Je comprends mieux pourquoi maître Gilbert Collard du FN est en admiration devant Donald.

Trump vient de taper dans la fourmilière et les médias, les experts, les politologues s'éparpillent dans tous les sens ne sachant plus ou aller et certains sont même près à baisser le pantalon pour se faire enfiler. Le paradoxe américain dans toute sa splendeur. Tout est possible, ils seraient capables de mettre un âne au pouvoir pour ne pas y voir une femme. Ne nous gargarisons pas trop vite ! Après l'été qui arrive, la marche en avant pour l'élection présidentielle 2017 sera lancée et il me tarde de me bidonner à voir comment nos élites vont se découper à la tronçonneuse. Il va y avoir du grand spectacle car en France les ânes sont légion. Rien que sur le bassin d'Arcachon on peut les compter sur les doigts des deux mains. Je vous l'accorde c'est plus subtil pour le voir mais si on gratte sous la façade, les yeux du benêt apparaissent bien vite. Les coups bas vont pleuvoir sur les primaires comme sur la piste d'un cirque ou des clowns sous acide se jetteront les uns sur les autres en se mordant les oreilles pour faire rire le public. Show must go on !!

 

71788288_p

En parlant d'âne il y en a un qui obtient d'office la palme d'or du plus gros fumier c'est Frédéric Boccaletti élu FN dans le Var proche de Marion Maréchal Le Pen. Ce monsieur tient des propos à faire vomir et il persiste et signe. Visionner sa page facebook est un vrai supplice par la puanteur des commentaires. Je hais ces gens là, je ne peux pas discuter avec eux, je leur chie dessus. Lire des choses pareilles m'insupporte alors je préfère utiliser mes mots pour dénoncer leur ignorance.

Bande de fumiers, comment pouvez vous affirmer que les migrants sont animés d'un égoïsme exacerbé et d'une lâcheté honteuse ? Puis vous en remettez une couche en vous demandant qui d'autre peut quitter son pays en abandonnant parents femme et enfants et que heureusement que nos anciens de 39/45 ont fait le choix de combattre la haine plutôt que de fuir. C'est affligeant, dégueulasse. D'abord bande de cons, un petit rappel de l'histoire : Avez entendu parler de l'exode de   1940 ou les populations du nord et françaises fuyaient la progression de l'armée allemande ? Peut être que vos descendant ne vous ont rien dit tvarrop occuper à collaborer en suçant les nazillons ou trop  envoûter par la propagande de Vichy. Toutes les guerres enclenchent inexorablement l'exode. C'est vrai que vautré dans votre canapé en sirotant votre pastagas devant le journal téléviser de Jean Pierre Pernaud vous comprenez la marche du monde. Seuls le bruit des voisins ou le chien qui aboie peuvent vous déranger. Que feriez vous si tous les jours ce seraient les bombardements, les explosions, les balles de snipers qui vous empêcheraient d'aller chercher  juste un litre d'eau dans une épicerie encore debout ? Croyez vous que l'on peut comme cela d'un simple claquement de doigts quitter sa terre natale par pur égoïsme pour se retrouver coincé dans un sordide terrain vague quelque part en France ou en Europe que même un chien n'oserait pas lever sa patte pour y pisser un coup ? Non monsieur Frédéric Boccaletti ces migrants comme vous dites n'ont qu'une seule chose en tête. Vivre.

L'égoïsme exacerbé et la lâcheté honteuse ne sont que le reflet de votre miroir mais il est vrai que l'on évite toujours de regarder ses propres défauts.

 

Dont acte, je me calme mais maintenant c'est la tristesse qui s'agrippe à mon bras comme une tique sur un chien. Plusieurs fois il est apparu dans mes billets et je l'ai toujours soutenu. Cet homme m'a ouvert les yeux et mon côté vitriolé vient sûrement de ses pensées. Ce caricaturiste hors pair était le maître de la satire. Toujours cash, sans concession, il envoyait du lourd. Pourtant dans l'acidité de ses propos il savait glisser une pointe de tendresse et de poésie. Dans son dernier billet, il écrivait :

je sens la mort qui rôde et fouine sans arrêt autour de moi comme un cochon truffier. Mon moral, d’habitude d’acier, ressemble le plus souvent maintenant à du mou de veau !

C’est horriblement chiant de ne penser obsessionnellement qu’à sa mort qui approche, à ses futures obsèques et au chagrin de ses proches ! Je pense aussi à tous les enculés qui vont se frotter les mains et ça m’énerve grave de crever avant eux !

Monsieur Siné, Chapeau bas.

 

siné