29 octobre 2012

LE FLAGORNEUR NOUVEAU EST ARRIVE

  A la cour, on les appelait les courtisans, les flatteurs, les adulateurs, les flagorneurs. Ils usaient toutes les bassesses et les intrigues pour s’attirer la sympathie Roi. De nos jours rien n’a changé et les flagorneurs sont légions dans les couloirs du pouvoir. Karouchi (en bas à droite) fond littéralement  en buvant les paroles de  Copé. Il va presque s’évanouir. Jean Sarkozy feint la totale admiration avec un mimétisme  vestimentaire troublant alors que les deux hommes ne s’apprécient guère. Sur... [Lire la suite]
Posté par paterzan à 09:40 - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , , ,

22 octobre 2012

WE NEED YOU

En regardant la une du Parisien magazine, je me demande si il faut en rire ou prendre cette image au sérieux. J’espère que Monsieur Montebourg s’est préparé à entendre les railleries qui vont fuser car il a donné de la matière. Il me semble qu’il devrait virer urgemment ses conseillers en communication. Le cliché est ringard et dénué de bons sens. C’est très bien de mouiller la chemise mais il faudrait mettre les mains dans le cambouis pour espérer sauver ce qui peut être sauvé. Certes, on ne pourra pas lui reprocher de n’avoir rien... [Lire la suite]
17 octobre 2012

ED ET AIDES TOI

  Si vous allez à Paris, courez au grand palais voir l’exposition Edwar Hopper. Ce monument de la peinture américaine procure une émotion rare à chacune de ses toiles. Je vous engage vivement à découvrir ou redécouvrir son travail pour vous laisser divaguer vers de purs sentiments. Alors, j’ai récupéré quelques tableaux pour vous les commenter à la sauce locale:   « Oh non!!…Encore un nouvel immeuble à Andernos »     « Il parait que les carottes sont cuites pour le maire. -Voyons monsieur, il faut faire... [Lire la suite]
Posté par paterzan à 21:26 - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , , ,
02 octobre 2012

POP ET IMPOP

POP  En ce début d’automne je rentrais fatigué à la maison. Fatigué est un mot que je n’utilise jamais devant ma femme car elle me répondrais que de toute manière j’étais un fatigué de naissance doublé d’un allergique au travail. Mais était ce le changement de climat avec l’humidité plus présente ou la nuit qui arrive plus tôt, bref ce soir là, j’étais bel et bien crevé. Isa n’avait pas encore débaucher et j’allais devoir m’occuper des gosses en vérifiant que leur travail scolaire était bien effectué pour qu’à l’avenir ils... [Lire la suite]