Snapshot_20100709Il y a tout juste un an alors que je me promenais avec ma fille dans la forêt du Coulin à Andernos les bains, une personne m’interpella pour me signifier que les chênes tauzins allaient disparaître pour laisser de la place aux projets immobiliers de la mairie. A cet instant précis je décidais de créer ma propre résistance en fabriquant une petite vidéo à deux sous http://www.lepost.fr/article/2009/12/08/1830658_l-appel-d-une-petite-fille-pour-sauver-la-foret.html et essayer de donner mon regard sur le temps qui passe. Ainsi est né «  Le cri de la bernache » Je ne pensais pas en soufflant la première bougie de l’existence de ce blog que je continuerais à faire des billets régulièrement. Pour cet anniversaire je me dois de vous donner les statistiques qui m’ont permis de continuer à écrire. Il y eu 4800 visites, une moyenne de 400 visiteurs par mois dont 150 visiteurs connus. (60 en janvier). Des échanges de toutes sortes se sont installées même avec des canadiens arrivés par le mot bernache. Tant que les courbes montent et que les gens réagissent, je continuerais à écrire des papiers. Merci à vous tous et n’oubliez surtout pas que la résistance continue. Andernosiens, andernosiennes, il est tant de vous réveiller.
Joyeuses Fêtes à tous.

cesar_282191

Ps : Pour les cadeaux de Noël je vous conseille d’offrir « Moments oubliés » Cet ouvrage remplis de belles photographies noir et blanc des années 60 commentées par les mots d’un grand amoureux du bassin d’Arcachon dégage un profond humanisme qui hélas n’existe plus de nos jours. En fermant ce livre, j’ai eu un terrible blues car je venais de voir le moteur de mon existence dont l’essence s’évapore au fil des ans.

moments_oublies_1

Re Ps : Je voulais pourtant finir l’année sans encore dire du mal du correspondant sud-ouest pour la commune d’Andernos , monsieur Christian Esplandiu. Mais que voulez vous, en lisant son papier du 16 décembre intitulé « les palmes de m. Montané » on ne peut que tomber des nues en y voyant qu’un article de copinage sans intérêt d’une niaiserie insoluble :

"Décidément, son métier lui colle à la peau. Un métier qui lui a apporté des satisfactions comme par exemple quand cette élève de 6 ans lui a fait, comme il le précise, « le plus beau compliment que j'ai jamais eu. Elle m'a dit : maître tu sens bon ».

Je préfère donc vous laisser juge lisant l' article : http://www.sudouest.fr/2010/12/16/les-palmes-de-m-montane-268680-2729.php
Aujourd’hui, cette élève lui dirait peut être « monsieur, les projets de la mairie  ne sentent pas bon »

get

Décryptage à deux balles

 

Essayons de décrypter cette image en toute objectivité. Oui je sais, certains d’entre vous vont dire que c’est facile, mais je vais m’amuser quand même,pour le fun...

La première chose qui saute aux yeux et que notre président ne semble pas trop être intéressé par l’orateur. Il semble même s’ennuyer. Pourtant le discours doit être en français car les oreillettes sont toutes sur les tablettes et même si Carla parle couramment l’anglais, je doute que MAM maîtrise aussi bien la langue de Shakespeare. Donc Nicolas s’emmerde royalement et instinctivement il tend sa main vers son amoureuse pour trouver du réconfort. Carla sent les doigts de son mari lui toucher la main. Elle sait que son Nico a l’esprit ailleurs, qu’il a besoin de contact. Elle est un peu embarrassé Carla car elle sait que les photographes sont là et qu’elle est la première dame de France. Sa main droite est figée mais elle lui tend sa main gauche car c’est la seule solution pour que son tendre et cher mari reprenne sa concentration. Elle assure bien Carla. Elle fait le job à sa place. Je pense qu’il peut lui dire merci. Pour les péripéties de nos tourtereaux je vous invite à les suivre dans les sites d’info. C’est à l’image de notre président. Croustillant et déplorable.

Tout autre décryptage sera bienvenue.