vaseline sobass

http://www.sudouest.fr/2016/01/09/arcachon-so-bass-la-nouvelle-marque-de-l-eau-potable-2238293-2733.php

 

Dans le carré VIP de l'Olympia d'Arcachon, les seigneurs de l'oligarchie locale récupèrent après les interminables présentations des vœux à la population. La sénatrice maire de Gujan Mestras Marie Hélène des Esgaulx alias « La Baleine » se précipite dans un fauteuil pour retirer ses chaussures ilico presto. Ses pieds sont gonflés comme des outres à vin alors elle se pavane de bonheur en massant délicatement ses orteils.

« -Nom de dieu, j'en peux plus. Ras bol de serrer les pognes à la populace et bouffer les olives dans les buffets. Même le champ commence à me brûler l'estomac. »

Le député maire d'Arcachon Yves Foulon alias « Crème anti rides » s'acharne devant le miroir à effacer les traces de rouges à lèvres sur sa peau .

« -Tu as raison ma Divine, à force de bisouquer les mamies, le rouge du Dior et du Chanel ont ravagé mon soin du visage. Je vais devoir me refaire la facade sous la lampe UV pour retrouver mon teint halé.

Le maire de Lège Cap Ferret Michel Sammarcelli alias « Michou l'ami des stars » débarque dans la salle en chantonnant. Chemise ouverte,les joues bien rouges et l'oeil pétillant il entame trois pas de danse en prenant des selfies à la chaîne.

« -Tea for two and two for tea... Ah mes amis, j'ai une pêche d'enfer ! J'ai décidé de devenir honnête. Le faste et le luxe c'est terminé.(rires dans la salle)  Les vœux sont comme les promesses non ?..Tea for two and two for tea...

 

 

CO%20-%201

 

 

 DES FLEURS DANS UN JARDIN

Quand je passe devant sa maison j'ai toujours un petit pincement au cœur. Les volets sont clos et la broussaille a repris le pouvoir dans le jardin mais mon regard s’égare toujours à chercher le fantôme   de Momone et m'assurer qu' il y a toujours de jolies fleurs derrière le tilleul.. Simone avait toujours le sourire et le mot gentil. C'était une vieille dame qui s'efforçait à combattre l'usure du temps en laissant une illusion juvénile sur son visage. Toujours tirée à quatre épingle, sa chevelure blanchâtre en queue de cheval ou chignon, elle bichonnait ses roses pour qu 'elles puissent offrir la plus belle des féeries au printemps. Son mari était un vrai fumier qui ne la respectait pas. Cet ancien militaire à la retraite était le prototype idéal de la propagande facho. Un gros con à l'état pur. Je ne pouvais pas le saquer et la réciprocité m'arrangeait vraiment sauf que j'aimais bien discuter avec sa femme arrivant même à le rendre vert de jalousie. C'est dire le niveau de connerie qu'il pouvait atteindre. Momone avait du même endurer la longue agonie de son mari en s'occupant de lui jusqu'au bout sans rechigner pour nettoyer sa merde dans le lit. A sa mort elle s'empressa d'aller jeter l'urne à la déchetterie ainsi que toutes les affaires jusqu'au dernier slip sûrement pour laisser les souvenirs bien enfouis sous la cendre.

« -Surtout pas de commémoration, disait elle. »

Elle changea les papiers peints et la peinture de la façade en laissant  les chansons de Trenet s’échapper des fenêtres ouvertes. Simone devenait lumineuse et le temps glissait sur elle comme la pluie sur la vitre. Le vieux chat indomptable du quartier décida d'accorder sa confiance en prenant pension dans sa maison. Cet énorme chat de gouttière qu'elle nomma Furax devenait son garde du corps intime sachant montrer ses griffes à la moindre onde négative. J'aimais bien les voir faire la sieste l'été sur la terrasse à l'ombre sous les glycines et voir le rouge gorge s'aventurer à picorer les miettes du repas autour d'eux. Hélas la maladie choisit souvent injustement les bonnes personnes.

« - Dans ma vie je n'ai jamais rien gagné sauf les emmerdes, disait elle. »

Pendant ses absences, les voisins à tour de rôle allaient remplir la gamelle du chat qu'ils ne voyaient jamais mais Furax était toujours au rendez vous à chaque retour de Simone. Si le foulard sur la tête et la fuite des sourcils pouvaient donner un indice sur la dureté du traitement, la lueur au fond des yeux ne s'était jamais éteinte. Les ronronnements du chat sur ses genoux arrivaient parfois à remplacer la morphine mais les métastases continuaient inlassablement leur funeste labeur.

Un soir d'hiver Furax quitta Momone au pied de son lit. Son grand âge avait eu raison de lui et sa disparition créa un grand fracas dans le cœur de Simone. Dans les moments calmes des soins palliatifs elle en profitait pour entretenir la sépulture de son unique compagnon au fond du jardin puis Simone nous quitta juste avant l'été.

Alors, Je me rappelle de l'énorme tristesse qui régnait dans le quartier et aujourd'hui encore je me surprend à regarder si les fleurs sont bien là derrière le tilleul.

 

 

Ce billet est pour dire mon désaccord avec toutes sortes de commémoration et en ce moment il en pleut chaque journée. Daniel Balavoine, François Mitterrand, attentat de Charlie juste après ceux de novembre. C'est juste un aperçu des bals des hypocrites. Bien sur il est important de ne pas oublier. Le passé sert à construire l'avenir mais il doit demeurer à sa place dans l'histoire pour ne pas entraver le fil du monde de demain. On ne peut pas avancer si on ouvre sans cesse les blessures et nos démocraties ont bien compris qu' en maintenant toutes formes de nostalgie on retarde l'envie de faire bouger les choses.

En ce début d' année les icônes ressemblent à un vol de papillons dans l'azur d'un ciel orageux et je ne peux pas passer outre sans rendre hommage à David Bowie. Chapeau bas à ce grand monsieur qui a marqué bon nombre de génération mais dont je suis passé totalement à côté de son talent. Je n'ai jamais vraiment accroché à sa musique préférant surfer entre le planant des Pink Floyd et le dur des Ramones.  Il a fait une œuvre de sa vie alors que voulez vous, on s'incline et je vais m'empresser de combler ma lacune.

Ne pas oublier aussi son rôle d'ignoble crapule dans le juge et l'assassin ni sa capacité de parfois sublimer les nanars pour les rendre plus digestes. Aussi à l'aise sur les planches que sur un plateau, Dany Boon lui offrira une scène d'anthologie dans les Ch'tis aussi forte que celle de Marlon Brando dans Apocalypse Now. Alors monsieur Michel Galabru, c'est comment tout la haut ?

« -C’est le nord... »

 

glabrubrando