Fichtre, on va pouvoir s’amuser à Andernos les bains. On ne rigole plus sur les moyens. Champagne. On sort le grand jeu. 15 millions d’euros pour faire plaisir au peuple et après, qui dira que Monsieur Pérusat ne fait rien pour ses administrés. Sud ouest du 13 octobre 2010.

210156_14514067_460x306

Quand j’ai pris le journal ce jour là, je me suis bidonné dés la première phrase:
- A travers nos engrangements électoraux, nous avons……. Dixit le maire Philippe Pérusat.
Soit je n’ai rien compris et expliquez moi, mais le mot engrangement m’interpelle fortement en y voyant un joli lapsus révélateur. Celui qui engrange est le paysan qui rempli sa grange de blé pour l’hiver mais c’est aussi une personne qui s’enrichie facilement en mettant de l’argent dans ses poches. Je traduirais donc: Avec le pognon que nous avons pris pendant tous nos mandats, nous avons… Je sais, vous allez dire que j’ai l’esprit tordu mais plus loin, je voyais de belles phrases d’enfumage propagandiste:

« L'investissement avoisine les 15 millions d'euros et les travaux pourraient être terminés pour l'été 2012 », dit Bernard Baudoin qui ajoute « à condition que le PLU soit accepté ». Le pôle de loisirs est sur les rails.
Pour la mairie : « c'est l'aboutissement d'un long travail de mise en synergie des activités de loisirs. Nous avons de la chance d’avoir un investisseur local de qualité qui réussit tout ce qu'il entreprend », dit Joël Calvé adjoint au maire chargé du développement économique

Décryptage:

Les travaux pourraient être terminés pour l’été 2012. Vous voyez andernosiens, si vous voulez, dans même pas deux ans vous pourrez aller vous régaler au bowling le samedi soir.

à condition que le PLU soit accepté :  Mince alors, on l’avait oublié celui là!! Et Oui le PLU est loin mais très loin d’être accepté.

Le pôle de loisirs est sur les rails.  Pas d’inquiétude, les doigts dans le nez, avec Pérusat le projet passera.

Nous avons de la chance d’avoir un investisseur local de qualité qui réussit tout ce qu'il entreprend »,   Rendez vous compte andernosiens. Nous avons le bol d’avoir un Bernard Tapie du coin  qui a chaque fois qu’il joue, il gagne. Quoi de mieux? Avec nous, vous ne serez pas déçu.

Je n’ai rien contre Bernard Baudoin et je ne suis pas contre ce pôle de loisirs . Je déplore seulement la main mise de la mairie qui veut faire  accepter des projets sans le consentement de ses concitoyens et sans écouter l’avis des associations.  Mais je m’engrange, non, je m’engage à essayer de ne pas voir le mal partout mais simplement là ou il se trouve.

L’autre jour en voiture, la dernière chanson de Philippe Katerine passe à la radio. Mes gosses à l’arrière qui avaient été jusqu’à présent à peu près sages entonnent le refrain gaiement:
« Non mais laissez moi…non mais laissez moi ..manger ma banane. »
En regardant leur bouille dans le rétroviseur je reçois trois secondes de bonheur pur. J’avais dans le temps fait cette vidéo.


brigitte rêve...
envoyé par paterzan. -

C’est dingue comme une musique, une chanson peuvent s’imprimer dans notre esprit. Aujourd’hui Philippe Katerine a une couverture médiatique phénoménal. Les critiques le classent soit comme un génie soit comme un je m’en foutiste. J’aime cet artiste et je le revendique. Rien ne m’empêche d’écouter autre chose. J’ai écouté en boucle Léo Ferré le jour de la mort de mon père et ses mots me transperçaient comme des lames de rasoir.

Je mets Brassens quand je fais le ménage (Oui cela m’arrive). Je pleure quand j’écoute la Callas un casque sur les oreilles. Je peux rester scotché une heure sur un récital d’ Horowitz.

object width="320" height="213">
Horowitz Moscow - Chopin - Polonaise
envoyé par Quarouble. - Regardez la dernière sélection musicale.

Je mets les Cramps à fond quand je suis seul à la maison et B.B king quand j’avale l’asphalte. J’ai plané avec Pink Floyd et le tango de Gotan project chaloupe ma carcasse. Céline Dion m ‘emmerde profondément mais Maria Carrey a de plus belles fesses. Les Ramones  les Stones et les Clash envahissaient mon adolescence laissant Les Bee Gees envahir les juxe box des bistrots. Aznavour m’émeut comme Benjamin Biolay. Gainsbourg est une référence comme Johnny Haliday est une interférence. Dans la musique on est libre de piocher la note qui colle le plus à l’instant présent. Une fois que cette dernière est dans la boîte crânienne, il suffit de lâcher prise à nos émotions pour libérer des pulsions salvatrices. Je vous donne un exemple: Mettez à fond sur plein écran, le dernier clip de Philippe Katerine puis laissez vous aller. Reprenez en cœur:
« Non mais laissez moi…non mais laissez moi..manger ma banane. »
Allez du courage, osez donc ,n’ayez pas peur même mes gosses y arrivent..Vous voyez comme cela fait du bien. C’est gratuit en plus. Si rien ne ce passe, essayez avec Tata Yoyo d’Annie Cordy ou « petit papa noël » de Tino Rossi… Etre dans l’air du temps…


Philippe Katerine : La banane (2010)