Entre nous, je dois vous avouer un secret. J'ai une profonde allergie. Un truc qui me rend fou, qui m'insupporte. Je suis allergique aux réseaux sociaux. Tout autour de moi, ces ondes envahissent mon quotidien et arrivent même à corrompre mes proches. Ma femme est devenue la reine du SMS. Certains soirs les bip bip de son smartphone résonnent inlassablement que je suis obligé de lui demander de joindre la personne directement en ligne pour simplifier d'un coup la communication entre deux êtres et limiter ainsi la pollution sonore à mes oreilles. Depuis peu elle s'est inscrite à Twitter et nous avons eu la désagréable surprise de voir Nadia se joindre en follower. Je ne peux pas blairer cette fille et c'est ainsi que chaque jour nous avons tous les détails de son quotidien. Je dois dire que c'est croustillant mais j'ai tellement envie de lui dire que j'en ai rien à foutre de sa petite vie de merde.

 « -Tiens regarde, Nadia a envoyé une photo me dit Isa.

pizza

 

« -J'espère qu'elle a bien remué ses grosses fesses car après avoir engouffré cette belle merde, la cellulite va revenir au grand galop,lui répondis je »

Après ma femme, ma fille s'est inscrite sur Facebook en cachette sauf que je reçois dans ma boite mail toutes ses notifications et le nombre est considérable. Alors, je lui ai demandé son code d’accès pour surveiller de plus près ce phénomène planétaire qui vient d'entrer dans ma famille et ce que j'ai découvert me consterne profondément. Isa a peut être raison, je suis en train de devenir un gros con. Mais bon dieu, comment peut on devenir addict en commentant des auto portrait avec presque une faute d'orthographe à chaque mot. C'est sidérant mais fascinant de voir comment la technologie s'impose dans les habitudes de la plus part d'entre nous. Je sais bien qu'il faut vivre avec son temps, mais je préfère d'abord prendre le temps de vivre. Il est faux de dire « c'était mieux avant ». Je ne suis pas un nostalgique. Avant, c'était simplement différent. Les réseaux sociaux ne sont pas inutiles, j'en conviens, mais il faut continuer à se coucher dans l'herbe grasse à l'ombre d'un chêne pour contempler le ciel d'été à l'heure de la sieste ou s’asseoir sur un banc pour observer les différentes lumières qu'offre un soleil couchant sur le bassin d'Arcachon. Il faut aussi se regarder dans les yeux et parler si la lueur n'y est plus.Tant de choses plus utiles, plus riches qu'un simple clic de souris.

 

Alors imaginons que Facebook existe en 1994 et quelque part en Afrique, Jocelyne une jeune fille de quatorze ans se connecte sur son smartphone :

Jocelyne : Aujourd'hui il fait très chaud  et Marcel et ses amis débarquent dans notre village. C'est le cousin Hutu de papa.

691_1jp_rwanda_scaler_10

Georges : il ressemble à Scarface ton cousin. Il a pas l'air commode :(

Jocelyne : non, d'habitude il est très gentil avec nous:)

Louise : Ouais c'est sur, regarde ses potes ils ont l'air de vouloir faire une fiesta ;)

5 personnes aiment ça

 

Jocelyne : Papa et maman vont les accueillir. Oh mon dieu !! Marcel tire à bout portant sur mon papa. Sa tête a éclaté comme une pastèque. Maman hurle. Elle est couverte de sang.

Louise : Arrête de mentir joce, j'y crois pas une seconde ;)

Jocelyne : Maman vient de prendre un coup de masse sur la tête. Ils sont en train de s'acharner sur son corps.

genocide-300x199

Georges : Tu pousses le délire au max Joce. Je like ton histoire.

Louise : je t'avais dit d'aller voir ton psy. Je crois bien qu'il est temps. Maintenant tu vas nous dire qu'ils sont en train de la violer.

Jocelyne : Non ils utilisent leur machette. C'est horrible.

Georges : trop forte Joce, je relike.

Jocelyne : Marcel m'a vu, il vient vers moi.

Georges : Putain, Scarface est en forme:)

Louise. Arrête Georges ce n'est pas marrant et toi aussi joce arrête ton délire.

Paul : T'as fumé la beuh à Jojo Joce ? Lol

17 personnes aiment ça

 

Jocelyne : S'il vous plaît, aidez moi. J'ai reçu un coup de machette. J'ai mis ma main pour me protéger et mes doigts ont explosé. Je saigne beaucoup de la tête. J'ai du faire semblant d'être morte. Ils sont partis un peu plus loin.

Georges : c'est massacre à la tronçonneuse chez toi.MDR.

Paul : PTDR. Continue Joce tu vas nous faire chialer :(

Louise : Cours te réfugier dans une église Joce, vite dépêche toi.

Georges:Et Louise, tu crois encore au père noël.:)

Paul:MDR

36 personnes aiment ça

 

Jocelyne : Oh mon dieu, c'est l'horreur ici. J'ai peur, pitié Sauvez moi. Je n'ai plus de batterie. Je vais me cacher sous les cadavres. Prévenez les secours, s'il vous plaît.

670_1jp_rwanda_scaler_12

Georges : Ouah, c'est pas un rigolo ton Marcel. Il allume grave;)

Paul : Ils font tous la sieste la dedans. Quelle bande de feignasse.

Georges : MDR

Paul : Et Louise, on ne t’entend plus. Tu fais une prière ou quoi?. LOL

Georges : PTDR

145 personnes aiment ça

 

Jocelyne a attendu 40 jours l'arrivée des premiers secours, cachée sous les cadavres dans une puanteur insoutenable, captant le moindre bruit, buvant l'eau croupie qui ruisselait le long des murs et mangeant les maigres racines qu'elle pouvait trouver aux alentours à la nuit tombée.

Pendant sa convalescence, Jocelyne se servit de l'ordinateur de la croix rouge :

Jocelyne : Je suis vivante. Je vais bien.

ci1481_Rwanda_photo_8

Georges : Trop SWAG Joce.

0 personnes aimes ça

 

 

Cette fiction est basée sur des faits réels. Peut être que facebook aurait changé le cours de l'histoire, mais en 1994 il y avait des caméras, des photographes et pourtant nous nous sommes cachés les yeux. Depuis la fin de la seconde guerre mondiale nous nous sommes efforcer d'étudier pour bannir le système nazi en concluant « Plus jamais ça » et nous avons été incapable d'arrêter ce génocide. 10000 morts par jours, une ville comme Andernos les bains rayée de la carte en un jour. Il y a eu cent jours de tueries, cent jours de honte.  Pourtant c'était écrit d'avance. Le Rwanda était la convoitise de beaucoup de puissances. Il y a de l'or du pétrole mais surtout le coltan qui est une matière première essentielle au développement technologique. Sans elle, point de smartphone, point de tablette, point d'ordinateur, donc point de facebook. Nous ne sommes pas coupables de ce génocide mais nous devons avoir la responsabilité d'exiger la vérité afin de comprendre pour essayer de ne jamais reproduire de tels actes.

1 personne aime ça