jpg_jpg_balkany-crapule

Rien n’a changé. Depuis la nuit des temps, la vanité des puissants laisse apparaître les bassesses d’une cour d’école de maternelle avec les « c’est pas moi c’est lui » et les histoires pipi caca. Il ne manque plus de trouver un député zoophile pour fermer la boucle. La machine infernale est lancée à toute berzingue. Les téléphones vont chauffer et des photos vont être déchirés. Ces messieurs et mesdames vont chercher à tous prix à montrer leur puritanisme mais d’autres histoires croustillantes vont venir alimenter les médias et les ondes. Il ne manquerait plus que Carla accouche d’un enfant noir. Quoique, un député zoophile ce n’est pas mal non plus….

 

 

PENDANT CE TEMPS...

En France, le mouvement indignados a vraiment du mal à prendre son envol car la dégradation sociale n’est pas la même qu’en Espagne. De l’autre côté des Pyrénées toutes les couches sociales ont les pieds dans la merde donc il devient de plus en plus difficile d’accepter de voir toujours les même se goinfrer à outrance. Tous sont solidaires pour une envie de changement. Chez nous, cette envie est aussi au fond de beaucoup d’entre nous. Elle murit plus lentement car les classes moyennes même si elles sont au bord du gouffre continuent à subvenir leurs enfants. Les Bobos ont assez engrangé d’argent pour être encore inquiété. Bon nombre de mes amis se fout royalement de cette protestation. Certains ignorent même. Je ne suis pas surpris mais déçu car ce qui se passe en Espagne est historique.

Eric Zemmour dit que ce mouvement fera pshitt comme un boxeur frappant dans le vide. Je me rappelle un combat mémorable de Marvin Hagler contre Hearns. D’une violence incroyable. Au troisième round ,Hagler balance deux trois crochets dans le vide, son front est ouvert  mais le quatrième crochet envoie Hearns directement au tapis.

Il est vrai que la difficulté à changer les choses est difficile à mettre en route car les responsables de cette situation sont multiples et invisibles. Cependant les rouages du libéralismes ne sont plus secrets pour le citoyen et l’échec du néo capitalisme commence à montrer le visage de ces oligarques. Le mouvement espagnol est la partie pacifique émergente de l’iceberg et sous l’eau , la révolte attend patiemment de venir à flot. Il va falloir que nos dirigeants reviennent à faire de la politique au vrai sens du terme au lieu d’obéir aveuglement au marché financier. François Baroin sur France inter avec une pointe de cynisme ou d’inconscience:
« En 2009 nous sommes passés d’une dette privée à une dette publique »
Cette phrase est incroyable et pourtant elle dit tout,  donnant la raison de s’indigner. Alors on se doit d’imaginer une solution qui rende la dignité aux peuples mais je crains que le feux sous la marmite soit déjà beaucoup trop vif et si jamais la France redonne un mandat à Sarkosy, le couvercle sautera car l’indignation aura atteint son paroxysme.

Ce mécontentement se retrouve aussi au niveau de la gestion des villes. Bon nombre de maires agissent en toute impunité avec la même férocité envers leurs administrés. Accumulant les mandats ces maires n’ont plus l’objectivité nécessaire ni le recul pour entendre l’opposition. En ayant installé un système d’oligarchie bien huilé protégé par une forte propagande. Ils pensent d’abord à privilégier le rendement financier par l’immobilier et le tourisme au détriment du bien être des gens. Aujourd’hui, le résultat de cette politique est catastrophique. Le bassin d’Arcachon est en sursit et les raisons de s’indigner deviennent primordiales pour espérer sauver ce qui peut l’être. Alors peut être que nous verrons un jour à la une de sud ouest:

 

Esplanade_de_la_jetee_1

 

A Andernos les bains en Gironde , les citoyens de cette ville ont décidé d’occuper l’esplanade de la jetée pour protester contre les projets de la mairie. Ce mouvement s’oppose aussi à la dérive des politiques du Bassin d’Arcachon en demandant de privilégier l’humain à l’argent. Joint par notre journaliste local, monsieur Pérusat n’ a pas voulu répondre aux questions.

 

 

 

Bancs de la discorde toujours et encore

Voilà encore l’exemple d’une histoire de cloche merle qui exaspère l’air du temps. Pour ceux qui n’ont pas suivi les précédents épisodes je vous invite à lire  http://paterzan.canalblog.com/tag/banc . En résumé, dans la rue Jules ferry il y avait deux bancs publics ou les anciens aimaient faire causette à l’abri du vent mais que la tempête Klaus avait abimé. Deux riverains s’opposent à la ré installation contre l’avis contraire de la majorité des habitants de la rue. Le maire et son acolyte décident malgré tout de les supprimer pour raison de sécurité en les remplaçant par un coffret contenant des chaises pliantes. Mais Nanard et Phiphi ont une nouvelle idée lumineuse. Ils ont renforcé la sécurité en repeignant les lignes jaunes et ajoutant une interdiction de stationner. Donc, pourquoi ne pas remettre les bancs car désormais la zone est beaucoup plus sécurisée? On peut rire de voir la bêtise humaine atteindre un tel point mais ces agissements répétés plusieurs fois et mis à bout amènent inexorablement à l’indignation.

IMG_0166__1600x1200_

 

 

La palme d’or du plus gros fumier revient à…… Yves Foulon.

 

Ce monsieur n’est plus a présenté. Maire d’Arcachon, Caniche Sarkosien fidèle a son maître, grand adepte du papier glacé des pages magazines people, expert en filouterie politique d’où l’expression « une Foulonnerie », seigneur du bassin d’Arcachon. Il vient de démontrer une nouvelle fois, son avidité de 64025368_ppouvoir et son gout immodéré pour l’immobilier en voulant détruire l’aquarium d’Arcachon qui est le premier aquarium au monde, bâtit en 1866 par Napoléon trois pour y construire un hôtel de luxe et un casino. Il a révisé le PLU pour pouvoir aussi construire un bâtiment de 20 mètres de hauteur sur le petit port pour le pole océanographique. Je crois bien que le monde devient fou. Il existe d’autres solutions pour contenter tout le monde. J’espère que les arcachonnais vont se réveiller pour empêcher ce projet en essayant de donner de saines pensées à ce monsieur. Honte à vous monsieur Foulon.